Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

La guerre « patriotique », ainsi pourrait-on qualifier le premier conflit mondial. Que l'on jette, en effet, un regard sur l'histoire proche ou lointaine, et il apparaît que chacune des grandes guerres que l'Occident a connues a été peu ou prou mâtinée de guerre civile : ce qui est clair pour 1939-1945 l'est également pour l'époque de la Révolution et de l'Empire, pour la guerre de Trente Ans et les autres grandes querelles des xvie et xviie siècles.

En 1870, un parti hostile à la guerre franco-allemande a souhaité la défaite française qui entraînerait la chute de Napoléon III. En revanche, en 1914, l'union sacrée a empêché dans toutes les nations en guerre la constitution de ce qu'on appellerait aujourd'hui « un parti de l'étranger ». Certes, les pacifistes, les anarchistes et les socialistes comme Georges Plekhanov et Jean Jaurès ont condamné la guerre impérialiste, mais ils l'ont implicitement approuvée dès lors que des armées étrangères menaçaient ou occupaient le territoire national.

En 1914, chaque peuple s'est cru menacé d'agression. On ignore le défaitisme, du moins au début de la guerre, même en Russie où pourtant l'autocratie tsariste est contestée. Par défaitisme, on entend, entre 1914 et 1918, non le pessimisme décourageant qui affaiblit le moral du pays et le conduit à la défaite, mais le vœu de chacun, exprimé ou non, que son propre pays soit battu, et ceci pour le salut de ce dernier.

Nicolas II inspecte les troupes

Nicolas II inspecte les troupes

Si en France et en Italie des groupes catholiques, très restreints il est vrai, souhaitent la défaite de leur pays pour que le châtiment de Dieu s'abatte sur une nation qui a persécuté l'Église quelques années auparavant lors de la loi de Séparation ; si certains socialistes extrémistes voient avec terreur l'éventualité d'une victoire de Nicolas II qui empêcherait pour longtemps toute révolution prolétarienne, ces défaitistes-là veulent en fait, pour les nations vaincues, non pas tant la ruine que le salut spirituel ou, comme en Russie, le mieux-être ; mais l'énorme majorité des peuples ne suit guère ces idéologies idéalistes du pire pour le meilleur. Bouter l'ennemi hors du territoire occupé ou agressé constitue un impératif instinctif et qui ne se discute pas. Lénine, ne pouvant s'opposer au courant, propose la transformation de la guerre européenne en guerre civile.

Chacun a conscience de combattre pro patria et pro domo, pour sa patrie et pour sa maison. L'idée d'ennemi héréditaire redevient à la mode pour tous les peuples. Les Français regardent la « ligne bleue des Vosges » et l'Alsace-Lorraine perdue en 1870. Les Allemands veulent imposer pour toujours, à la France et à la Russie, l'hégémonie de l'ancienne Prusse. Les Russes, à l'est comme à l'ouest, évoquent les grands souvenirs historiques, l'encerclement par les Teutoniques et les Tatars. Les Italiens, qui abandonneront vite leur neutralité, se souviennent de l'occupant autrichien qu'ils ont chassé au xixe siècle, et les Turcs n'oublient pas que les Slaves ont toujours constitué pour eux une menace.

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Dans tous les pays, les maîtres d'école avaient enseigné ces vérités qui alimentent l'esprit patriotique. De plus, devenus adultes, les jeunes lisent dans les journaux que leur pays est entouré d'ennemis qui en veulent à sa prospérité, à sa sécurité, à son existence même. Ainsi, l'enseignement de l'histoire, les campagnes de presse, les manifestations sportives même stimulent ce patriotisme, bientôt transformé en nationalisme. Des sentiments belliqueux apparaissent chez des gens qui, par ailleurs, étaient pacifiques et qui étaient même portés à juger que seule la politique de leurs dirigeants était susceptible de provoquer une guerre. Il en va ainsi des leaders du mouvement socialiste international, chantres du pacifisme,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en histoire, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, codirecteur des Annales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

