MONOD JACQUES (1910-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste français dont les travaux ont largement contribué à la naissance et au développement de la biologie moléculaire. Né à Paris, Jacques Monod, après des études secondaires à Cannes, regagne Paris en 1928, s'inscrit à la faculté des sciences, passe sa licence en 1931, puis entame, au Laboratoire d'évolution des êtres organisés (1932-1934) et sous l’influence d’André Lwoff et Édouard Chatton, une thèse de doctorat sur les protistes ciliés. Il l’abandonne pour participer en 1934 à l’expédition polaire du Pourquoi-Pas ? du commandant Charcot. Une bourse Rockefeller lui permet un stage d'un an (1936) au California Institute of Technology où, dans le laboratoire de T. H. Morgan, il aborde une science peu répandue en France à l'époque, la génétique. Il reprend ensuite sa thèse à l’Institut Pasteur, cette fois-ci sur la cinétique de la croissance des populations bactériennes, thèse qu'il soutient en 1941 et publie en 1942, sous le titre Recherches sur la croissance des cultures bactériennes.

Il prend part à la Résistance sous l'Occupation, puis appartient, en 1944-1945, à l'état-major de la Ire armée. Après la Libération, il entre à l'Institut Pasteur dans le service d'A. Lwoff. Chef de laboratoire (1945-1953), puis chef du service de physiologie microbienne (1953), il est chargé, en 1954, de la création et de la direction du service de biochimie cellulaire. Cinq ans plus tard, il enseigne la chimie du métabolisme à la faculté des sciences de Paris. Il est nommé, en 1967, professeur au Collège de France. De 1971 jusqu'à sa mort, Jacques Monod a dirigé l'Institut Pasteur.

Ses recherches sur la cinétique et sur la physiologie de la croissance bactérienne (1941), sur la nature des phénomènes d'adaptation enzymatique (1945-1950), sur les facteurs de transport spécifique de substances au travers de la membrane bactérienne avec Georges Cohen (1956), sur le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONOD JACQUES (1910-1976)  » est également traité dans :

LE HASARD ET LA NÉCESSITÉ (J. Monod) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonine NICOGLOU
  •  • 458 mots
  •  • 1 média

En 1970, Jacques Monod (1910-1976), un des pères fondateurs de la biologie moderne moléculaire et génétique, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965 avec François Jacob et André Lwoff, publie Le Hasard et la nécessité. Cet ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-hasard-et-la-necessite/#i_19342

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’est sur ce terreau à la fois scientifique et culturel que se déploient de nouvelles formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_19342

COHEN GEORGES N. (1920- )

  • Écrit par 
  • Michel VÉRON
  •  • 1 559 mots
  •  • 1 média

Georges Nissim Cohen , né en 1920 à Constantinople, est issu d’une famille juive grecque. Il arrive à Paris avec sa famille dès l’âge d’un an et est naturalisé français en 1930. En 1933, à la suite de la crise économique, ses parents quittent la France pour Athènes où il fréquente le lycée français chez les frères maristes tout en apprenant le grec auprès des enfants de son âge. Après le baccalaur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-n-cohen/#i_19342

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « De Laplace à Monod »  : […] Le « démon de Laplace », figure emblématique du déterminisme physique, apparaît aux premières pages de l' Essai philosophique sur les probabilités (1814). Tout au long de son essai, Laplace traitera d'un monde incertain, à propos duquel les jugements sont indécis, et le démon qu'il introduit a pour fonction d'interpréter la différence entre ce monde, qui est celui des prati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/#i_19342

HÉMOGLOBINE

  • Écrit par 
  • Max Ferdinand PERUTZ
  •  • 3 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure et fonction de la molécule »  : […] Félix Haurowitz a découvert en 1938 que la désoxyhémoglobine et l' oxyhémoglobine cristallisaient différemment, comme si elles étaient chimiquement différentes, ce qui implique que l'hémoglobine n'est pas un bidon d' oxygène mais un poumon moléculaire dont la structure change selon qu'il capte l'oxygène ou qu'il s'en décharge. En 1965, Jacques Monod et J.-P. Changeux, ainsi que Jeffries Wyman ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoglobine/#i_19342

HONEGGER GOTTFRIED (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Domitille d' ORGEVAL
  •  • 795 mots

Acteur majeur de l’ art concret, Gottfried Honegger est né le 12 juin 1917. Il commence sa carrière comme graphiste dans les années 1930 à Zurich, sa ville natale. En 1939, il se rend à Paris où il peint ses premiers paysages et quelques portraits de style cubiste. Le début de la Seconde Guerre mondiale l’oblige à retourner en Suisse où il ne reprendra son activité artistique qu’en 1949. Proche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-honegger/#i_19342

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_19342

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 907 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Régulation allostérique »  : […] On sait que l'une des caractéristiques les plus remarquables du vivant est le maintien de l' homéostasie de l'individu (c'est-à-dire son retour à l'équilibre après un écart accidentel). En fait, cette caractéristique n'est pas seulement vraie au niveau de l'organisme tout entier mais est déjà bien visible à l'échelle moléculaire lorsqu'on considère la régulation des phénomè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/#i_19342

LWOFF ANDRÉ (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 189 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des protistes au colibacille »  : […] C'est en travaillant sur des protistes ciliés dans le laboratoire de Chatton qu'il commence sa carrière de chercheur. Ses travaux reflètent une continuité de pensée remarquable. Comment la disposition et le nombre de cils de la surface d’un prostite cilié se transmettent-ils à la descendance lors da la division cellulaire ? Il établit la notion des métamorphoses ciliaires et révèle la continuité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lwoff/#i_19342

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Organisation du génome »  : […] L' ADN est identique dans toutes les cellules d'un même organisme et cependant chacune des cellules ne synthétise pas l'ensemble des protéines synthétisées par l'ensemble de l'organisme. Par ailleurs toutes les protéines n'étant pas synthétisées en permanence, il existe des mécanismes de contrôle. D es séquences régulatrices ont d'abord été décrites en 1961 par Jacob et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_19342

TRANSCRIPTION DE L'ADN

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 246 mots
  •  • 1 média

À la fin des années 1950, plus aucun biologiste ne doute que les gènes, constitués d'ADN (acide désoxyribonucléique), codent pour des protéines. Mais quels sont les mécanismes détaillés de cette expression génétique ? Les Français François Jacob et Jacques Monod, qui travaillent au sein du laboratoire d'André Lwoff à l'Institut Pasteur de Paris, découvrent en 1961 que les gènes sont d'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transcription-de-l-adn/#i_19342

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « MONOD JACQUES - (1910-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-monod/