GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La faillite des stratèges

Le « miracle » de la Marne

L'Allemagne ne croyait pas à l'intervention de l'Angleterre dans le conflit : la surprise allait être désagréable. Les Alliés pensaient que la Russie retiendrait les troupes allemandes à l'est. Mais la lenteur de la mobilisation russe et la rapidité du plan Schlieffen des Allemands menacèrent, dès les premiers jours de la guerre, l'armée française d'un gigantesque encerclement. La guerre risquait d'être courte, mais désastreuse pour la France.

Surtout, les soldats français, en Lorraine comme à Charleroi, à l'offensive comme à la défensive, se montrèrent moins bons manœuvriers que leurs adversaires et ne subirent que des échecs. « La chance de la France, a-t-on écrit, fut qu'ayant mal engagé l'épée, Joffre sut ne pas perdre l'équilibre. » Ces graves revers étaient inattendus. Le succès de la retraite fut une autre surprise. Avançant au-delà de la Somme, von Kluck et von Bülow n'avaient pas réussi à envelopper l'aile gauche des armées franco-anglaises ; Gallieni invita alors Joffre et French à tenter un coup d'arrêt par une percée sur la Marne. Joffre avait réussi à ramener assez d'effectifs devant Paris pour que l'entreprise aboutît : un vrai miracle qu'expliquent en partie l'incompétence du généralissime allemand von Moltke, les zizanies au sein de son haut commandement, la détermination tranquille de Joffre. Il est vrai que, contre toute prévision, les plans allemands avaient été bouleversés par une offensive inopinée des Russes, qui, pour respecter une des clauses secrètes des accords militaires conclus avec la France, avaient attaqué en Prusse au quinzième jour, alors que la mobilisation et la concentration de leurs forces s'étalaient sur 36 jours. Cette offensive effectuée sans l'appui des réserves surprit les Allemands à Gumbinnen, les obligeant à ramener en hâte quelques troupes du front occidental. Ces opérations, tout comme la présence d'un fort contingent anglais à l'aile gauche des troupes françaises contribuèrent également à l'échec du plan Schlieffen.

1914 : la guerre de mouvement

Vidéo : 1914 : la guerre de mouvement

En août 1914, conformément au plan Schlieffen, la première grande offensive allemande vise d'abord à annihiler les forces françaises. En violation de sa neutralité, la Belgique est envahie, et l'armée française, qui a concentré ses troupes en direction de l'Alsace et de la Moselle, est... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

John French

Photographie : John French

Le général britannique John French (1852-1925). 

Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Première Guerre, fronts européens en 1914

Dessin : Première Guerre, fronts européens en 1914

Les avancées allemandes sur le front de l'Ouest et l'offensive russe contre l'avancée allemande à l'Est. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La course à la mer

Au lendemain de la Marne, forces allemandes et armées franco-anglaises essayaient vainement de s'envelopper par un mouvement d'ensemble connu sous le nom de course à la mer. Elles finissaient par s'immobiliser au lendemain de la très sanglante bataille des Flandres (nov. 1914). À l'est, les généraux Hindenburg et Ludendorff parvenaient à encercler les armées russes aventurées à Tannenberg. Ils allaient y rafler plusieurs centaines de milliers de prisonniers, donnant ainsi naissance au mythe de Hindenburg, sauveur de la patrie. En vérité, les forces russes étaient loin d'être vaincues, et, selon le généralissime Falkenhayn, qui remplaça Moltke, elles furent toujours plus dangereuses pour les puissances centrales que ne le furent les forces conjuguées des Anglais, des Français et des Belges. En fait, les Russes portèrent surtout l'effort contre les Autrichiens, les moins bien équipés des soldats de la Grande Guerre ; en outre, les maladresses de leur commandement avaient fait échouer l'offensive « punitive » organisée contre la Serbie. Cet échec accrut encore le lien de vassalité de la double monarchie vis-à-vis de l'Allemagne, toujours présente sur tous les fronts, et prête à se porter au secours de son allié menacé.

