SOLTI GEORG (1912-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Respect et perfection

Abolissant toute notion d'école, Georg Solti n'avait qu'un seul souci, la perfection, qui l'a conduit à de profonds bouleversements dans les pupitres d'instruments à vent de l'Orchestre de Paris. Cette mutation fut ressentie à l'époque comme une blessure par des instrumentistes attachés à leur tradition nationale et, malgré des résultats superbes, le courant ne passa jamais vraiment entre Solti et les musiciens français, qui comprenaient mal son autorité parfois cassante. À l'inverse, c'est une véritable idylle qu'il entretint avec les musiciens de Chicago. Vers la fin de sa vie, ses apparitions à l'opéra se raréfièrent car les conceptions de certains metteurs en scène et l'absentéisme des chanteurs aux répétitions étaient pour lui autant d'obstacles à de bonnes productions. On l'a vu néanmoins descendre dans la fosse à Covent Garden pour La Traviata de Verdi en 1994, révélant au public international la soprano Angela Gheorghiu, et pour Simon Boccanegra de Verdi en 1997.

Cette grande rigueur a trouvé son plein épanouissement au disque : pendant un demi-siècle, Solti a enregistré en exclusivité chez Decca, un exemple de fidélité sans pareil. Il a joué un rôle décisif dans l'évolution de cette compagnie, poussant les ingénieurs du son – et le producteur visionnaire John Culshaw – à d'incessants progrès pour mieux restituer cette quête de la perfection. À la fin de sa carrière, il acceptait volontiers l'enregistrement sur le vif de certains concerts, avec quelques orchestres privilégiés en qui il avait totalement confiance (Vienne, Berlin, Chicago). Sa direction, implacable sur le plan rythmique, savait mettre en valeur les couleurs les plus brillantes. Il révéla un Wagner dépoussiéré, mais spectaculaire ; il fut un des grands interprètes de Mahler et il conserva toujours une affection particulière pour la musique de Bartók et de Kodály, dont il savait, mieux que quiconque, restituer la spontanéité.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  SOLTI GEORG (1912-1997)  » est également traité dans :

CHICAGO ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 672 mots
  •  • 3 médias

Fondé en 1891 par Ferdinand W. Peck sous le nom d'Orchestre de Chicago, il ne connaît, pendant plus d'un demi-siècle, que deux directeurs musicaux, Theodore Thomas (1891-1905) et Frederick Stock (1905-1942), tous deux d'origine allemande. Entre 1906 et 1912, il porte le nom de Theodore Thomas Orchestra avant d'adopter son intitulé actuel de Chicago Symphony Orchestra. Dès 1904, il possède sa pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-symphonique-de-chicago/#i_19188

PARIS ORCHESTRE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 918 mots
  •  • 2 médias

Fondé en 1967, l'Orchestre de Paris est la première réalisation du plan de renouveau musical français élaboré par Marcel Landowski à l'initiative d'André Malraux. Il a été suivi par la création d'une quinzaine d'autres orchestres de région. La vocation de l'Orchestre de Paris était de « jouer un rôle de premier plan dans la vie musicale parisienne et nationale et d'assurer dans les pays étrangers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-de-paris/#i_19188

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « SOLTI GEORG - (1912-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-solti/