GNOSTICISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approches du phénomène gnostique

Aspects historiques

Un certain type de connaissance

La gnose (du mot grec gnôsis) peut se définir comme une connaissance salvatrice, qui a pour objet les mystères du monde divin et des êtres célestes, et qui est destinée à révéler aux seuls initiés le secret de leur origine et les moyens de la rejoindre, et à leur procurer ainsi la certitude du salut, que celui-ci soit obtenu ou non par une collaboration entre la grâce divine et la liberté humaine. L'idée de ce type de connaissance est apparue très probablement dans le judaïsme, à l'époque et dans le milieu même où est né le christianisme, et elle est restée vivante à la fois dans le christianisme, orthodoxe ou hérétique, et dans les mouvements religieux (tel le mandéisme) apparentés au judaïsme ou au judéo-christianisme.

Afin d'éviter des confusions ou des imprécisions, on réservera le terme « gnose » à ce type de connaissance religieuse et l'on n'utilisera le terme « gnosticisme » que pour désigner un mouvement religieux très particulier : l'ensemble des sectes ou des écoles qui, durant les premiers siècles du christianisme, ont eu en commun une certaine conception de la « gnose », qui fut rejetée par l'Église chrétienne orthodoxe.

La « gnose » propre au « gnosticisme » a pour première caractéristique de dissocier création et rédemption ; le monde sensible est crée, ou, du moins, totalement dominé, par des puissances ou mauvaises ou bornées, parmi lesquelles le Dieu de l'Ancien Testament, le Yahvé du peuple juif, joue un rôle prépondérant. Ce Démiurge ignore ou veut ignorer ou veut faire ignorer l'existence du Dieu transcendant et bon qui est la source du monde spirituel. Les âmes des hommes qui possèdent la « gnose [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GNOSTICISME  » est également traité dans :

ADAMITES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 713 mots

Terme désignant les membres de deux sectes différentes, l'une gnostique, l'autre de la fin du Moyen Âge. La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate ( ii e s.). Soucieux d'imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c'est dans cet état qu'ils priaient et célébraient. Ils sont mentionnés par Épiphane, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adamites/#i_8278

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Les apocryphes au sens large »  : […] Les savants qui, du xvi e au xviii e  siècle, ont établi des recueils d'apocryphes du Nouveau Testament, s'en sont tenus à la définition stricte utilisée jusqu'ici. Mais, en 1866, Hilgenfeld rompit avec cette tradition en publiant un Novum Testamentum extra canonem receptum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_8278

BARDESANE (154 env.-env. 222)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 299 mots

Philosophe, astrologue et poète d'Édesse. Converti au christianisme, Bardesane (Bar Dīṣān, en syrien Ibn Dayṣān) vécut à la cour Abgar IX d'Édesse. Il composa en langue syriaque de nombreux ouvrages, dont il reste peu de chose : un Dialogue des lois du pays , retrouvé dans son texte syriaque original et peut-être identique au traité Sur le destin qui fu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bardesane/#i_8278

BASILIDE (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 272 mots

Écrivain gnostique qui enseignait, entre 120 et 145 environ, à Alexandrie au temps d'Hadrien et d'Antonin le Pieux. Il avait été l'élève, à Antioche, de Ménandre, disciple de Simon le Mage. Il composa un Évangile , dont on a un fragment, un commentaire, Exegetica (peut-être sur cet Évangile ), des Psaumes ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basilide/#i_8278

BOEHME JAKOB (1575-1624)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 2 651 mots

Jakob Boehme est un des plus grands représentants des courants mystiques et théosophiques de l'Allemagne des xvi e et xvii e  siècles. Contesté de son vivant, en raison de l'originalité de sa doctrine et de son obscurité, il exerça une immense influence sur les esprits adonnés à la recherche de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jakob-boehme/#i_8278

BOGOMILES

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 105 mots

Dans le chapitre « Théologie et vie des communautés »  : […] Ce système dualiste est fondé sur l'opposition entre la lumière et les ténèbres correspondant au Bien et au Mal. On retrouve ainsi les thèmes des anciennes gnoses telles qu'elles se présentaient chez Basilide et Valentin et telles que, de temps à autre, elles ont surgi sous des revêtements divers au cours de l'histoire. Ainsi les messaliens et les pauliciens, répandus dans l'Empire byzantin, ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bogomiles/#i_8278

CARPOCRATE & CARPOCRATIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 410 mots

On ne connaît pratiquement rien de Carpocrate, gnostique alexandrin du ii e  siècle et fondateur de la secte des carpocratiens. Les documents anciens rapportent qu'il avait pour femme une certaine Alexandrie, de qui il eut un fils, Épiphane, mort à dix-sept ans après avoir composé un traité, Sur la justice , dont un long pass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carpocrate-et-carpocratiens/#i_8278

