GADAMER HANS-GEORG (1900-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hans-Georg Gadamer est né le 11 février 1900 à Breslau. Plus proche de la sensibilité esthétique et religieuse de sa mère que de la mentalité scientiste de son père qui ne cessait de le mettre en garde contre les « bavardages ineptes » des sciences de l'esprit, il débute ses années d'apprentissage philosophique en 1919 à l'université de Marbourg, où il suit les enseignements de Nicolaï Hartmann et de Paul Natorp. C'est sous la direction de ce dernier qu'il va rédiger sa thèse de philosophie sur le plaisir chez Platon, qu'il soutient en 1922. Son évolution intellectuelle ultérieure est marquée par la lecture du manuscrit que Heidegger avait envoyé à Natorp et dans lequel il exposait les lignes directrices d'une interprétation phénoménologique d'Aristote. Gadamer s'inscrit pour le semestre d'été 1923 à l'université de Fribourg-en-Brisgau, afin d'y suivre les derniers cours que Heidegger y donnait en qualité de Privatdozent. La nomination de celui-ci à Marbourg permet à Gadamer de revenir à son université d'origine où, au grand dam de ses anciens mentors, il poursuit sa formation avec l'auteur d'Être et Temps, et rédige sous sa direction sa thèse d'habilitation, l'Éthique dialectique de Platon (1931).

Dans son « auto-présentation » de 1959, il résume sa dette envers Heidegger par une formule, qui reflète le fil directeur de sa propre pensée : permettre aux pensées de la tradition philosophique de redevenir vivantes, en les comprenant comme des réponses à de véritables questions.

En 1959, ces intuitions trouveront leur expression systématique dans ce qui s'intitulait initialement « Lignes directrices d'une herméneutique philosophique », et qui fut publié en 1960 sous le titre : Vérité et Méthode. Le concept clé de l'ouvrage est celui de Wirkungsgeschichte (« histoire de l'effici [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification


Autres références

«  GADAMER HANS-GEORG (1900-2002)  » est également traité dans :

VÉRITÉ ET MÉTHODE, Hans Georg Gadamer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 818 mots

Ouvrage fondamental de l'herméneutique contemporaine, paru en 1960 (réédité et augmenté en 1965 et 1972), traduit partiellement en français en 1976, intégralement en 1996, Vérité et méthode, de Hans-Georg Gadamer (1900-2002) a profondément marqué le renouveau de la réflexion sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite-et-methode/#i_94121

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Nouvelle position du problème : la critique de la conscience esthétique »  : […] Ne faut-il pas cependant s'interroger sur cette réduction de la « forme » à l' objet  ? On se rappelle en quels termes le Heidegger de « l'époque des conceptions du monde » entreprenait – en 1938 – de se démarquer de Hegel : à la différence de ce dernier, l'auteur de Sein und Zeit refusait d'admettre que la relation sujet-objet, c'est-à-dire la conscie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_94121

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La postérité d'Aristote »  : […] L'école d'Aristote, le Lycée, ne connaîtra pas, après la mort d'Aristote, la fermentation intellectuelle qu'avait connue encore l'Académie après la mort de Platon. Sans doute parce que la pensée d'Aristote avait ouvert à la philosophie des territoires nouveaux, mais en était restée à la phase de l'exploration, les disciples (à l'exception peut-être du premier d'entre eux, Théophraste, mort en 285 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_94121

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'esthétique de la réception »  : […] L'esthétique de la réception apparaît comme un compromis entre l'histoire littéraire et la philosophie herméneutique. À la question « comment faire encore de l'histoire littéraire après Heidegger ? », elle répond en mettant l'accent sur le lecteur, sur la relation du texte et du lecteur, sur le procès de la lecture. Son point de départ remonte à Husserl et à l'idée d'une conscience dans la lecture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_94121

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Esthétique et herméneutique »  : […] Car la théorie des jeux de langage chez Wittgenstein, si elle débouche bien sur une éthique qui est aussi une esthétique des « formes de vie », aboutit à la remise en question des catégories héritées, et rend inéluctable le dépassement du dualisme du sujet et de l'objet qui a constitué jusqu'alors le champ même de l'esthétique. Gadamer, qui développe dans son maître ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_94121

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fécondité herméneutique de la distance temporelle (H.-G. Gadamer) »  : […] Emboîtant le pas de Heidegger, dont il avait suivi les premiers enseignements, Hans Georg Gadamer (1900-2002) publie en 1960 son œuvre majeure Vérité et méthode , qui donne un nouvel élan aux travaux herméneutiques. Le titre du livre indique l'orientation principale de cette herméneutique : soustraire les sciences de l'esprit à l'impérialisme méthodologique hérité de Descart […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_94121

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « Sortir de l'opposition entre histoire et littérature »  : […] Hayden White propose en effet d'analyser l'histoire comme un « artifice littéraire » et développe une « métahistoire » qui considère les récits historiques comme des « fictions verbales » ( verbal fictions ) dont le régime de vérité ne diffère pas de celui des récits de fiction du roman. Selon lui, préalablement à toute interprétation et à toute écriture, une opération poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_94121

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 430 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'interprétation comme fonction du temps »  : […] C'est ce primat du présent, si caractéristique de la virtuosité sous toutes ses formes, qu'affirmerait donc en fin de compte la recréation des œuvres anciennes conçue comme une authentique création : l'interprète ne ferait revivre les musiques évanouies que pour nous permettre de jouir plus intensément de l'instant présent. On voit les limites d'une telle perspective. Car tout se passe bien ici da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_94121

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] La théorie contemporaine de l'interprétation n'a cessé de s'éloigner de la conception encore psychologisante de Dilthey : celui-ci, bien qu'il ait expressément lié à la notion de texte le passage de la compréhension intersubjective, telle qu'elle s'exerce dans le dialogue, à l'interprétation des expressions de la vie fixées par l'écriture, n'avait pas expressément rattaché la problématique de la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_94121

LANGAGE

  • Écrit par 
  • Domenico JERVOLINO
  •  • 1 255 mots

Dans le chapitre « Au commencement était le « logos » »  : […] En partant de la position centrale du langage dans la philosophie contemporaine, on peut se demander quelle a été la relation au langage dans les philosophies du passé. Chez les Grecs, il faut interroger d'abord la riche polysémie du mot logos , comme le fait Martin Heidegger pour qui la signification fondamentale du terme est « rassembler » et « collecter ». D'autres interpr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langage/#i_94121

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La performance comme fête »  : […] La performance, Hans-Georg Gadamer nous en parle chaque fois qu'il analyse la « représentation » – théâtrale, ou scénique, ou muséale – d'une œuvre quelconque. Et, de cette représentation, il commence par énoncer qu'elle « a, d'une manière imprescriptible et ineffaçable, le caractère d'une répétition du même  ». Mais abstenons-nous de comprendre cette formule de manière trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/performance-art/#i_94121

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « GADAMER HANS-GEORG - (1900-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-georg-gadamer/