GÉOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géographie culturelle

Longtemps « géographie des faits culturels », la géographie culturelle est devenue aujourd'hui « exploration géographique de la différence et du changement culturel » (Don Mitchell). Parler de géographie « culturelle » a longtemps surpris tant la géographie – discipline concrète et analysant les faits matériels – paraissait distante de la culture, du domaine de l'esprit. En France, le débat scientifique qui a agité la géographie jusqu'au début des années 1980 entre tenants de l'analyse spatiale et héritiers de Vidal de la Blache a assuré le succès de francs-tireurs inspirés par la phénoménologie ou la sociologie structuraliste et permis l'essor d'une géographie culturelle qui prend place au sein des sciences sociales.

Des origines ambiguës

La géographie culturelle trouve ses fondements dans l'école de pensée allemande qui s'inscrit dans la lignée de Kant. Elle mêle paradoxalement esprit humaniste et philosophie naturaliste. L'école du Landschaft (1880-1920) a développé la notion de Kultur, qui nourrit le rêve historique de la nation unitaire, pour la combiner à l'idée de nature, de paysage, de milieu. Sur ces bases, Friedrich Ratzel (1844-1904) fondera une géopolitique, conçue comme une écologie humaine, affirmant le rôle de l'État national, la place de la nature pour expliquer les sociétés (déterminisme), mais surtout celle de la culture pour justifier des conquêtes et affirmer le pouvoir d'État (cadre idéologique). Développée pour justifier les nationalismes et la colonisation, cette géographie humaine à fondement culturaliste, conservatrice et fondamentalement raciste sera rejetée par beaucoup pour avoir alimenté les idéologies d'extrême droite. Mais cette conception se perpétue chez Samuel Huntington parlant du « choc des civilisations ».

À la suite de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) fondateur de la géographie régionale, l'École française de géographie s'interroge sur les différences et la diversité des territoires, sur l'histoire et les permanences, sur les genres de vie qui traduisent les adaptations de l'homme au milieu. Premiers pas vers une géographie sensible aux lieux, aux milieux, et aux pratiques sociales. Cette géographie centrée sur les héritages historiques (Braudel servira plus tard de référence) et les déterminants culturels des structures régionales va fortement influencer l'école de Berkeley (milieu des années 1920), notamment Carl O. Sauer (1889-1975), fondateur de la géographie culturelle américaine. Cette dernière, plus tournée vers l'analyse des paysages et des milieux comme expression de la culture, ouvre la voie à l'écologie culturelle qui interroge les écosystèmes selon une conception évolutionniste.

Jean Bruhnes, André Siegfried, Pierre Deffontaines, Albert Demangeon, Jules Sion, Maximilien Sorre prolongent l'œuvre de Vidal et vont donner ses lettres de noblesse à la géographie humaine française tout au long de la première moitié du xxe siècle. D'autres, comme Pierre Gourou et les tropicalistes, vont défricher la géographie des aires culturelles et des civilisations à partir de l'analyse des organisations et traditions sociales, des systèmes économiques et politiques dominants. Par ailleurs, les travaux du sociologue allemand Georg Simmel, au début du xxe siècle, et des sociologues de l'école de Chicago (1920-1930), attentifs aux problèmes des métropoles urbaines naissantes, auront une influence, mais, en France, avec un grand décalage dans le temps.

Le renouveau : des géographies culturelles

En réaction aux certitudes des approches néo-positivistes et de la géographie quantitative, la géographie culturelle connaît en France, vers le milieu des années 1970, un renouveau qui passe d'abord par celui de la géopolitique, avec le pamphlet d'Yves Lacoste (La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre, 1976) et la revue Hérodote. Il faudra du temps pour que les analyses et les méthodologies s'affinent.

Autour de Paul Claval et de la revue Géographie et Culture (créée en 1992), des géographes post-vidaliens reprennent les méthodes et les objets des travaux de l'ethnologie culturaliste des années 1930, à la recherche de territoires identitaires, de lieux et d'actes symboliques, d'espaces vécus au quotidien, de paysages et de patrimoines. On parle alors d'ethnogéographie. Seul ou presque, Paul Clava [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Hémisphères terrestres

Hémisphères terrestres
Crédits : Living Earth

photographie

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉOGRAPHIE  » est également traité dans :

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle THOMAS
  •  • 6 605 mots
  •  • 2 médias