CÉRINTHE (fin Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 123 mots

Hérétique judéo-chrétien qui aurait enseigné en Asie Mineure à la fin du i er siècle. Autant qu'on puisse la reconstituer, la théologie de Cérinthe est une forme de l'hétérodoxie judéo-chrétienne d'Asie Mineure, que déjà combat saint Jean, et elle reflète le dualisme courant à cette époque et dans ces milieux : le monde est l'œuvre d'une puissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerinthe/#i_8278

CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « La quête des traces du « Verbe » »  : […] Nous ne possédons pas d'ouvrage de Clément qui réponde d'une manière littérale à ce programme. Pourtant nous pouvons légitimement supposer que les huit livres des Stromates qui nous ont été conservés et les huit livres des Hypotyposes que nous ne connaissons que par un résumé de Photius ( Bibliotheca , codex 109) correspondaient à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-d-alexandrie/#i_8278

DOCÉTISME

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 244 mots

Les docètes (en grec dokêtai , du verbe dokein  : « paraître ») ont représenté une tendance hérétique dans le christianisme dès le i er siècle : le Christ, au cours de sa vie terrestre, n'avait pas un corps réel mais seulement un corps apparent, comme celui d'un fantôme. Bien qu'on trouve dans le Nouvea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/docetisme/#i_8278

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Dualisme gnostique »  : […] Le nom de gnosticisme a été donné par les historiens modernes à un ensemble d' hérésies chrétiennes qui apparurent dès la fin du i er  siècle. Ces hérésies, nombreuses et diverses, s'accordaient en ce qu'elles rejetaient, au moins en partie, l'Ancien Testament, et en ce qu'elles modifiaient la doctrine biblique de la création. Pour les gnostiques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_8278

ECCLÉSIASTIQUE LIVRE DE L'

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 877 mots

Un des livres de sagesse de la Bible catholique, l'Ecclésiastique est regardé par les juifs et les protestants comme un « apocryphe de l'Ancien Testament ». C'est pourtant un texte juif préchrétien d'une grande importance. Son nom lui vient d'un de ses manuscrits grecs, le 248, qui porte ce titre. Il est passé dans l'usage traditionnel par l'intermédiaire de l'ancienne version latine et des Pères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-l-ecclesiastique/#i_8278

ENCRATITES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 322 mots

Terme signifiant « les continents » (du grec enkratès ) et désignant plusieurs sectes hérétiques de l'Église ancienne qui prônaient un rigorisme moral radical (interdiction du mariage, abstention de viande et de vin) fondé sur une condamnation de la matière et du corps considérés comme les œuvres d'un démiurge distinct du Dieu suprême. Tatien, d'abord disciple de Justin, à Ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encratites/#i_8278

ÉVANGILE DE VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 428 mots

Parmi les traités coptes qui sont contenus dans le Codex I , aujourd'hui connu sous le nom de Codex Jung et trouvé à Nag Hammadi (Haute Égypte), dans l'extraordinaire bibliothèque « gnostique », l' Évangile de Vérité a tout de suite attiré l'attention. Ce titre était celui d'un ouvrage attribué à Valentin, ou du moins à ses discip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-verite/#i_8278

HÉRÉSIE

  • Écrit par 
  • Alain LE BOULLUEC
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le terme d'hérésie renvoie à un schème idéologique emprunté au grec. Dans l'historiographie hellénistique, hairesis désigne un courant de pensée, rattaché de manière assez lâche aux écoles philosophiques pourvues d'institutions stables, telles que l'Académie de Platon ou le Lycée. Avant les chrétiens, les juifs d'expression grecque ont adopté le terme pour l'appliquer aux te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heresie/#i_8278

HERMÉTISME

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 4 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature hermétique »  : […] Clément d'Alexandrie assure que les prêtres égyptiens transportaient dans leurs processions 42 livres d'Hermès dont 36 contenaient toute leur philosophie (sur les lois, les dieux, l'éducation des prêtres, les formes du culte, l'histoire, la géographie, les hiéroglyphes, l'astrologie, l'astronomie, les prescriptions religieuses) et dont 6 concernaient la médecine ( Stromates , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermetisme/#i_8278

IRÉNÉE DE LYON (130 env.-env. 208)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Traditions gnostiques et tradition apostolique »  : […] La Pseudo-Gnose démasquée et réfutée , tel est le titre de l'ouvrage en cinq livres (écrit vers 180-185) dans lequel Irénée réfute le gnosticisme. Appelé traditionnellement Adversus haereses , il ne nous est parvenu que dans des traductions latine et arménienne. Le premier intérêt de cette œuvre est de conserver des documents gnostiques authentiques, cit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irenee-de-lyon/#i_8278

