WAGNER WIELAND (1917-1966)

Médias de l’article

Richard Wagner et Cosima Wagner

Richard Wagner et Cosima Wagner
Crédits : De Agostini

photographie

Hans Hotter

Hans Hotter
Crédits : Hulton Getty

photographie

Josef Greindl

Josef Greindl
Crédits : Hulton Getty

photographie


Arrière-petit-fils de Franz Liszt, petit-fils de Richard Wagner, Wieland Wagner, directeur du festival de Bayreuth de 1951 jusqu'à sa mort, profitera de la position que lui conférait son héritage familial pour imposer au monde une conception de la mise en scène wagnérienne, puis de la mise en scène d'opéra en général, radicalement neuve ; il deviendra ainsi le metteur en scène le plus important de l'histoire du théâtre lyrique au xxe siècle.

L'héritage

Fils de Winifred Williams et de Siegfried Wagner – chef d'orchestre, metteur en scène, compositeur et directeur du festival Richard Wagner –, Wieland Adolf Gottfried Wagner naît le 5 janvier 1917 à Bayreuth. Élevé dans le sérail wagnérien pour devenir un jour le continuateur du culte, il passe son enfance entre les ombres de ses grands-parents Richard et Cosima – cette dernière ne mourra qu'en 1930 –, et de ses arrière-grands-parents Franz Liszt et Marie d'Agoult, entouré d'une société de fervents wagnériens totalement sclérosée. Le renouveau du festival en 1924, la mort de sa grand-mère et de son père en 1930, la prise en main du festival par sa mère Winifred et l'arrivée dès 1933 d'une nouvelle équipe à sa direction artistique (Heinz Tietjen, Emil Preetorius puis Alfred Roller), le rôle privilégié dévolu à Bayreuth dans les choix politico-artistiques du IIIe Reich, des séjours prolongés à Munich près de Clemens Krauss : tels sont les principaux jalons d'une formation qui se concrétise d'abord dans la réalisation de décors pour le festival : Parsifal en 1936, Les Maîtres chanteurs de Nuremberg en 1943. Exempté de service militaire pour garantir le maintien du sang de Richard Wagner, il fait, pendant la guerre, de discrets débuts de metteur en scène à Nuremberg et à Altenburg, où il monte la Tétralogie en 1943-1944.

Richard Wagner et Cosima Wagner

Richard Wagner et Cosima Wagner

photographie

Richard Wagner avec Cosima, qu'il avait épousée le 25 août 1870. Cosima, fille de Franz Liszt et de la comtesse Marie d'Agoult, était l'ex-épouse du chef d'orchestre Hans von Bülow, un des champions de l'œuvre de Wagner, et le créateur de Tristan et Isolde, le 10 juin 1865. 

Crédits : De Agostini

Afficher

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WAGNER WIELAND (1917-1966)  » est également traité dans :

CRESPIN RÉGINE (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le triomphe à Bayreuth »  : […] Wieland Wagner, qui règne sur le mythique festival de Bayreuth, a entendu parler de cette voix exceptionnelle. En 1957, il auditionne Crespin, qui pense qu'il lui proposera peut-être Elsa ou Sieglinde ; à sa grande stupéfaction, Wieland l'engage pour le rôle de Kundry de Parsifal. Sa première apparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regine-crespin/#i_4492

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 246 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Une histoire mouvementée »  : […] semble avoir définitivement fermé ses portes. Mais les fils de Siegfried et de Winifred, Wieland (1917-1966) et Wolfgang (1919-2010), relancent le festival en 1951 : ce sera le Neues Bayreuth (« Nouveau Bayreuth »), symbole d'un dépoussiérage scénique, musical et idéologique complet, représenté notamment par les productions intemporelles et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_4492

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 227 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Même s'ils partagent la même éthique de la représentation lyrique, conçue comme un travail collectif, à l'opposé de tout star system, Wieland Wagner à Bayreuth et Walter Felsenstein au Komische Oper de Berlin-Est engagent la mise en scène d'opéra dans deux voies divergentes, celle d'un idéalisme inspiré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_4492

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 030 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] d'Antoine et de Stanislavski, en réaction aux tendances abstraites de la mise en scène issue d'Appia et de Craig dont les recherches de Wieland Wagner s'inspirent pour mettre fin à la glaciation de l'opéra wagnérien renforcée par la période nazie. Enfin, Jean Vilar (1912-1971) radicalise le tréteau nu de Copeau en l'enrichissant par le projet, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_4492

THOMAS JESS (1927-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 566 mots

Après un siècle d'omniprésence allemande et scandinave, Jess Thomas restera dans l'histoire du chant wagnérien comme le premier Heldentenor américain à s'être imposé à Bayreuth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jess-thomas/#i_4492

WAGNER WINIFRED (1897-1980)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 875 mots

public d'un quart de siècle. Elle en sortit en 1975. En 1949, elle avait cédé à ses fils Wieland et Wolfgang la propriété du Festspielhaus, assistant avec un dédain sarcastique à quelques-unes des aventures du Neues Bayreuth. Elle avait assez conscience d'avoir vécu elle-même l'apogée d'une histoire, avec le Ring de Furtwängler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/winifred-wagner/#i_4492

WAGNER WOLFGANG (1919-2010)

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 882 mots

par Hitler lui-même afin de préserver le sang des Wagner, il n'est pas, contrairement à son frère aîné Wieland (1917-1966), exempté de service armé, et il sera grièvement blessé en 1939, avant d'être réformé. Destiné, comme son frère, au service de la cause festivalière, il se forme à la mise en scène d'opéra à la Staatsoper de Berlin, auprès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-wagner/#i_4492

WINDGASSEN WOLFGANG (1914-1974)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 465 mots

Le ténor tant attendu, pilier du Nouveau Bayreuth, fondé avec lui et impensable sans lui, Wolfgang Windgassen avait trente-sept ans quand il fit ses débuts dans le Festspielhaus en juillet 1951. Son père Fritz Windgassen, ténor de format estimable, appartenait à la troupe de Stuttgart. Sa mère, chanteuse légère, était la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-windgassen/#i_4492

Pour citer l’article

Pierre FLINOIS, « WAGNER WIELAND - (1917-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wieland-wagner/