Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La guerre impériale : d’août jusqu’à Sedan

Si peu de Français souhaitaient la guerre, et ne l’avaient d’ailleurs pas connue sur leur sol depuis plus de cinquante ans, la détermination, voire des élans d’enthousiasme marquent la mobilisation. Il faut néanmoins être prudent et rester attentif aux expériences individuelles qui ne se réduisent pas à des termes aussi absolus que « patriotisme » ou « refus de la guerre », d’autant que l’écrit est encore largement monopolisé par les élites sociales.

Le système de mobilisation militaire français est plus lent et archaïque que celui des États allemands : fin juillet, l’armée française aligne 240 000 hommes contre 500 000 Allemands. L’infériorité numérique se double d’une faiblesse du commandement et de la maîtrise du terrain : les généraux français (Mac Mahon, Bazaine, Bourbaki…) sont plus habitués aux terrains coloniaux qu’à la guerre européenne. Enfin, la logistique et l’artillerie allemande (canon Krupp) ont le dessus, bien que l’armée française bénéficie d’avantages technologiques mal exploités (fusil Chassepot, mitrailleuse ou « canon à balles »).

Les premiers théâtres d’opérations en Alsace et en Lorraine, qui devaient mener à l’invasion des États de l’Allemagne du Sud et leur faire abandonner l’alliance prussienne, sont des échecs cuisants : battues parallèlement à Forbach et à Frœschwiller le 6 août, les armées françaises reculent et se dérobent, tandis que les Allemands de la 1re et de la IIe armée cherchent la bataille décisive selon la stratégie définie par le chef d’état-major Helmuth von Moltke. Entre les 16 et 18 août, l’armée du Rhin commandée par Bazaine est bloquée dans sa marche sur Châlons-sur-Marne (batailles de Gravelotte, Mars-la-Tour, Saint-Privat) et se retrouve assiégée dans Metz. Le reste de l’armée, commandé par Mac Mahon, tente après le 23 de passer la Meuse pour débloquer la situation : les hésitations du commandement mènent à l’encerclement dans la cuvette de Sedan, où l’armée, avec l’empereur à sa tête, est contrainte de capituler le 2 septembre.

<em>La Dernière Cartouche</em>, A. de Neuville - crédits : Propriété du CNTTDM actuellement exposé au Musée

La Dernière Cartouche, A. de Neuville

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870 - crédits : G. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Thibault MONTBAZET. FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/01/2024

Médias

<em>La Dernière Cartouche</em>, A. de Neuville - crédits : Propriété du CNTTDM actuellement exposé au Musée

La Dernière Cartouche, A. de Neuville

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870 - crédits : G. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Lion de Belfort - crédits : Kirill Rudenko/ Moment Open/ Getty Images

Lion de Belfort

Autres références

  • ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

    • Écrit par et
    • 2 685 mots
    • 1 média
    Le 8 octobre 1870, Bismarck fait placarder dans la capitale alsacienne conquise : « Strasbourg, à partir d'aujourd'hui, sera et restera une ville allemande ! »
  • BAZAINE FRANÇOIS ACHILLE (1811-1888) maréchal de France

    • Écrit par
    • 265 mots

    Après avoir servi en Algérie et en Espagne, Bazaine commande une brigade pendant la guerre de Crimée. En 1855, il est nommé général de division et gouverneur de Sébastopol. Au cours de la guerre franco-sarde contre l'Autriche, il s'empare de Solferino (28 juin 1859). Envoyé au Mexique, en 1863, il...

  • BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

    • Écrit par
    • 4 879 mots
    • 3 médias
    L'achèvement de l'unité est, dans ces années 1867-1870, la préoccupation majeure de Bismarck, qui n'ignore pas les obstacles pouvant s'élever du côté de la France. La guerre à propos du Luxembourg a été évitée de justesse, en 1867. La situation est claire : Napoléon III est...
  • COMMUNE DE PARIS, en bref

    • Écrit par
    • 210 mots
    • 1 média

    En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale...

  • Afficher les 30 références