HASARD & NÉCESSITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'identique au même

L'une des formulations les plus générales de l'idéal déterministe est l'énoncé : « les mêmes causes produisent les mêmes effets », cela sous-entendant que, pour que deux causes soient dites « les mêmes », elles doivent désigner les « mêmes » systèmes. C'est cette définition que la découverte du « chaos déterministe » permet de mettre en cause. Ici encore, une propriété intrinsèque du système va nous mener à mettre en lumière le caractère risqué de toute définition.

On parle de chaos déterministe à propos de systèmes que l'on considère comme intégralement définis par leurs équations d'évolution. Ces dernières sont déterministes, la question de la réversibilité est ici secondaire : le chaos déterministe peut caractériser aussi bien une dynamique réversible (voir le modèle du « boulanger », I. Prigogine et I. Stengers, 1988) qu'une dynamique dissipative (comme le modèle météorologique de Lorentz, J. Gleick, 1989).

La découverte du chaos déterministe met en lumière la différence entre l'idéal mathématique du déterminisme et sa possibilité de mise en œuvre opérationnelle telle qu'elle est par exemple explicitée par la proposition « les mêmes causes produisent les mêmes effets ».

Que signifie « même » ? Si l'on « se donne » la définition initiale d'un système avec une précision infinie, à la définition déterministe du système correspond évidemment une trajectoire déterministe, mais l'énoncé est devenu « des causes identiques produisent des effets identiques », et n'est plus opérationnel que pour un mathématicien ou un métaphysicien. Car un physicien et avec lui tous ceux qui ont à confronter le modèle et le phénomène doivent distinguer entre « même » et « identique » : deux mêmes systèmes ou deux mêmes causes impliquent qu'aucune opération de mesure ne permet de les distinguer, mais toute opération de mesure, quelle qu'elle soit, est de précision finie. Les nombres qu'elle produit peuvent avoir trois, cent ou dix mille décimales, il reste encore une série infinie de décimales à la valeur indéterminée : un nombre infini de systèmes distincts correspond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

  • : directeur des Instituts internationaux de physique et de chimie, fondés par Ernest Solvay à Bruxelles, Ashbel Smith regental professor, université du Texas à Austin, directeur du Ilya Prigogine Center of Studies in Statistical Mechanics and Complex Systems, université du Texas à Austin
  • : chargée de cours associée à l'Université libre de Bruxelles, docteur en philosophie

Classification


Autres références

«  HASARD & NÉCESSITÉ  » est également traité dans :

LE HASARD ET LA NÉCESSITÉ (J. Monod) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonine NICOGLOU
  •  • 458 mots
  •  • 1 média

En 1970, Jacques Monod (1910-1976), un des pères fondateurs de la biologie moderne moléculaire et génétique, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965 avec François Jacob et André Lwoff, publie Le Hasard et la nécessité . Cet ouvrage est le fruit d'une réflexion épistémologique sur sa vie de chercheur, réflexion à travers laquelle il va donner un sens à la biologie moderne en tant q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-hasard-et-la-necessite/#i_98004

Voir aussi

Pour citer l’article

Ilya PRIGOGINE, Isabelle STENGERS, « HASARD & NÉCESSITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/