Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871)

De l’armistice à la paix

Le 23 janvier 1871, le ministre des Affaires étrangères Jules Favre rencontre Bismarck dans son quartier général de Versailles : les discussions aboutissent à une convention d’armistice qui entre en vigueur le 28 janvier. Une suspension des hostilités de trois semaines doit servir à élire une assemblée légitime pour négocier la paix : le 8 février, une assemblée à majorité monarchiste sort du scrutin. Le monde politique était en effet divisé sur la fin à donner au conflit. Le zèle patriotique et l’autoritarisme de Gambetta en détournent cependant plus d’un de la poursuite de la guerre, et un véritable parti de la paix, allant des républicains modérés aux monarchistes, se forme progressivement autour de l’ancien orléaniste Adolphe Thiers. Ce dernier prend la tête du nouveau gouvernement issu de l’assemblée, installée à Bordeaux puis à Versailles. Il signe un traité préliminaire à la paix le 26 février, puis la paix définitive à Francfort le 10 mai 1871, alors que la Commune de Paris (18 mars-28 mai), opposée au gouvernement, prolonge le conflit en guerre civile.

Les clauses du traité sont sévères pour le vaincu : les départements d’Alsace et de la Moselle sont annexés par l’Allemagne, et une indemnité de cinq milliards de francs-or est fixée, dont le paiement est garanti par l’occupation d’une partie du territoire français.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Thibault MONTBAZET. FRANCO-ALLEMANDE GUERRE (1870-1871) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/01/2024

Médias

<em>La Dernière Cartouche</em>, A. de Neuville - crédits : Propriété du CNTTDM actuellement exposé au Musée

La Dernière Cartouche, A. de Neuville

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870 - crédits : G. Dagli Orti/ DeAgostini/ Getty Images

Reddition de Napoléon III à Sedan en 1870

Lion de Belfort - crédits : Kirill Rudenko/ Moment Open/ Getty Images

Lion de Belfort

Autres références

  • ALSACE-LORRAINE QUESTION D'

    • Écrit par et
    • 2 685 mots
    • 1 média
    Le 8 octobre 1870, Bismarck fait placarder dans la capitale alsacienne conquise : « Strasbourg, à partir d'aujourd'hui, sera et restera une ville allemande ! »
  • BAZAINE FRANÇOIS ACHILLE (1811-1888) maréchal de France

    • Écrit par
    • 265 mots

    Après avoir servi en Algérie et en Espagne, Bazaine commande une brigade pendant la guerre de Crimée. En 1855, il est nommé général de division et gouverneur de Sébastopol. Au cours de la guerre franco-sarde contre l'Autriche, il s'empare de Solferino (28 juin 1859). Envoyé au Mexique, en 1863, il...

  • BISMARCK OTTO VON (1815-1898)

    • Écrit par
    • 4 879 mots
    • 3 médias
    L'achèvement de l'unité est, dans ces années 1867-1870, la préoccupation majeure de Bismarck, qui n'ignore pas les obstacles pouvant s'élever du côté de la France. La guerre à propos du Luxembourg a été évitée de justesse, en 1867. La situation est claire : Napoléon III est...
  • COMMUNE DE PARIS, en bref

    • Écrit par
    • 210 mots
    • 1 média

    En mars 1871, les Allemands vainqueurs de la guerre contre la France, font le siège de Paris. Le second Empire a été renversé et, depuis le 4 septembre 1870, la République a été proclamée. L'Assemblée élue le 8 février 1871 est toutefois à majorité monarchiste ; elle siège dans la ville royale...

  • Afficher les 30 références