Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LWOFF ANDRÉ (1902-1994)

André Lwoff - crédits : Laurent Maous/ Gamma-Rapho/ Getty Images

André Lwoff

Médecin et biologiste français, André Lwoff a été un des fondateurs de la génétique moderne. Il a reçu en 1965, avec Jacques Monod et François Jacob, le prix Nobel de physiologie ou médecine pour leurs travaux sur le contrôle de l’expression des gènes.

Son parcours scientifique

Fils d'un médecin d'origine russe, venu en France en 1880, André Lwoff naît le 8 mai 1902 à Ainay-le-Château (Allier) où se trouve l’hôpital psychiatrique que son père dirige. Il mène conjointement des études à la faculté de médecine de Paris (thèse de doctorat en 1927) et à la Sorbonne (docteur ès sciences en 1932). À partir de 1921, il étudie les protozoaires avec Édouard Chatton qui le recommande à Félix Mesnil, chef du laboratoire consacré aux parasites responsables de maladies exotiques à l'Institut Pasteur de Paris. Boursier (1921), puis assistant (1925) dans ce laboratoire, il en prendra la direction de 1929 à 1938, ne le quittant que pour un séjour en 1932 auprès d’Otto Meyerhof à Heidelberg – où il étudie les problèmes et les techniques du métabolisme cellulaire – et un séjour en 1936 auprès de David Keilin, codécouvreur des cytochromes, à Cambridge. Ces collaborations signent son orientation de plus en plus marquée vers l’étude du métabolisme. En 1938, l'Institut Pasteur crée le service de physiologie microbienne et lui en confie la charge. C’est à ce moment que Jacques Monod entre dans son laboratoire.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, tout en travaillant à l’Institut Pasteur, il entre dans le réseau de résistance Cohors-Asturies dirigé par Jean Cavaillès et collabore avec les services britanniques. Avec François Jacob, Élie Wollman et Monod, qui bénéficie d’un laboratoire indépendant à partir de 1953, André Lwoff fait de ce dernier – popularisé sous le nom de « grenier » – un pôle d'attraction pour les chercheurs des quatre coins du monde. À partir de 1968, il devient chef de service honoraire à l’Institut Pasteur et professeur honoraire à la faculté des sciences. De 1968 à 1972, il accepte de diriger et de remettre à niveau scientifique l'Institut de recherches scientifiques sur le cancer du CNRS, à Villejuif.

Prix Nobel de physiologie ou médecine 1965 - crédits : Bettmann/ Getty Images

Prix Nobel de physiologie ou médecine 1965

Lwoff a été membre de l’Académie des sciences et de nombreuses sociétés scientifiques françaises et étrangères, docteur honoris causade nombreuses universités (Chicago, Oxford, Glasgow, Louvain, Liège, Bucarest et Bruxelles).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archiviste documentaliste à l'Institut Pasteur, Paris
  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer cet article

Jacqueline BROSSOLLET et Gabriel GACHELIN. LWOFF ANDRÉ (1902-1994) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 18/01/2024

Médias

André Lwoff - crédits : Laurent Maous/ Gamma-Rapho/ Getty Images

André Lwoff

Prix Nobel de physiologie ou médecine 1965 - crédits : Bettmann/ Getty Images

Prix Nobel de physiologie ou médecine 1965

Autres références

  • BIOLOGISME

    • Écrit par et
    • 2 772 mots
    En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du...
  • COHEN GEORGES N. (1920-2018)

    • Écrit par
    • 1 450 mots
    • 1 média

    Georges Nissim Cohen, né le 25 mars 1920 à Constantinople (Istanbul auj.), est issu d’une famille juive grecque. Il arrive à Paris avec sa famille dès l’âge d’un an et est naturalisé français en 1930. En 1933, à la suite de la crise économique, ses parents quittent la France pour Athènes où il fréquente...

  • JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

    • Écrit par et
    • 1 387 mots
    • 1 média

    Lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965, le Français François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire.

    François Jacob naît le 17 juin 1920 à Nancy. En 1940, alors qu’il a entamé des études de médecine à Paris, il n’accepte pas la capitulation...

  • LYSOGÉNIE

    • Écrit par
    • 3 857 mots
    • 3 médias

    Depuis 1940, et sous l'impulsion de Max Delbrück, les bactériophages ont donné lieu à de nombreuses recherches qui ont apporté beaucoup d'explications sur l'origine, l'action et la reproduction des virus, et sur un grand nombre d'autres problèmes qui touchent la bactériologie...

  • Afficher les 7 références