FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871)

ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ
  • , Universalis
  •  • 2 675 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'annexion »  : […] Le 8 octobre 1870, Bismarck fait placarder dans la capitale alsacienne conquise : « Strasbourg, à partir d'aujourd'hui, sera et restera une ville allemande ! » « Jamais ! » protestent les Alsaciens en lettres énormes, apposées sur ces mêmes affiches. La question d'Alsace-Lorraine était née. En Lorraine, les Allemands annexèrent la partie délimitée par l'actuel département de la Moselle et qui comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-alsace-lorraine/#i_16061

BAZAINE FRANÇOIS ACHILLE (1811-1888) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 263 mots

Après avoir servi en Algérie et en Espagne, Bazaine commande une brigade pendant la guerre de Crimée. En 1855, il est nommé général de division et gouverneur de Sébastopol. Au cours de la guerre franco-sarde contre l'Autriche, il s'empare de Solferino (28 juin 1859). Envoyé au Mexique, en 1863, il prend Puebla , devient commandant en chef du corps expéditionnaire français et est élevé, en 1864, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-achille-bazaine/#i_16061

BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le chancelier fédéral »  : […] Le traité de Prague permet à Bismarck de réorganiser l'Allemagne comme il l'entend. Il sait que Napoléon III attache un grand prix à l'indépendance des États du Sud : aussi se contente-t-il de conclure avec les royaumes de Bavière et de Wurtemberg et les grands-duchés de Bade et de Hesse-Darmstadt des traités d'alliance qui placent leurs armées, en cas de guerre, sous commandement prussien (août-s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/#i_16061

COMMUNE DE PARIS, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale de Versailles. La nouvelle République, dirigée par l'ambigu Adolphe Thiers, semble donc fragile. C'est da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-en-bref/#i_16061

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Naissance de la Commune »  : […] La guerre déclarée à la Prusse par Napoléon III, en juillet 1870, avait accumulé, en France, les désastres militaires. Le 4 septembre, sous la poussée populaire, la République est proclamée. Un gouvernement – auquel participent le général Trochu , président, Jules Favre et Jules Ferry – est chargé, en principe, de continuer la guerre. Le peuple de Paris, assiégé par les Allemands à partir du 19 s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_16061

CUIRASSIER

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 658 mots

À l'origine désigne un cavalier portant cuirasse. La première application officielle du nom de cuirassier dans l'armée française date de 1665 : création du régiment de cuirassiers du roi, « régiment n o 7 » de la cavalerie dite alors légère depuis la suppression de l'armure, remplacée par la cuirasse. Ce régiment devient, en 1791, le « numéro 8 » des régiments de grosse c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuirassier/#i_16061

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La guerre de 1870 »  : […] Telle est la situation lorsque, le maréchal Prim ayant, en 1869, après la chute de la reine Isabelle, offert la couronne d'Espagne au prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, parent éloigné du roi de Prusse Guillaume I er , Bismarck, malgré le refus de l'intéressé, a poursuivi le projet, sans toutefois compromettre la Prusse. Le prince Léopold a fini par poser sa candid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_16061

EMS DÉPÊCHE D' (1870)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 310 mots

La dépêche d'Ems est l'occasion de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Le gouvernement provisoire espagnol du général Prim avait offert la couronne d'Espagne à Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, petit-cousin du roi de Prusse. Léopold, longtemps hésitant, accepte, sur les instances de Bismarck, et obtient l'accord du roi Guillaume I er , chef de la famille. Le 3 juil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depeche-d-ems/#i_16061

FAIDHERBE LOUIS (1818-1889)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 597 mots

Général et colonisateur français. Issu d'une famille modeste (son père, ancien volontaire de 1792, était bonnetier à Lille), Louis Faidherbe est nommé officier du génie à sa sortie de Polytechnique et fait de longs séjours en Algérie entre 1842 et 1852, acquérant ainsi une expérience directe et précoce du monde musulman. Envoyé au Sénégal en 1852, il en devient gouverneur de 1854 à 1861, puis de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-faidherbe/#i_16061

FAVRE JULES (1809-1880)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 204 mots

Avocat, député républicain de 1848 à 1851, Jules Favre fut un des cinq élus républicains du département de la Seine au Corps législatif en 1857. Actif opposant au second Empire, il fut de ceux qui refusèrent leur caution à l'expédition du Mexique et à la déclaration de guerre de 1870. Le 4 septembre 1870 il fut élu, à l'Hôtel de Ville, vice-président du gouvernement de la Défense nationale et nomm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-favre/#i_16061

FERRY JULES (1832-1893)

  • Écrit par 
  • Jean GARRIGUES
  •  • 2 146 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la IIIe République »  : […] Né le 5 avril 1832 à Saint-Dié, dans les Vosges, dans une famille bourgeoise et fortunée, il est le fils de l'avocat Charles-Édouard Ferry et d'Adèle Jamelot. Son père, libre-penseur, lui donne une éducation classique, libérale et agnostique. Il est notamment influencé par la pensée d'Auguste Comte, qui propose de renoncer à la recherche des causes transcendantes pour s'en tenir aux phénomènes. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-ferry/#i_16061

