Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

Vers la guerre civile internationale

Intensité de la lutte

En 1917, toutes les nations se sentent concernées par la guerre. Dans les deux camps on réclame à ses alliés non seulement un soutien militaire, mais également une aide économique, ce qui est un fait nouveau. Jusqu'en 1914, les puissances avaient toujours pensé que plus grand serait le nombre de divisions qu'elle pourrait jeter dans un conflit et plus grande serait la capacité de production de leurs usines d'armement, plus grande serait leur chance de gagner une guerre. Or en 1917, 17 millions d'hommes avaient été mis hors de combat (un tiers de morts) ; la Russie, en dépit de son énorme potentiel en hommes, n'avait pas réussi à ébranler l'Allemagne, parce qu'elle ne disposait pas d'une économie assez avancée.

L'idée d'une mobilisation de l'économie ne naquit qu'assez tard. Pendant deux ans, les états-majors avaient vécu la guerre en liant son issue à la notion, désormais dépassée, de campagne militaire. Or il ne s'agissait plus de gagner une bataille en fonction de l'état des stocks, mais de réorganiser l'économie du pays dans la perspective d'une guerre longue, dont on voyait mal l'issue. L'organisation de la production fut plus systématique et plus rapide que partout ailleurs en Allemagne, où la concentration de l'industrie et les nécessités du blocus conjuguèrent leurs effets dans le sens d'une mobilisation générale de l'économie. Ce fut en Grande-Bretagne que la main-d'œuvre fut distribuée de la façon la plus rationnelle entre l'arrière et le front. Plus arriérées au point de vue économique, l'Italie et la Russie accomplirent des efforts excessifs pour adapter production et consommation aux nécessités d'une guerre totale : ce fut dans ces pays que le « moral » craqua et que l'idéal de la paix ou de la révolution prit le pas sur celui de la victoire.

La désillusion

Propagande française antiallemande - crédits : AKG-images

Propagande française antiallemande

Intoxiquée par les journaux, les affiches, les livres, les films, les chansons patriotiques, les cérémonies officielles, le tintamarre des cuivres et du tambour, anesthésiée par la censure, l'opinion publique perdait peu à peu ses facultés d'exercer un rôle civique. On l'avait persuadée que toute critique de ses chefs était indiscipline, tout dénigrement trahison. Le phénomène était particulièrement sensible en France, où la présence ennemie, de Lille à Noyon, mettait en danger l'existence même de la nation. La Grande-Bretagne n'échappa pas pour autant à la frénésie patriotique, oubliant pour un temps ses traditions libérales. Au reste, seule l'Allemagne de Guillaume II continua à publier chaque jour le communiqué de l'ennemi.

Pourtant, les combattants n'osaient plus espérer en une victoire prochaine. Les peuples n'avaient plus la même foi en leurs gouvernements, les soldats en leurs chefs, les nations en leurs alliances. Les plans de tous les belligérants s'étaient révélés illusoires et désormais même le « bourrage de crâne » s'avérait sans emploi... La dette des nations déjà exsangues gonflait démesurément ; ainsi, une journée de guerre coûtait aux Allemands 7 millions de marks en 1870, 36 millions en 1914, 146 millions au début de 1918. Dans ces conditions, on comprend que seuls de substantiels avantages pouvaient encore stimuler les énergies et permettre aux économies de se reconstituer. Ainsi, les buts de guerre enflaient à mesure que les chances de les atteindre diminuaient.

Buts de guerre. La « guerre dans la guerre »

Les dirigeants français ne revendiquent ouvertement que le « retour de l'Alsace-Lorraine » ; en réalité, ils pensent à des « garanties » sur la rive gauche du Rhin, en Sarre ; ils rêvent aussi de démanteler l'empire allemand. En outre, Français, Anglais et Italiens envisagent de se partager[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en histoire, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, codirecteur des Annales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig - crédits : Encyclopædia Universalis France

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

Nicolas II inspecte les troupes - crédits : Topical Press Agency/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Nicolas II inspecte les troupes

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre » - crédits : J.-P. Verney/ AKG-images

Épinal : imagerie d'Épinal, « Poupées à habiller : costumes des Alliés de la Grande Guerre »

Autres références

  • GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

    • Écrit par Emmanuelle CRONIER
    • 3 554 mots
    • 5 médias

    Dépassant par son horreur tout ce qui avait pu être imaginé, la Grande Guerre affecte profondément la société française. Si l’absence des hommes enrôlés et les risques qu’ils encourent sont au centre des préoccupations, l’arrière s’organise également pour faire face aux besoins de la guerre totale....