La géographie économique se situe à l’intersection de deux disciplines (la géographie et l’économie), qui toutes deux ont évolué au gré des courants de pensée, conduisant à nombre de définitions et de sous-disciplines souvent remises en cause. Une discipline se définit par le point de vue selon lequel elle analyse les objets ; les points de vue se complèt […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Géographie mythique et géographie savante »  : […] Au xiv e  siècle, on commence à établir des cartes du monde qui tiennent compte à la fois des connaissances héritées de l'Antiquité et des récits des voyageurs qui sont allés jusqu'au fond de l'Asie. La figure de l'univers habité se précise avec la découverte et la publication (en 1408) de la Géographie de Ptolémée, le célèbre astronome alexandrin du ii e  siècle. Comme Aristote, Ptolémée considér […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un découpage occidental du monde »  : […] La conception habituelle et normative de l'Asie relève d'un découpage du monde, d'origine occidentale, en six continents. Élaborée au xvi e  siècle en fonction de critères topographiques mais aussi socioculturels et politiques, elle est légitimée au cours du xix e  siècle par une approche scientifique qui recourt à la géologie, les continents étant considérés comme d'énormes masses terrestres di […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 490 mots
  •  • 3 médias

La cartographie a pour but la conception, la préparation et la réalisation des cartes. Sa vocation est la représentation du monde sous une forme graphique et géométrique. En cela, elle répond à un besoin très ancien de l'humanité qui est de conserver la mémoire des lieux et des voies de communication ainsi que de leurs caractères utiles ou hostiles à l'activité des hommes. D'abord stricte descrip […] Lire la suite

CORINE LAND COVER

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 290 mots

L'expression Corine Land Cover désigne une base de données géographiques sur l' occupation des sols qui est élaborée dans le cadre du programme européen de coordination de l'information sur l'environnement ( Corine ). Cette information de référence pour trente-huit États européens permet le suivi de l'occupation des terres. L'Agence européenne pour l'environnement pilote ce programme, en assure l […] Lire la suite

CORONELLI VINCENZO MARIA (1650-1718)

  • Écrit par 
  • André LOUCHET
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Né à Venise en 1650, Vincenzo Maria Coronelli fait ses études à Ravenne et entre chez les franciscains de Venise dès 1665. Docteur en théologie en 1673, il mènera sa vie durant une carrière de savant, de géographe et d’encyclopédiste. À la fin des années 1670, Coronelli travaille comme géographe pour le duc de Parme, Ranuce Farnèse, qui le considère comme « le plus grand fabricant de globes de to […] Lire la suite

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 931 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu faire douter de son orthodoxie dans la mesure où il écrivait dans une Alexandrie monophysite, à la veille du II e conci […] Lire la suite

COSMOS (A. von Humboldt)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 302 mots

Décrire la totalité des phénomènes célestes et terrestres rapportés à la planète, en employant une langue élégante : telle est l'ambition de Cosmos. Esquisse d'une description physique du monde ( Kosmos Entwurf einer physischen Weltbeschreibung ), œuvre à la fois scientifique, littéraire et philosophique, dont les deux premiers – et principaux – des cinq volumes sont publiés en 1845. Son auteur, l […] Lire la suite

DÉTERMINISME, géographie

  • Écrit par 
  • Vincent BERDOULAY, 
  • Olivier SOUBEYRAN
  •  • 1 556 mots

Le déterminisme, en géographie, renvoie communément au point de vue qui accorde une place prépondérante au milieu naturel dans l'analyse et l'explication des sociétés. On l'invoque toutefois plus souvent pour le critiquer chez l'adversaire que pour en faire ouvertement le fondement de son approche. La portée de ce paradoxe est amplifiée par l'ambiguïté des géographes dans leur propre pratique, co […] Lire la suite

DOLLFUS OLIVIER (1931-2005)

  • Écrit par 
  • Régis KEERLE
  •  • 662 mots

Né à Paris en 1931, Olivier Dollfus a incarné à sa manière la nouvelle géographie française. Agrégé de géographie, nommé professeur à la Sorbonne en 1967, il est l'un des membres fondateurs, en 1970, de l'université de Paris-VII, au sein de laquelle il a terminé sa carrière comme professeur émérite. Spécialiste des massifs montagneux (Andes, Himalaya et Alpes), il a notamment dirigé l'Institut fra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-11 novembre 2013 Philippines. Passage meurtrier du typhon Haiyan

La géographie de l'archipel et la faiblesse des moyens de communication opérationnels retardent l'arrivée des secours. Ce typhon est répertorié comme le plus puissant au monde dans l'histoire récente. Le 11, le délégué philippin à la conférence de l'O.N.U. sur les changements climatiques qui s'ouvre à Varsovie entame une grève de la faim pour dénoncer l'inaction internationale face à la « crise climatique » dont le typhon Haiyan est une manifestation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique CROZAT, Jean DRESCH, Pierre GEORGE, Philippe PINCHEMEL, Céline ROZENBLAT, Jean-Paul VOLLE, « GÉOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/