ÉPÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arme blanche individuelle, l'épée accompagne souvent le guerrier barbare dans sa tombe. Childéric Ier, père de Clovis (mort en 481/482), fut inhumé avec une épée à poignée d'or enrichie de grenats (des débris au cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale). À l'entrevue de Ponthion en 754, le pape Étienne II aurait donné au roi Pépin une épée destinée à protéger le Saint-Siège (selon une relation postérieure, vers l'an 1000). Cet objet peut être en rapport avec l'épée qui apparaît lorsque Louis II, fils de l'empereur Lothaire, est sacré roi des Lombards par Serge II (Rome, 844) et avec l'épée « de saint Pierre » que la veuve de Charles II le Chauve apporta avec d'autres insignes du roi de France Louis II le Bègue (877). Les rites de chevalerie étant codifiés depuis les Carolingiens (ordo de Mayence, vers 961), on les intégrera peu à peu à la cérémonie du sacre du roi (ordo des Francs de l'Ouest, vers 900), en pensant l'investir d'un « glaive spirituel » (ordo de sacre anglo-saxon de 973). Suger conte que Louis VI le Gros se vit ôter par le prélat « l'épée de la chevalerie du siècle » lors du sacre et qu'il reçut « celle de l'Église pour la punition des malfaiteurs » (1108). Au sacre de Philippe II Auguste en 1179, l'épée royale fut portée devant lui dans le cortège par le comte de Flandre. L'ordo du sacre français écrit vers 1200 montre que le roi doit être fait chevalier avant le rite de l'onction ; l'épée est ainsi portée, haute et nue ; l'archevêque la donne au roi, qui reçoit aussi des éperons : le souverain sera le protecteur de l'Église, du royaume, « le fort d'Israël » qui exercera la justice et qui, ayant pratiqué les vertus, pourra régner avec Celui dont il est l'image (prière de l'ordo). Cette cérémonie aura encore lieu pour Charles X en 1825. Cette épée sera dite Joyeuse du nom de l'épée de Charlemagne dans les chansons de geste dès le sacre de Philippe III le Hardi en 1271 (elle était peut-être dite telle dès 1179) ; c'est un objet qui existe toujours en ses parties essentielles, incroyable amalgame d'éléments disparates (début du xie s., mais montage de la poignée à la fin du xiie s.) ; diverses retouches furent apportées au cours des siècles ; la fusée fut refaite et le haut du fourreau fut restauré en 1804, l'épée « de Charlemagne » étant présente au sacre de Napoléon Ier après n'avoir été qu'une épave du trésor de Saint-Denis ; elle servit à Charles X, figura au musée des Souverains et se trouve dans la galerie d'Apollon au Louvre, avec les éperons d'or à boule du xiie siècle qui servirent au sacre royal. Lors de son sacre, Napoléon porta une épée faite sous le Consulat et dont la poignée était ornée du régent et d'autres diamants : avec des pierres de remplacement, elle se trouve dans les collections du prince Napoléon. L'épée de cérémonie de Charles X, faite pour être ornée de diamants (1824), fut transformée pour Napoléon III et fut volée dans la même galerie en 1976. Il existe bien d'autres épées illustres en France : au musée de l'Armée (hôtel des Invalides) est déposée l'épée de connétable de France datant du xve siècle, destinée à être portée haute et nue par ce grand officier de la Couronne, lors de l'entrée du roi en une ville ou lors de sa propre entrée, comme représentant du souverain ; on peut y voir aussi l'épée de François Ier à Pavie (1525), rapportée de Madrid par Murat (1808), l'épée de Napoléon Ier à Austerlitz (1805). Le cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale possède l'épée du grand maître de l'ordre de Saint-Jean dit de Malte que Bonaparte emporta après la prise de l'île (1798 : Épée de la victoire, travail allemand de la seconde moitié du xvie s., donnée par Philippe II d'Espagne à l'ordre). On peut encore citer l'épée de grand écuyer du duc de Lorraine faite à Paris pour la pompe funèbre du duc Léopold (1729), et qui appartient au prince de Beauvau Craon. Signe de noblesse sous l'Ancien Régime — tout gentilhomme pouvant porter cette arme —, l'épée n'est plus guère portée en France de nos jours, hors les membres laïcs de l'Institut de France en uniforme. L'armée de terre et la marine utilisent parfois épée et sabre lors des défilés, l'armée de l'air ayant une sorte de poignard.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉPÉE  » est également traité dans :

ARMES - Armes anciennes et armures

  • Écrit par 
  • Jacques BOUDET
  •  • 3 489 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les armes de main »  : […] Les combats se déroulant durant des millénaires comme une série de corps à corps et une multiplicité de duels simultanés, le rôle du poignard et de l' épée est attesté sans interruption de l'époque néolithique au xviii e  siècle. Arme d'estoc (c'est-à-dire faite pour transpercer) à double tranchant, le poignard néolithique en lame de pierre courte (de 20 à 40 cm) était déjà si parfait que les modè […] Lire la suite

BOISSE PHILIPPE (1955- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 157 mots