JEAN LIVRE SECRET DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 326 mots

L'importance de l'écrit gnostique qu'est l' Apokryphon (ou Livre secret ) de Jean se mesure au nombre des versions antiques qu'on en a retrouvées : trois dans la bibliothèque de Nag Hammadi ( Codex II , III et IV ) et celle du papyrus copte de Berlin n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-secret-de-jean/#i_8278

JUDAS ÉVANGILE DE

  • Écrit par 
  • Simon MIMOUNI
  •  • 959 mots

Durant les deux premiers siècles de formation du christianisme, de nombreux évangiles ont été composés. Certains ont été canonisés et d'autres sont restés apocryphes. Tous démontrent l'extrême diversité doctrinale des communautés chrétiennes. L'Évangile de Judas est un de ces évangiles écrits par les premiers chrétiens, à l'époque où ils tentent de définir qui est Jésus et comment le suivre. Il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-judas/#i_8278

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « L'école de Safed et Isaac Luria »  : […] À partir de 1530, le centre du renouveau doctrinal est Safed, petite ville de Galilée. Les idées théosophiques pénètrent toutes les disciplines ; même des juristes comme Joseph Karo se situent sur le terrain de la kabbale et se réclament, comme plusieurs de leurs contemporains, de révélations personnelles. Le penseur le plus significatif de la première période de Safed est Moïse Cordovero (1522-1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_8278

LUMIÈRE & TÉNÈBRES

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 307 mots

L'opposition lumière-ténèbres constitue un symbole universel. Pour en esquisser l'enjeu symbolique, on peut introduire trois grandes acceptions de la lumière sur le plan de l'imaginaire : la lumière-séparation, la lumière-orientation, la lumière-transformation. Ces trois aspects de la lumière comme symbole se définissent par rapport à trois altérités ou trois formes de ténèbres, soit, respectiveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lumiere-et-tenebres/#i_8278

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Doctrine et mouvement religieux dont l'origine remonte au iii e  siècle de notre ère, le manichéisme a été longtemps considéré et traité comme une « hérésie » ou une secte chrétienne. En réalité, il est, au sens plein du terme, une religion : une religion de type dualiste et d'essence « gnostique », mais qui, eu égard à son originalité foncière, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manicheisme/#i_8278

MARCION (85 env.-env. 160)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 619 mots

Hérétique chrétien, né à Sinope (Pont). Marcion vint à Rome vers 140, eut des démêlés avec l'Église locale et en fut chassé en 144. Influencé par le gnostique Cerdon, Marcion fonda une Église fortement hiérarchisée, qui regroupa un grand nombre de fidèles en Orient au moins jusqu'au v e siècle. L'historien allemand Adolf von Harnack a donné de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcion/#i_8278

MESSALIENS

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 387 mots

Membres d'une secte gnostique apparue en Asie Mineure vers le milieu du iv e  siècle, provenant de l'Osrhoène, la région d'Édesse. On les appelle aussi euchites (du mot grec correspondant au mot syriaque qui a donné « messalien » ou « massalien » : celui qui prie), ou encore adelphiens, eustathiens, marcianites (d'après les noms de leurs porte-par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/messaliens/#i_8278

NAG HAMMADI BIBLIOTHÈQUE DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 1 376 mots

On désigne sous le nom de bibliothèque de Nag Hammadi un lot de papyrus découverts fortuitement par des paysans égyptiens durant l'hiver 1945-1946. Ces papyrus étaient enfermés dans une jarre, au pied de la falaise du Gebel el-Tarif, assez près de l'ancien monastère fondé par Pacôme (Pboou ou Phboou, aujourd'hui Faou Guibli), sur le territoire du village de Qsar El-Sayyad (l'antique Khenoboskion) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bibliotheque-de-nag-hammadi/#i_8278

NICOLAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 117 mots

L'Apocalypse ( ii , 6 et 15) fait allusion à la « doctrine des nicolaïtes », qui sévissent à Éphèse et à Pergame et prônent des pratiques idolâtriques et le libertinage des mœurs. On ne sait rien de ce mouvement, dont le nom est peut-être symbolique (cf. Apoc., ii , 14 et 20). Irénée et Clément d'Alexandrie citent sous ce nom une secte gnostique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolaisme/#i_8278

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 514 mots

Dans le chapitre « Réfutation des gnostiques »  : […] Un second exposé (II, iv -IV, xxvi ) reprend les différents points de la règle de foi en un ordre à peu près identique à celui du premier. Mais, cette fois, la perspective est plus nettement polémique : s'il s'agit de réfuter les objections que les gnostiques opposent aux vérités de la foi, il s'agit notamment de r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_8278

