LANDOWSKI MARCEL (1915-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artisan du renouveau de la vie musicale française, Marcel Landowski est un des gestionnaires les plus lucides qu'ait connu la France dans le domaine artistique, tout en menant une importante carrière de compositeur.

Fils du sculpteur Paul Landowski et arrière-petit-fils du violoniste et compositeur Henri Vieuxtemps, il naît le 18 février 1915 à Pont-l'Abbé. Il fait ses études musicales au Conservatoire de Paris, où il est l'élève de Marguerite Long (piano), Noël Gallon (fugue), Philippe Gaubert (direction d'orchestre) et Henri Büsser (composition). Il est profondément marqué par l'influence d'Arthur Honegger et travaille avec le chef d'orchestre Pierre Monteux (1935) ; celui-ci crée ses premières œuvres en 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se fait remarquer avec l'oratorio Rythmes du monde (1939-1941). Puis il compose son premier ouvrage lyrique, Le Rire de Nils Halerius (1944-1948), qui s'impose dès sa création à Mulhouse en 1951 ; dans cette œuvre, il affirme son originalité en juxtaposant un opéra, un ballet et un oratorio, qui constituent chacun des trois actes. De la même époque datent le poème symphonique Edina (1946) et la Première Symphonie « Jean de la Peur » (1948). Il entreprend d'autres opéras : Le Fou (1948-1955), Le Ventriloque (1954-1955), L'Opéra de poussière (1958-1962) et Les Adieux (1959). Son Concerto pour ondes Martenot (1954) et son Concerto pour basson (1958) sont joués régulièrement. Ces œuvres révèlent un langage fort, à la limite de l'expressionnisme, au lyrisme puissant et à la profonde spiritualité.

Il est directeur de l'École nationale de musique de Boulogne-Billancourt (1960-1964) et directeur de la musique à la Comédie-Française (1961-1965) avant d'être appelé par André Malraux au ministère des Affaires culturelles comme inspecteur général de l'enseignement musical (1964) puis comme directeur de la musique, de l'art lyrique et de la danse (1970-1975). Depuis Lully, personne n'a occupé un tel poste en France. Il entreprend une réorganisation profonde des structures musicales françaises. Son objectif : réconcilier les Français avec la musique. L'Orchestre de Paris voit le jour en 1967, suivi de nombreux orchestres de région ; l'enseignement dans les conservatoires est entièrement rénové, les opéras de province se hissent à un niveau national et Rolf Liebermann fait du Palais Garnier une des plus brillantes scènes lyriques du monde. Mais Pierre Boulez engage une violente polémique avec Landowski, dont il juge les options trop conservatrices ; le monde musical français en restera durablement divisé en deux camps.

Avant d'occuper ces responsabilités, Marcel Landowski a composé encore quelques œuvres importantes : Les Notes de nuit, conte symphonique avec récitant (1961), le Deuxième Concerto pour piano (1963), la Deuxième (1963) et la Troisième Symphonie « des espaces » (1965), le Concerto pour flûte (1967).

Nommé en 1975 inspecteur général de la musique au ministère de l'Éducation nationale, il s'attache à réformer l'enseignement de la musique dans les lycées et collèges et connaît là le seul échec important de sa carrière : la musique restera le parent pauvre dans l'enseignement public. Directeur des Affaires culturelles de la Ville de Paris de 1977 à 1979, il poursuit son œuvre de rénovation avec la transformation du Châtelet, qui devient une des scènes musicales et lyriques les plus dynamiques de la capitale. Élu à l'Académie des Beaux-Arts en 1975, il en devient le secrétaire perpétuel (1986-1993) avant de devenir chancelier de l'Institut. Il meurt à Paris le 23 décembre 1999.

Pendant son passage au ministère des Affaires culturelles, il cesse de composer et la diffusion de son œuvre s'en ressent. À la fin des années 1970, il reprend la plume dans un style qui traduit autant sa foi que sa joie de vivre et la volonté de faire partager aux autres un amour de la vie inaltérable. Pour le dixième anniversaire de l'Orchestre de Paris, il compose la Messe de l'Aurore (1977), sur un texte de Pierre Emmanuel, une de ses œ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  LANDOWSKI MARCEL (1915-1999)  » est également traité dans :

MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE, Paris

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Paris Audiovisuel »  : […] L'idée d'un espace spécifiquement consacré à la photographie trouve son origine dans le contexte culturel de la fin des années 1970, quand Henry Chapier, critique et cinéaste, crée au sein de la mairie de Paris une structure d'aide à la production cinématographique. Paris Audiovisuel soutiendra entre autres les films de Marguerite Duras, Jacques Rivette et Agnès Varda. Par ailleurs directeur des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « LANDOWSKI MARCEL - (1915-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-landowski/