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats

    • Écrit par André LOEZ
    • 4 517 mots
    • 3 médias

    La Grande Guerre s'est déroulée il y a un siècle, et tous ses acteurs ont désormais disparu. Sa mémoire reste cependant d'une étonnante vivacité. La Première Guerre mondiale suscite un intérêt constant, aussi bien dans la sphère culturelle et dans l'espace public que pour les chercheurs qui continuent...

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - La santé aux armées

    • Écrit par Anne RASMUSSEN
    • 4 542 mots
    • 1 média

    La Grande Guerre inaugure l’ère des conflits où la question sanitaire joue un rôle de première importance : la santé des troupes devient un enjeu de portée militaire, médicale et politique.

    Sur le plan militaire, la guerre de masse, à l’échelle industrielle, se mène « à coup d’hommes »,...

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

    • Écrit par André LOEZ
    • 2 955 mots
    • 2 médias

    Les désobéissances militaires survenues durant la Première Guerre mondiale ont fortement marqué les mémoires, en raison notamment de la répression spectaculaire qui y est associée : des centaines de soldats (près de sept cents en France) furent fusillés pour des abandons de poste, des désertions...

  • GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Le rôle des colonies

    • Écrit par Laurent DORNEL
    • 5 247 mots
    • 3 médias

    Depuis la fin des années 1990, dans le sillage de l’essor des études postcoloniales et de l’histoire globale, l’histoire de la Grande Guerre connaît un tournant impérial (imperialturn) qui met en exergue la place et le rôle des colonies dans celle-ci et insiste sur les circulations impériales....

  • 1917 (exposition)

    • Écrit par Jean-David JUMEAU-LAFOND
    • 961 mots
    • 1 média

    Alors que l'Histoire voit souvent ses repères se brouiller, l'exposition 1917, au Centre Pompidou-Metz du 26 mai au 24 septembre 2012, affirme haut et fort le primat de la « date », choisie et assumée. En anticipant sur les commémorations de la Première Guerre mondiale, dont l'année...

  • ALBANIE

    • Écrit par Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Universalis, Christian GUT
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    La Grande Guerre trouva le pays dans une anarchie totale : Esat Toptani, qui s'était proclamé chef d'un gouvernement provisoire fantôme, tenait Durrës, les révoltés occupaient toute l'Albanie centrale, les montagnards du Nord continuaient à n'obéir qu'à leurs chefs traditionnels. Les Italiens débarquèrent...
  • ALBERT Ier (1875-1934) roi des Belges (1909-1934)

    • Écrit par Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
    • 536 mots
    • 1 média

    Fils de Philippe, comte de Flandre, et de Marie de Hohenzollern-Sigmaringen, Albert épouse en 1900 Élisabeth de Bavière dont il a trois enfants : Léopold, Charles et Marie-Josée, qui deviendra reine d'Italie.

    Le 23 décembre 1909, il succède à son oncle Léopold II, mort sans laisser de fils....

  • ALEXEÏEV MIKHAÏL VASSILIEVITCH (1857-1918)

    • Écrit par Pierre KOVALEWSKY
    • 287 mots

    Malgré son origine modeste, Mikhaïl Alexeïev réussit, grâce à un travail acharné, à accéder au sommet de la hiérarchie militaire russe. Professeur à l'École supérieure de guerre, il est le maître de plusieurs promotions de futurs chefs militaires.

    À l'ouverture des hostilités, il...

  • Afficher les 155 références

Voir aussi