GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)Mémoires et débats

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Joyeux Noël, de Christian Carion, 2005, affiche

Joyeux Noël, de Christian Carion, 2005, affiche
Crédits : Nord-Ouest Prod/ TF1 Films/ Sony/ Coll. Tout le cinéma/ D.R.

photographie

Stéphane Audoin-Rouzeau

Stéphane Audoin-Rouzeau
Crédits : D.R.

photographie


La Grande Guerre s'est déroulée il y a près de cent ans, et tous ses acteurs ont désormais disparu. Sa mémoire reste cependant d'une étonnante vivacité. La Première Guerre mondiale suscite un intérêt constant, aussi bien dans la sphère culturelle et dans l'espace public que pour les chercheurs qui continuent d'en débattre. C'est particulièrement marqué en France, où la mort en 2008 du « dernier poilu », Lazare Ponticelli, a connu un retentissement national, et où les controverses entre historiens ont été les plus vives. Comment expliquer cette présence mémorielle de l'événement ? Quelles sont les lectures actuelles de la Grande Guerre et les pistes d'interprétation proposées par les historiens ?

Présence de la Grande Guerre

Dans les années 1920 et 1930, la mémoire de la guerre est quasi omniprésente : par le deuil massif qui frappe, directement ou indirectement, chaque famille ou presque ; par l'érection de monuments aux morts (dans 95 p. 100 des communes françaises) ; par l'investissement des anciens combattants dans l'espace public et leur attachement au pacifisme ; enfin par l'ampleur des productions culturelles qui la prennent pour objet. Les romans et récits de guerre se comptent par centaines, certains étant même portés à l'écran, comme Les Croix de bois de Roland Dorgelès, prix Femina 1919, adapté au cinéma par Raymond Bernard en 1932. Le souvenir du conflit est, de plus, périodiquement ravivé par les parutions plus ou moins polémiques de Mémoires et de souvenirs des dirigeants (l'ancien ministre de la guerre et président du Conseil Paul Painlevé justifie sa politique très discutée dans Comment j'ai nommé Foch et Pétain en 1923) et par les funérailles de ses grands acteurs (Clemenceau et Foch en 1929, Joffre en 1931). Il donne lieu à de vifs débats politiques autour de certaines affaires, comme la question des « fusillés pour l'exemple », pour laquelle une Cour spéciale de justice militaire finit par siéger en 1932.

À cette forte présence mémorielle succède u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : agrégé, docteur en histoire, professeur en classes préparatoires

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

André LOEZ, « GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere-memoires-et-debats/