Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Un bilan du conflit

Les opérations militaires provoquèrent la mort de 140 000 Français et 51 000 Allemands. On estime également que la faim et les épidémies causèrent le décès de 450 000 personnes en France, sans compter le coût démographique subi par le pays du fait des naissances non advenues et de la perte des 1,5 million de résidents des territoires annexés.

Comme la guerre de Crimée et la guerre de Sécession, le conflit franco-allemand comporte des aspects nouveaux qui ont frappé les contemporains : la modernité de l’armement (fusils à chargement par la culasse, usage plus massif d’une artillerie plus performante pouvant frapper de loin avec une cadence plus importante et une plus grande précision, ce qui rend obsolètes les anciennes fortifications, notamment celles de Paris), le recours au chemin de fer et au télégraphe, l’omniprésence de la presse et des reporters de guerre, ainsi que l’importance de la mobilisation militaire (trois millions d’hommes au total) représentent des éléments caractéristiques de la guerre moderne qui émerge alors. Il faut également noter le retentissement mondial du conflit : si tous les États restent neutres, les opinions du monde entier se passionnent pour cette guerre grâce au progrès dans la circulation de l’information. Quelques milliers de volontaires internationaux s’engagent aux côtés de la République (Italiens, Polonais, Espagnols, Irlandais, Belges), tandis que des solidarités humanitaires se déploient par l’intermédiaire notamment de la Croix-Rouge.

Proclamation de l’Empire allemand, 1871 - crédits : AKG-images

Proclamation de l’Empire allemand, 1871

C’est enfin sur la question nationale que le conflit a de profondes répercussions. L’Allemagne triomphante est unifiée autour du roi de Prusse Guillaume Ier, proclamé empereur allemand à Versailles le 18 janvier 1871, et placé à la tête d’une confédération dont les particularismes ne sont cependant pas tout à fait éliminés. Les territoires annexés sont désignés comme Reichsland (terre d’Empire), possessions communes des Allemands. Du côté des vaincus émerge un nationalisme blessé par la défaite et tourné vers le redressement interne, dans lequel le thème de la « Revanche », contrairement à ce que l’on a souvent affirmé, n’eut rien de dominant. La géopolitique européenne en est finalement bouleversée, et ceux qui, comme les Britanniques, avaient choisi la neutralité, doivent désormais compter avec une France affaiblie et une « Révolution allemande » (Benjamin Disraeli) qui avait fait naître une nouvelle puissance continentale.

— Thibault MONTBAZET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Thibault MONTBAZET. FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/01/2024

Médias

<em>La Dernière Cartouche</em>, A. de Neuville - crédits : Propriété du CNTTDM actuellement exposé au Musée

La Dernière Cartouche, A. de Neuville

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870 - crédits : G. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Lion de Belfort - crédits : Kirill Rudenko/ Moment Open/ Getty Images

Lion de Belfort

Autres références

  • ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

    • Écrit par et
    • 2 685 mots
    • 1 média
    Le 8 octobre 1870, Bismarck fait placarder dans la capitale alsacienne conquise : « Strasbourg, à partir d'aujourd'hui, sera et restera une ville allemande ! »
  • BAZAINE FRANÇOIS ACHILLE (1811-1888) maréchal de France

    • Écrit par
    • 265 mots

    Après avoir servi en Algérie et en Espagne, Bazaine commande une brigade pendant la guerre de Crimée. En 1855, il est nommé général de division et gouverneur de Sébastopol. Au cours de la guerre franco-sarde contre l'Autriche, il s'empare de Solferino (28 juin 1859). Envoyé au Mexique, en 1863, il...

  • BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

    • Écrit par
    • 4 879 mots
    • 3 médias
    L'achèvement de l'unité est, dans ces années 1867-1870, la préoccupation majeure de Bismarck, qui n'ignore pas les obstacles pouvant s'élever du côté de la France. La guerre à propos du Luxembourg a été évitée de justesse, en 1867. La situation est claire : Napoléon III est...
  • COMMUNE DE PARIS, en bref

    • Écrit par
    • 210 mots
    • 1 média

    En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale...

  • Afficher les 30 références