FREYCINET CHARLES LOUIS DE SAULCES DE (1828-1923)

  • Écrit par 
  • Pierre BARRAL
  •  • 366 mots

Élève de l'École polytechnique lors de la révolution de février 1848, Charles Louis de Saulces de Freycinet se porte volontaire comme aide de camp du gouvernement provisoire. Puis sous le Second Empire, il fait carrière, à partir de 1856, dans l'administration des chemins de fer. En octobre 1870, il se trouve à Tours où Gambetta est à la recherche d'un adjoint qui soit doué de compétences techniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freycinet-charles-louis-de-saulces-de/#i_16061

GAMBETTA LÉON (1838-1882)

  • Écrit par 
  • Henri LERNER
  •  • 846 mots
  •  • 1 média

La forte personnalité de Léon Gambetta domine les débuts de la III e République, dont il est l'un des principaux fondateurs, sinon même l'incarnation aux yeux des Français. À la fin du second Empire, ce jeune avocat, né à Cahors dans une famille d'origine italienne et qui était venu chercher fortune à Paris, est révélé par le procès Baudin (1868). La plaidoirie qu'il pron […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-gambetta/#i_16061

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 648 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ermite de Caprera (1867-1882) »  : […] Bien qu'il ait dû renoncer à conquérir la Ville sainte – celle-ci ne sera occupée par les troupes piémontaises qu'en 1870, après la capitulation de Napoléon III à Sedan – Garibaldi connaît après Mentana une immense popularité. Pour les Italiens, il est le héros mythique de la nation unifiée : celui qui a su faire passer l'intérêt de la nation italienne avant toute autre considération, et notamment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-garibaldi/#i_16061

GUILLAUME Ier (1797-1888) roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888)

  • Écrit par 
  • Léon STRAUSS
  •  • 461 mots
  •  • 1 média

Second fils de Frédéric-Guillaume III et de la reine Louise, Guillaume participe aux dernières campagnes contre Napoléon. Lors des événements de 1848, il apparaît comme l'incarnation des idées réactionnaires et absolutistes. Après les journées révolutionnaires de mars 1848, il se réfugie quelque temps en Angleterre, mais c'est lui qui commande, en 1849, les troupes de répression prussiennes en Pal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ier/#i_16061

MANTEUFFEL EDWIN baron von (1809-1885)

  • Écrit par 
  • François IGERSHEIM
  •  • 351 mots

Comme son cousin germain Otto, Edwin von Manteuffel est originaire de basse Lusace. Il entre en 1827 dans l'armée. En 1840, il est l'aide de camp du prince Albert de Prusse, en 1848 celui du roi Frédéric-Guillaume IV, qui lui confie de nombreuses missions diplomatiques. En 1857, il est chef du cabinet militaire du roi et directeur du personnel au ministère de la Guerre. Il compte parmi les « génér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-manteuffel/#i_16061

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Commune de Paris »  : […] La Commune de Paris et ses conséquences immédiates marquent la fin de la première période de l'histoire du mouvement ouvrier organisé. Du point de vue de Marx, la guerre franco-allemande de 1870 présente un redoutable dilemme : –  Elle annonce, quelle qu'en soit l'issue, la chute de Napoléon III, la fin du bonapartisme en France et la fin de son influence sur l'Europe : elle implique du même coup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-marx/#i_16061

METZ

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • Colette RENARD-GRANDMONTAGNE
  •  • 1 130 mots
  •  • 5 médias

Préfecture de la Moselle et, jusqu’en 2015, de la région administrative Lorraine , Metz est une ancienne cité épiscopale. Son agglomération a connu une forte expansion depuis sa création en 2002 puisque, en 2012, elle comprend quarante communes pour une population de 389 700 habitants. Bien que proche des grands foyers industriels de la Lorraine du Nord, Metz est demeurée une ville essentiellemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metz/#i_16061

MOLTKE HELMUTH comte von (1800-1891)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 374 mots

Feld-maréchal et théoricien militaire prussien, Moltke a été l'un des principaux artisans de l'unité allemande. Après avoir été instructeur dans l'armée turque, il fait une carrière d'officier d'état-major prussien et devient le chef de cet état-major en 1857. Disciple de Clausewitz, il a pour objectif la destruction totale de l'armée ennemie, l'occupation du territoire adverse et la « paix dictée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/helmuth-moltke/#i_16061

MONUMENTS AUX MORTS

  • Écrit par 
  • Oonagh HAYES
  •  • 3 289 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un phénomène caractéristique »  : […] Au xix e  siècle, un processus de démocratisation tant en politique que dans les mentalités se met en place. Ainsi, les hommages publics se reportent des monuments aux grands généraux sur une reconnaissance des citoyens-soldats. À travers cette évolution se concrétise le concept de nation. Les monuments dédiés aux morts de 1870-1871, notamment, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monuments-aux-morts/#i_16061

