Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale - crédits : Encyclopædia Universalis France

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale commence comme un conflit franco-allemand traditionnel, provoqué par la volonté de Hitler de supprimer les frontières que le traité de Versailles avait imposées à l'Allemagne.

Les accords de Munich (sept. 1938), puis l'occupation de la Bohême et la vassalisation par le Reich de la Slovaquie (mars 1939) ont démantelé le système d'alliances édifié par la diplomatie française ; les autres États de la Petite Entente (Roumanie, Yougoslavie) ont pratiquement adopté une attitude de neutralité. La France ne peut compter à l'est que sur la Pologne, dont l'éloignement constitue un sérieux obstacle. Le pacte germano-soviétique a provisoirement supprimé la menace d'un deuxième front oriental dangereux pour l'armée allemande, tout en faisant peser sur la Pologne la menace d'un nouveau partage. En avril 1939, Hitler annonce à ses généraux sa décision d'envahir la Pologne. Il dévoile ses véritables desseins : Dantzig est un prétexte ; ce qui importe, c'est la conquête de l'« espace vital » (Lebensraum) à l'est.

Accords de Munich - crédits : Keystone/ Getty Images

Accords de Munich

Jozef Beck - crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

Jozef Beck

À l'ouest, depuis la remilitarisation de la Rhénanie, la Belgique a adopté une politique de neutralité, dite d'« indépendance » ; pour porter secours à la Pologne, l'armée française devra, ou violer la neutralité belge, ou attaquer sur le Rhin et se heurter immédiatement aux fortifications allemandes de la ligne Siegfried. La France est protégée dans le même secteur d'opérations éventuel par la ligne Maginot, mais celle-ci s'arrête au nord-ouest, à la trouée de Sedan.

Pour la première fois depuis les guerres de l'Empire, la France est menacée d'une guerre sur trois fronts ; l'agressivité de l'Italie fasciste (qui réclame à la France Nice, la Corse et la Tunisie) l'oblige à laisser des troupes sur les Alpes et en Afrique du Nord, ainsi qu'une partie de la flotte en Méditerranée, pour éviter que soient coupées ses relations maritimes avec l'empire colonial ; sur les Pyrénées, si l'Espagne est sortie exsangue de la guerre civile, nul ne sait dans quelle mesure Franco accordera son appui – bases aériennes et sous-marines, rassemblements menaçants de troupes, libertés de passage – aux puissances de l'Axe, à qui il doit son arrivée au pouvoir.

Le Royaume-Uni a mis toute sa puissance aux côtés de la France et le Commonwealth l'a suivi – l'Afrique du Sud avec des réserves. Mais, si les flottes française et britannique réunies donnent aux deux démocraties la suprématie sur les mers, il n'en est pas de même pour les armées de terre et de l'air. Le Royaume-Uni vient à peine d'instituer le service militaire obligatoire et elle ne peut envoyer en France qu'un corps expéditionnaire bien équipé, mais peu nombreux ; son aviation de chasse est moderne, mais non celle de bombardement.

La réputation de l'armée française demeure considérable, et les généraux allemands la redoutent. En fait, l'état-major demeure prisonnier des modes de pensée hérités de la guerre de 1914-1918 ; faute du corps cuirassé réclamé en vain par le général de Gaulle, faute d'une aviation moderne qui n'existe encore qu'à l'état de prototypes, l'armée française est confinée dans une défensive, à laquelle inclinent d'ailleurs aussi bien ses chefs que l'opinion publique. La mobilisation générale s'est effectuée sans incident, mais dans un esprit de morne résignation. En face des Panzerdivisionen allemandes, opérant en étroite liaison avec une puissante aviation d'assaut, l'état-major français en est resté à la stratégie de 1918, et il dissémine chars de combat et avions entre les corps d'armée.

Que peut-on espérer des États-Unis ? Des trois forces qui conduisent la politique américaine, deux, l'opinion[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., secrétaire général du Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale

Classification

Pour citer cet article

Henri MICHEL. GUERRE MONDIALE (SECONDE) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/03/2022

Médias

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale - crédits : Encyclopædia Universalis France

1939 à 1945. La Seconde Guerre mondiale

Accords de Munich - crédits : Keystone/ Getty Images

Accords de Munich

Jozef Beck - crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

Jozef Beck

Autres références

  • ABETZ OTTO (1903-1958)

    • Écrit par
    • 332 mots

    Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait...

  • ACCORDS DE YALTA

    • Écrit par
    • 210 mots
    • 1 média

    Du 4 au 11 février 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale bat encore son plein en Europe et dans le Pacifique, Roosevelt pour les États-Unis, Churchill pour le Royaume-Uni et Staline pour l'U.R.S.S. se réunissent à Yalta, en Crimée, pour préparer la paix. Cette conférence interalliée,...

  • AFFICHE ROUGE L'

    • Écrit par
    • 2 508 mots
    • 2 médias

    En février 1944, une gigantesque affiche fut placardée dans les principales villes de France par les services de la propagande allemande. Sur un fond rouge se détachaient en médaillon les visages de dix hommes aux traits tirés, avec une barbe de plusieurs jours. En haut de l'affiche, on pouvait...

  • ALBANIE

    • Écrit par , , et
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    Le 25 mars 1939, enfin, Mussolini, décidé à l'invasion, présenta des exigences inacceptables : union douanière, occupation militaire, etc. Les contre-propositions albanaises ne furent même pas examinées et, le 7 avril 1939, d'importantes forces italiennes occupaient le pays sans coup férir, tandis que...
  • Afficher les 312 références