Nicolas II inspecte les troupes

Nicolas II inspecte les troupes

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Autres références

  • GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

    • Écrit par Emmanuelle CRONIER
    • 3 554 mots
    • 5 médias

    Dépassant par son horreur tout ce qui avait pu être imaginé, la Grande Guerre affecte profondément la société française. Si l’absence des hommes enrôlés et les risques qu’ils encourent sont au centre des préoccupations, l’arrière s’organise également pour faire face aux besoins de la guerre totale....

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

    • Écrit par Anne RASMUSSEN
    • 4 542 mots
    • 1 média

    La Grande Guerre inaugure l’ère des conflits où la question sanitaire joue un rôle de première importance : la santé des troupes devient un enjeu de portée militaire, médicale et politique.

    Sur le plan militaire, la guerre de masse, à l’échelle industrielle, se mène « à coup d’hommes »,...

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

    • Écrit par Laurent DORNEL
    • 5 247 mots
    • 3 médias

    Depuis la fin des années 1990, dans le sillage de l’essor des études postcoloniales et de l’histoire globale, l’histoire de la Grande Guerre connaît un tournant impérial (imperialturn) qui met en exergue la place et le rôle des colonies dans celle-ci et insiste sur les circulations impériales....

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats

    • Écrit par André LOEZ
    • 4 517 mots
    • 3 médias

    La Grande Guerre s'est déroulée il y a un siècle, et tous ses acteurs ont désormais disparu. Sa mémoire reste cependant d'une étonnante vivacité. La Première Guerre mondiale suscite un intérêt constant, aussi bien dans la sphère culturelle et dans l'espace public que pour les chercheurs qui continuent...

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

    • Écrit par André LOEZ
    • 2 955 mots
    • 2 médias

    Les désobéissances militaires survenues durant la Première Guerre mondiale ont fortement marqué les mémoires, en raison notamment de la répression spectaculaire qui y est associée : des centaines de soldats (près de sept cents en France) furent fusillés pour des abandons de poste, des désertions...

  • 1917 (exposition)

    • Écrit par Jean-David JUMEAU-LAFOND
    • 961 mots
    • 1 média

    Alors que l'Histoire voit souvent ses repères se brouiller, l'exposition 1917, au Centre Pompidou-Metz du 26 mai au 24 septembre 2012, affirme haut et fort le primat de la « date », choisie et assumée. En anticipant sur les commémorations de la Première Guerre mondiale, dont l'année...

  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    La Grande Guerre trouva le pays dans une anarchie totale : Esat Toptani, qui s'était proclamé chef d'un gouvernement provisoire fantôme, tenait Durrës, les révoltés occupaient toute l'Albanie centrale, les montagnards du Nord continuaient à n'obéir qu'à leurs chefs traditionnels. Les Italiens débarquèrent...
  • ALBERT Ier (1875-1934) roi des Belges (1909-1934)

    • Écrit par Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
    • 536 mots
    • 1 média

    Fils de Philippe, comte de Flandre, et de Marie de Hohenzollern-Sigmaringen, Albert épouse en 1900 Élisabeth de Bavière dont il a trois enfants : Léopold, Charles et Marie-Josée, qui deviendra reine d'Italie.

    Le 23 décembre 1909, il succède à son oncle Léopold II, mort sans laisser de fils....

  • ALEXEÏEV MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1857-1918)

    • Écrit par Pierre KOVALEWSKY
    • 287 mots

    Malgré son origine modeste, Mikhaïl Alexeïev réussit, grâce à un travail acharné, à accéder au sommet de la hiérarchie militaire russe. Professeur à l'École supérieure de guerre, il est le maître de plusieurs promotions de futurs chefs militaires.

    À l'ouverture des hostilités, il...

  • Afficher les 155 références

Voir aussi