NANCY

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • Colette RENARD-GRANDMONTAGNE
  •  • 1 022 mots
  •  • 5 médias

L'ancienne capitale du duché de Lorraine est, au début du xxi e  siècle, à la tête d'une agglomération de 434 470 habitants. Celle-ci est un des deux pôles principaux de la métropole lorraine qui s'étire, sur une centaine de kilomètres, pour l'essentiel le long du couloir mosellan, de Nancy à Thionville. Si la renommée internationale de Nancy est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nancy/#i_16061

OLLIVIER ÉMILE (1825-1913)

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL
  •  • 582 mots

Comme son adversaire Adolphe Thiers, Émile Ollivier est né à Marseille. Grandi dans un milieu républicain (son père a protégé Mazzini réfugié à Marseille), il est, tout jeune, commissaire de la République dans les Bouches-du-Rhône et le Var au lendemain de la révolution de février 1848. Il apaise les passions, désarme les préventions, mais les journées de juin 1848, qui agitent Marseille comme Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-ollivier/#i_16061

ROSSEL LOUIS (1844-1871)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

D'ascendance protestante et cévenole, la famille de Louis Rossel est de tradition républicaine, son père, officier de carrière, vote contre l'Empire. Sorti brillamment de Polytechnique, il fait la guerre comme capitaine. En 1870, il publie un livre sur L'Organisation militaire de la France . Après les premières défaites, il préconise la levée en masse et l'organisation de pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-rossel/#i_16061

SEDAN BATAILLE DE (1er sept. 1870)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 396 mots
  •  • 1 média

Défaite française majeure lors de la guerre de 1870, la bataille de Sedan entraîna la chute du second Empire . Elle opposa 120 000 soldats français sous les ordres du maréchal de Mac-Mahon à plus de 200 000 soldats allemands sous les ordres du général Helmuth von Moltke, autour de la place forte de Sedan, située au fond d'une cuvette traversée par la Meuse, non loin de la frontière belge. Plutôt q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-sedan/#i_16061

THIERS ADOLPHE (1797-1877)

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous la IIe République et le second Empire »  : […] La révolution de février 1848 n'écarte pas Thiers de la politique comme elle écarte Guizot. Au contraire, le péril social surexcite l'ardeur combative de l'homme d'État. Thiers appuie la candidature de Louis-Napoléon à la présidence, moins par fidélité à la mémoire de Napoléon, qu'il a d'ailleurs toujours exaltée, que parce qu'il a pensé, comme les autres chefs conservateurs, que Louis-Napoléon l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-thiers/#i_16061

TROCHU LOUIS JULES (1815-1896)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Officier, Louis Jules Trochu sert en Algérie, en Crimée, en Italie et obtient le grade de général en 1866. Son livre L'Armée française en 1867 , où il dénonce la désorganisation de l'armée impériale, entraîne sa disgrâce. Mais la popularité qu'il en acquiert le fait nommer gouverneur de Paris le 17 août 1870. Le 4 septembre, il devient président du gouvernement de la Défense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-jules-trochu/#i_16061

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'installation »  : […] Une tradition républicaine, minoritaire mais militante, forte dans les classes populaires des villes et dans les nouvelles couches de la bourgeoisie, s'opposait à l'idée bonapartiste plébiscitaire. Une fraction des classes dirigeantes restait fidèle à l'esprit de la monarchie constitutionnelle. L'empire libéral de 1870, jouant de la division des républicains en libéraux parlementaires et en révolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_16061


Affichage 

Bataille de Reischoffen, A. Morot

photographie

Charge de cuirassiers, le 6 août 1870 Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la puissance de feu décuplée de l'infanterie et de l'artillerie sonne le glas pour les charges furieuses de cavalerie Aimé Morot, «Bataille de Reischoffen», huile sur toile, 1887 

Crédits : AKG

Afficher

Bismarck impose ses conditions

photographie

Le chancelier prussien Otto von Bismarck (1815-1898) dicte ses conditions aux représentants français, Félix Faure (1841-1899) et Adolphe Thiers (1797-1877), lors de la signature des préliminaires de paix à Versailles, en 1871 

Crédits : ullstein bild/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Le général Trochu

photographie

Le général Louis Trochu (1815-1896), gouverneur de Paris puis président du gouvernement de la Défense nationale, en 1870 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Paris assiégé

photographie

À Montmartre (Paris), on gonfle le ballon Neptune, sous la surveillance du photographe Nadar, pour une mission de reconnaissance C'est à bord d'un ballon de ce type que Léon Gambetta a pu quitter Paris assiégé par les Prussiens, en octobre 1870 

Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Sedan

photographie

L'infanterie prussienne à la bataille de Sedan (France), lors de la guerre de 1870 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Bataille de Reischoffen, A. Morot
Crédits : AKG

photographie

Bismarck impose ses conditions
Crédits : ullstein bild/ ullstein bild/ Getty Images

photographie

Le général Trochu
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paris assiégé
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Sedan
Crédits : Hulton Getty

photographie