ALBERT Ier (1875-1934) roi des Belges (1909-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Philippe, comte de Flandre, et de Marie de Hohenzollern-Sigmaringen, Albert épouse en 1900 Élisabeth de Bavière dont il a trois enfants : Léopold, Charles et Marie-Josée, qui deviendra reine d'Italie.

Le 23 décembre 1909, il succède à son oncle Léopold II, mort sans laisser de fils. Calme, modeste et très cultivé, il sera aimé du peuple belge. La tension intérieure rend les premières années de son règne très difficiles : problèmes sociaux, question flamande. Le roi se montre respectueux de la Constitution. La situation internationale incite le gouvernement à renforcer la défense nationale, et le service militaire obligatoire pour tous les hommes âgés de vingt ans est décrété en 1913, ce qui permet à l'armée belge de jouer un rôle important pendant les premiers mois de la guerre de 1914-1918.

En 1914, Albert exige sa prérogative constitutionnelle, le commandement personnel de l'armée. Il prend des initiatives stratégiques, notamment la décision de faire évacuer Anvers pour éviter l'encerclement de l'armée belge. Il crée la ligne de l'Yser pour contenir l'avance allemande vers la mer. Établi avec sa famille à La Panne, il surveille de près les opérations militaires pendant toute la guerre. Ses initiatives en vue de faire cesser les hostilités restent sans résultats. Après la victoire des Alliés, il rentre à Bruxelles le 22 novembre 1918. Son prestige est tel après la guerre que les partis acceptent son arbitrage chaque fois qu'une question grave les oppose. Il encourage vivement la reconstruction rapide de la Belgique : villes rebâties, usines remises en marche, voies ferrées réparées. Le pays connaît ensuite une économie prospère qui ne sera compromise que par la crise économique mondiale de 1929. Des traités de commerce sont signés avec le Luxembourg en 1921, avec la France, les Pays-Bas et les pays scandinaves en 1928 [...]

Foch décore les soldats belges

Foch décore les soldats belges

Photographie

Le général français Foch (1851-1929), commandant du groupe d'armées du Nord, lors des offensives d'Artois (1915) et de la bataille de la Somme (1916), puis commandant unique pour le front occidental (26 mars 1918). Il décore, en 1916, des soldats belges, sous l'œil du roi Albert... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALBERT I er (1875-1934) roi des Belges (1909-1934)  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La renaissance »  : […] À partir de 1874, les quais de l'Escaut furent rectifiés à nouveau et inaugurés en 1885. Pendant cette opération, une bonne partie de l'ancienne ville fut sacrifiée au « progrès ». Le Steen (ce qui signifie un château ou une demeure en pierre ou en brique), utilisé comme prison depuis le xiii e  siècle, fut sauvé de justesse de la démolition, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anvers/#i_22129

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale »  : […] Le 4 août 1914, dans sa marche sur Paris, l'Allemagne envahissait la Belgique . Si l'armée belge ne fut pas en mesure de stopper l'avance allemande, elle sut du moins la retarder. Après la bataille de la Marne, les Allemands s'emparèrent enfin de la place forte d'Anvers, mais le gros de l'armée belge put s'échapper vers la plaine de l'Yser, où elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22129

Pour citer l’article

Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS, « ALBERT Ier (1875-1934) - roi des Belges (1909-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-ier/