Escrimeur français né le 18 mars 1955. Spécialiste de l'épée. Médecin, Philippe Boisse est champion olympique d'épée par équipes en 1980 à Moscou, avec Philippe Riboud, Hubert Gardas et Patrick Picot. Philippe Boisse obtient le titre olympique individuel à l'épée en 1984 à Los Angeles, dominant en finale le Suédois Bjarne Väggö, alors que Philippe Riboud s'adjuge la médaille de bronze. Il est égal […] Lire la suite

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 392 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les arts du métal »  : […] Le travail de damasquinage est une technique délicate d' incrustation de petits filets d'or ou d'argent dans un objet de métal. Cette technique s'est répandue de Damas à Tolède et en Inde. Certaines pièces sont en fer, tel, par exemple, le casque damasquiné en or du sultan Barsbay ; sur les objets de cuivre ou de bronze, des caractères ou des motifs décoratifs sont damasquinés en argent ; au x iii […] Lire la suite

ESCRIME

  • Écrit par 
  • Jean DURRY
  •  • 694 mots

« À la fin de l'envoi, je touche... » Le vers célèbre de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand était lié à une escrime bien précise, celle du duel, à l'issue parfois mortelle, qui fut longtemps la seule survivance du combat à l'« arme blanche » devenu lui-même caduc. Si les traités d'escrime, depuis le xvi e siècle, tendent à fixer, au-delà d'une théorisation abstraite, les techniques les plus effi […] Lire la suite

FLESSEL LAURA (1971- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  • , Universalis
  •  • 647 mots
  •  • 1 média

Escrimeuse française née le 6 novembre 1971 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Par sa farouche volonté de vaincre, un sens certain de la communication et, bien sûr, ses brillantes performances, Laura Flessel aura sorti l'épée féminine de la confidentialité. Laura Flessel débute la pratique de l'escrime à l'âge de sept ans, au sein du club de l'OMCS Petit-Bourg (Basse-Terre), où le maître d'armes Joël […] Lire la suite

GAUDIN LUCIEN (1886-1934)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 066 mots

Considéré comme le meilleur escrimeur français du début du xx e  siècle, Lucien Gaudin remporta quatre médailles d'or et trois médailles d'argent aux jeux Olympiques. Pourtant, victime des circonstances et d'une déveine tenace, il dut attendre 1928 pour s'adjuger enfin une médaille d'or à titre individuel aux Jeux : il était alors âgé de quarante-deux ans. Éclectique, il brillait au fleuret comm […] Lire la suite

HUNS

  • Écrit par 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 3 686 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La culture matérielle »  : […] La plupart des objets qui témoignent de la culture matérielle des nomades de l'époque hunnique proviennent du mobilier funéraire. Ils sont intimement liés à leur mode de vie. Ainsi, les éléments de harnachement, trouvés en grand nombre, confirment le rôle prépondérant du cheval chez les Huns, maintes fois souligné par les auteurs anciens. On a mis au jour des mors de chevaux avec des harnais en f […] Lire la suite

MANGIAROTTI DARIO (1915-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 308 mots

Né le 18 décembre 1915 à Milan, Dario Mangiarotti appartient à une dynastie d'escrimeurs qui fit briller les couleurs de l'Italie aux jeux Olympiques. Il est l'un des fils du maître d'armes milanais Giuseppe Mangiarotti, qui fut quatrième de la compétition d'épée aux jeux de Londres en 1908 et dix-sept fois champion d'Italie professionnel. Tout comme ses frères Edoardo et Mario, il est initié à l […] Lire la suite

MANGIAROTTI EDOARDO (1919-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 630 mots

L' Italien Edoardo Mangiarotti fut l'un des plus talentueux escrimeurs de l'histoire. Au cours de sa carrière, longue de plus d'un quart de siècle, il décrocha treize médailles olympiques et treize titres de champion du monde dans les épreuves d'épée (sa meilleure arme) et de fleuret. Edoardo Mangiarotti est né le 7 avril 1919 à Renate, en Lombardie. Son père, Giuseppe, un brillant escrimeur dix-s […] Lire la suite

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 120 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fer »  : […] Des textes égyptiens datant d'environ 3500 avant J.-C. mentionnent l'existence de l'utilisation du fer. À Gerzeh, des éléments de perles fabriqués à partir de fer météorique ont été retrouvés, mais l'emploi de ces épaves de fer comme bijoux ne constitue pas un point de départ certain pour l'art du fer. Le travail de mise en forme de ce métal n'a, pour ainsi dire, pas évolué de la préhistoire à nos […] Lire la suite

Les derniers événements

9-26 septembre 2006 Vatican – Allemagne. Visite du pape Benoît XVI en Allemagne et polémique sur ses propos relatifs à l'islam

Il dit: „Montre moi ce que Mahomet a apporté de nouveau et tu ne trouveras que du mauvais et de l'inhumain comme ceci, qu'il a prescrit de répandre par l'épée la foi qu'il prêchait“. La conversion par la force, poursuit Manuel II, „est contraire à la raison“ et „ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu.“» Citant l'éditeur de ce dialogue, le pape commente: «Pour la doctrine musulmane, en revanche, Dieu est absolument transcendant. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé PINOTEAU, « ÉPÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epee/