PHILIPPE ÉVANGILE DE

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 410 mots

Dans la nomenclature des évangiles apocryphes d'origine gnostique figurait l' Évangile de Philippe , connu par la Pistis Sophia et par Épiphane ( Panarion , XXVI, xiii ), qui en donne une citation. Mais on ignorait tout de ce texte jusqu'aux découvertes de Nag Hammadi, en 1945. Dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangile-de-philippe/#i_8278

PIERRE & DES DOUZE APÔTRES ACTES DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 163 mots

Assez bien conservé dans la bibliothèque gnostique de Nag Hammadi (Codex VI), le texte intitulé Actes de Pierre et des douze Apôtres est différent des Actes de Pierre . Il relate la mission de Pierre et des Apôtres, qui les entraîne dans une certaine ville où un marchand de perles, nommé Lithargoël, invite les pauvres à se rendre dans sa propre cité. Re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actes-de-pierre-et-des-douze-apotres/#i_8278

PLÉRÔME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 402 mots

Terme grec qui signifie « plénitude » et qui, dans cette acception, appartient à la langue classique. On le relève une quinzaine de fois dans le Nouveau Testament. On le rencontre aussi dans le néo-platonisme tardif, par exemple chez Damascius (au moins trois fois). Mais c'est le gnosticisme qui lui a donné valeur technique (et qui a influencé chrétiens et néo-platoniciens, qui s'en défendent). Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plerome/#i_8278

PUECH HENRI-CHARLES (1902-1986)

  • Écrit par 
  • Michel TARDIEU
  •  • 1 378 mots

Né à Montpellier, Henri-Charles Puech entre, après sa licence ès lettres, à l'École normale supérieure, où il passe la licence (1922), puis l'agrégation de philosophie (1924). Après son service militaire , il devient pensionnaire de la fondation Thiers jusqu'en 1929. Il fréquente les cercles surréalistes avec celui qui restera son compagnon de toujours, Raymond Queneau, d'un an son cadet. En 1927 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-charles-puech/#i_8278

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

Dans le chapitre « Le Nouveau Testament »  : […] Dans le Nouveau Testament, la révélation apparaît comme une « apocalypse », la manifestation d'un « secret caché dans les profondeurs de Dieu depuis l'origine des temps et maintenant dévoilé » (Éph., iii , 5) . Ce secret, œuvre de la sagesse de Dieu, consiste dans la manifestation survenue en Jésus de Nazareth. Celle-ci, répondant aux deux v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revelation/#i_8278

SEFER HA-BAHIR

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 359 mots

Traité anonyme, le premier à adopter le langage et les idées symboliques caractéristiques de la littérature kabbalistique qui s'étend du xiii e au xvi e siècle. Il est attribué à une autorité connue du Talmud, Rabbi Nehunya ben ha-Kana. Sa forme littéraire est celle d'un midraš […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-ha-bahir/#i_8278

SIMON LE MAGE ou LE MAGICIEN (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 286 mots
  •  • 2 médias

Selon les Actes des Apôtres ( viii , 9-24), Simon était un magicien, qui opérait en Samarie et se faisait appeler la Puissance de Dieu, la Grande. Converti par la prédication de Philippe, il reçut le baptême. Mais, quand il offrit de l'argent à Pierre pour obtenir le pouvoir de donner lui aussi le Saint-Esprit en imposant les mains (de là vient le nom de simonie), Pierre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-le-mage-le-magicien/#i_8278

SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET
  •  • 5 029 mots

Dans le chapitre « La philosophie orientale »  : […] Contrairement à la tradition péripatéticienne, qui veut que la totalité des existants forme une gradation homogène de substances, Sohrawardī pense que « les choses se divisent en ce qui est lumière dans la réalité essentielle de soi-même » et ce qui est ténèbre. Il donne ainsi une dignité métaphysique à un sentiment gnostique de la vie, fondé dans la reconnaissance d'un mal radical : « Combien ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohrawardi-suhrawardi/#i_8278

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théosophie et ésotérisme : histoire d'un mot »  : […] Le mot theosophia , qui signifie étymologiquement « sagesse de Dieu », apparaît chez plusieurs Pères de l'Église, grecs et latins, comme synonyme de «   théologie » ; et cela tout naturellement, puisque sophia signifie à la fois une connaissance, une doctrine et une sagesse. Le sophos est un « sage ». Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_8278

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_8278

VALENTIN (mort en 160 env.)

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 520 mots

Théologien chrétien marqué par les doctrines platoniciennes, Valentin, d'origine égyptienne, vint d'Alexandrie à Rome vers 135. Il a composé des Lettres , des Homélies , un traité Sur les trois natures et un Évangile de Vérité (qui pourrait bien être l'écrit de la bibliothèque de Nag Hammadi qui commence par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valentin/#i_8278

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel TARDIEU, Pierre HADOT, « GNOSTICISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/