JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant.

François Jacob

François Jacob

photographie

François Jacob est ici photographié dans son laboratoire devant une loupe binoculaire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destiné, lui était désormais interdite. C'est en 1950, chez André Lwoff, protistologue réputé, un des pionniers dans l'étude des facteurs de croissance, et chef de service de physiologie microbienne, qu'il fait ses débuts de chercheur. Il y rencontre Jacques Monod, chef de laboratoire, et Élie Wollman, scientifique chevronné, ainsi que quelques autres biologistes avec qui il n'allait pas tarder à faire équipe.

Il lui faut peu de temps pour se familiariser avec l'atmosphère très particulière du milieu de la recherche, où fusent et s'estompent, parfois aussi vite, les hypothèses de travail, les théories explicatives... et où le débat d'idées, souvent très vif, se mêle à l'exaltation née de l'expérience. Avant tout homme d'action, sachant imposer sa volonté, véritable stratège sur le plan expérimental, une décennie lui suffit pour devenir un des éléments clés du célèbre « trio scientifique » qu'il forme avec Jacques Monod et André Lwoff. En 1960, le nom de François Jacob devient indissociable de certaines des avancées spectaculaires que vont connaître la génétique microbienne et la biologie moléculaire. Dès 1965, le trio reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine.

Il est impossible de décrire en détails l'immense contribution scientifique due à François Jacob et à ses collaborateurs. On peut toutefois discerner deux grandes phases dans l'ensemble de ses recherches.

La première s'étend de 1950 à 1968 et s'inscrit dans le domaine de la génétique bactérienne.

Dans ses premières années à l'Instit [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Autres références

«  JACOB FRANÇOIS (1920-2013)  » est également traité dans :

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_7764

LYSOGÉNIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 3 860 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bactéries lysogènes défectives »  : […] pour former des particules infectieuses. L'explication de ce phénomène a été donnée par Jacob et Wollman (1956) : une lésion génétique du prophage, par exemple par suite d'un échange entre une partie du chromosome phagique avec une fraction du chromosome bactérien, empêche l'une des réactions nécessaires à la formation des particules infectieuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/#i_7764

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 454 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Organisation du génome »  : […] Des séquences régulatrices ont d'abord été décrites en 1961 par Jacob et Monod chez E. coli : certaines régions de l'ADN contrôlent l'expression des gènes voisins en fixant l'enzyme responsable de la synthèse des ARN messagers. Beaucoup plus récemment des séquences régulatrices ont été mises en évidence dans les cellules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_7764

PARASEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • Jacques THÈZE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT, 
  • Philippe VIGIER
  •  • 5 379 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Variabilité génétique des bactéries »  : […] dans les souches Hfr, et il est très rarement transmis lors du processus de conjugaison. Jacob et Wollman ont démontré que le transfert des gènes chromosomiques est orienté et progressif. Ces conclusions reposent sur une étude cinétique du processus dans des expériences de conjugaison interrompue permettant de définir l'ordre de succession des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasexualite/#i_7764

TRANSCRIPTION DE L'ADN

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 246 mots
  •  • 1 média

À la fin des années 1950, plus aucun biologiste ne doute que les gènes, constitués d'ADN (acide désoxyribonucléique), codent pour des protéines. Mais quels sont les mécanismes détaillés de cette expression génétique ? Les Français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transcription-de-l-adn/#i_7764

WOLLMAN ÉLIE (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Maxime SCHWARTZ
  •  • 1 228 mots

découverte en 1946 par Joshua Lederberg, Élie Wollman et François Jacob montrent que le prophage se comporte comme un marqueur génétique : tout se passe comme si le chromosome du virus était intégré en un endroit précis du chromosome bactérien. Cette intégration d'un génome viral dans le chromosome de cellules se révélera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-wollman/#i_7764

Pour citer l’article

François GROS, « JACOB FRANÇOIS - (1920-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/