Première Guerre mondiale, front français de 1914 à 1917

Dessin : Première Guerre mondiale, front français de 1914 à 1917

La « course à la mer », la bataille de la Marne (sept. 1914) et la stabilisation du front. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Hindenburg et Ludendorff

Photographie : Hindenburg et Ludendorff

Paul von Hindenburg (1847-1934), au centre, et Erich Ludendorff (1865-1937) , auteurs des succès allemands sur le front oriental en 1914. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À la fin de l'année 1914, l'entrée des Turcs dans la guerre aux côtés de l'Allemagne, celle des Japonais dans le camp des Alliés, la fixation des fronts à l'ouest comme à l'est donnèrent au conflit un tour complètement inattendu.

Dilemme stratégique

Après la stabilisation des fronts, les Allemands reprirent l'initiative, cette fois en attaquant à l'est. Les opérations évoluèrent de la même façon qu'à l'ouest, la saison précédente : les Allemands remportèrent des succès spectaculaires, occupant toute la Pologne, la Lituanie et une partie de la Lettonie, mais la décision leur échappa. Faute de munitions et d'artillerie lourde, les Russes n'avaient pu tenir tête ; ils perdaient près de deux millions d'hommes, une catastrophe qui, à long terme, allait ébranler le régime. Il n'en parut rien momentanément puisque non seulement les Russes purent se replier en bon ordre sur des positions retranchées, mais qu'en 1916 le général Broussilov prit l'offensive, reconquérant une partie de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Nicolas II inspecte les troupes

Nicolas II inspecte les troupes
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »
Crédits : J.-P. Verney/ AKG-images

photographie

Mobilisation générale en France, 1914

Mobilisation générale en France, 1914
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 50 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en histoire, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, codirecteur des Annales

Classification

Autres références

«  GUERRE MONDIALE PREMIÈRE (1914-1918)  » est également traité dans :

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 216 mots

28 juin 1914 À Sarajevo, assassinat de l'archiduc d'Autriche François-Ferdinand par Gavrilo Princip.3 août 1914 L'Allemagne déclare la guerre à la France ; les troupes allemandes entrent en Belgique.6-13 septembr […] Lire la suite

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

En 1914, les tensions sont extrêmes en Europe. Elles tiennent essentiellement à l'inadéquation entre les frontières des États et les vœux formulés par les différentes nations. L'assassinat, le 28 juin 1914, de l'archiduc héritier d'Autriche-Hongrie par un Bosniaque désireux que sa nation soit rattachée à l'État serbe est le déclencheur de la guerre, un comple […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 538 mots
  •  • 5 médias

Dépassant par son horreur tout ce qui avait pu être imaginé, la Grande Guerre affecte profondément la société française. Si l’absence des hommes enrôlés et les risques qu’ils encourent sont au centre des préoccupations, l’arrière s’organise également pour faire face aux besoins de la guerre totale. Dans les campagnes et les usines, dans les écoles et les hôpi […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 4 507 mots
  •  • 3 médias

La Grande Guerre s'est déroulée il y a un siècle, et tous ses acteurs ont désormais disparu. Sa mémoire reste cependant d'une étonnante vivacité. La Première Guerre mondiale suscite un intérêt constant, aussi bien dans la sphère culturelle et dans l'espace public que pour les chercheurs qui continuent d'en débattre. C'est particulièrement marqué en France, où […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 4 533 mots
  •  • 1 média

La Grande Guerre inaugure l’ère des conflits où la question sanitaire joue un rôle de première importance : la santé des troupes devient un enjeu de portée militaire, médicale et politique. Sur le plan militaire, la guerre de masse, à l’échelle industrielle, se mène « à coup d’hommes », selon la formule que Foch emprunte à Chateaubriand. Confrontées aux immen […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Les désobéissances militaires survenues durant la Première Guerre mondiale ont fortement marqué les mémoires, en raison notamment de la répression spectaculaire qui y est associée : des centaines de soldats (près de sept cents en France) furent fusillés pour des abandons de poste, des désertions ou des mutineries. Ces dernières sont des protestations collecti […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

  • Écrit par 
  • Laurent DORNEL
  •  • 5 236 mots
  •  • 3 médias

Depuis la fin des années 1990, dans le sillage de l’essor des études postcoloniales et de l’histoire globale, l’histoire de la Grande Guerre connaît un tournant impérial (imperialturn) qui met en exergue la place et le rôle des colonies dans celle-ci et insiste sur les circulations impériales. Alors qu’elle a longtemps été considérée comm […] Lire la suite

1917 (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-David JUMEAU-LAFOND
  •  • 961 mots
  •  • 1 média

Alors que l'Histoire voit souvent ses repères se brouiller, l'exposition 1917 , au Centre Pompidou-Metz du 26 mai au 24 septembre 2012, affirme haut et fort le primat de la « date », choisie et assumée. En anticipant sur les commémorations de la Première Guerre mondiale, dont l'année 1917 fut un tournant, le Centre Pompidou-Metz fait un choix spectaculaire. Dans l'introduction au catalogue de l'e […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les débuts de l'indépendance (1912-1924) »  : […] Ce gouvernement, qui n'était guère obéi que dans une région allant de Vlora à Fier, Lushnja, Berat et Gjirokastër, resta neutre dans la guerre balkanique, mais la conférence de Londres, qui eut à la terminer, fut également saisie du problème albanais. Après avoir pensé à une Albanie autonome sous la suzeraineté turque, elle décida, le 29 juillet 1913, la création d'un État indépendant neutre, plac […] Lire la suite

ALBERT Ier (1875-1934) roi des Belges (1909-1934)

  • Écrit par 
  • Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
  •  • 533 mots
  •  • 1 média

Fils de Philippe, comte de Flandre, et de Marie de Hohenzollern-Sigmaringen, Albert épouse en 1900 Élisabeth de Bavière dont il a trois enfants : Léopold, Charles et Marie-Josée, qui deviendra reine d'Italie. Le 23 décembre 1909, il succède à son oncle Léopold II, mort sans laisser de fils. Calme, modeste et très cultivé, il sera aimé du peuple belge. La tension intérieure rend les premières année […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 9, lors de la commémoration à Moscou de la victoire soviétique lors de la « Grande Guerre patriotique » de 1941-1945, le président russe Vladimir Poutine réaffirme qu’en intervenant en Ukraine « la Russie a repoussé préventivement l’agression » de Kiev et des pays de l’OTAN. À Moscou, un million de personnes, selon la police, participent au défilé du Régiment immortel, en hommage aux soldats tombés durant la Seconde Guerre mondiale. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Le 5 également, Volodymyr Zelensky s’exprime pour la première fois en direct, par visioconférence, devant le Conseil de sécurité de l’ONU auquel il demande de faire reconnaître par la communauté internationale les crimes de guerre perpétrés par la Russie et de priver Moscou de son droit de veto sur les questions relatives au conflit en Ukraine. Le 6, les États-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre la Russie. […] Lire la suite

10 février 2022 Belgique. Restitution d'un tableau volé à un couple juif par le régime nazi.

Le gouvernement restitue à la famille juive qui en était propriétaire un tableau du peintre impressionniste Lovis Corinth, volé par le régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit de la première restitution effectuée par les Musées royaux des beaux-arts. Dans le même temps, le Service public fédéral Économie annonce la mise en ligne d’une liste de deux mille huit cents œuvres détenues par la Belgique, dont l’origine est douteuse, en vue de l’identification d’éventuels ayants droit. […] Lire la suite

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

C’est la première fois, au cours de ce mandat, que le Congrès réunit une majorité des deux tiers pour passer outre le veto présidentiel. Le 2, le Washington Post publie une conversation téléphonique entre Donald Trump et le secrétaire d’État de Georgie, État remporté par le candidat démocrate Joe Biden avec 11 779 voix d’avance lors de l’élection présidentielle de novembre 2020. […] Lire la suite

9-23 mars 2020 Allemagne. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

La 18, la chancelière Angela Merkel prononce une allocution à la télévision – une première – dans laquelle elle qualifie la lutte contre le coronavirus de « plus grand défi » depuis la Seconde Guerre mondiale. Le 23, le ministère des Finances présente un plan de sauvetage de l’économie face à l’épidémie de Covid-19. Celui-ci prévoit l’adoption d’un budget complémentaire de 156 milliards d’euros financé par la dette, comprenant une aide directe aux indépendants et aux très petites entreprises, ainsi qu’un soutien aux propriétaires et aux locataires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc FERRO, « GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/