JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

La philosophie fut particulièrement en honneur dans les universités allemandes du xviiie siècle : de Wolff à Kant et à la grande génération de l'idéalisme, illustrée dans la dernière décennie du siècle par Reinhold, Fichte et Schelling. À côté de cette Schulphilosophie (W. Wundt) prospérait la réflexion d'hommes de lettres, d'artistes ou de théologiens pour lesquels la philosophie constituait moins une « profession » ou un domaine de recherche et d'enseignement académiques qu'un moyen de répondre à de vives et incoercibles exigences. Friedrich Heinrich Jacobi appartient, comme Herder, Hamman et Goethe, à ce groupe de penseurs. Il parvint à unir de manière originale les orientations de la philosophie des Lumières et celles du Sturm und Drang : au premier courant se rattachait son refus de toute spéculation métaphysique inattentive à la vie morale de l'homme ; du second, il retenait le souci d'éprouver la vie même dans sa plénitude et s'opposait à tout effort pour la réduire à des schémas rationnels. Mais, si ce goût pour une philosophie de la vie le porta à se rapprocher d'une certaine littérature d'inspiration religieuse, notamment du piétisme, largement répandu alors, Jacobi dut se livrer en contrepartie à une minutieuse analyse des doctrines qui lui semblaient dénaturer cette vie, en bouleverser les principes, en édulcorer le sens. Aussi, tout en demeurant, comme on l'a dit, un « écrivain d'occasion », s'employa-t-il, au fur et à mesure de sa critique du spinozisme, du criticisme kantien, de la théorie de la science de Fichte, de la philosophie de l'identité de Schelling, à montrer comment ces systèmes représentent les étapes successives d'un mouvement de progressive évacuation de la réalité. Par là, son œuvre apparaît comme un prisme à travers lequel se trouvent décomposées et analysées, et ainsi rendues plus compréhensibles, les constructions systématiques même les plus complexes, que toujours elle ramène à leurs conséquences directes pour l'homme. Jacobi est de la sorte un guide irremplaçable pour parcourir le chemin qui a conduit la culture allemande de la philosophie des Lumières à l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : dottore in filosofia e professore ordinario di storia della filosofia nell'università di Roma

Classification


Autres références

«  JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)  » est également traité dans :

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] raison devant le sentiment d'infinitude absolue qu'elle ne pourra jamais résoudre. Aussi bien, la nostalgie, qui tend vers l'éternité de l'objet au sens où celui-ci, pour Jacobi, garantirait la valeur et la pérennité de l'identité du sujet, posséderait-elle déjà cet objet même par les seules douleur et tension qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_36451

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] L'Europe cultivée est, au xviiie siècle, relativement unifiée. Tandis que d'Holbach traduit Toland, que Mirabeau lit d'Holbach, Toland et Spinoza, Diderot rencontre Herder à Paris et s'entretient avec lui de Spinoza ; mais il a également une correspondance avec Jacobi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_36451

Pour citer l’article

Valerio VERRA, « JACOBI FRIEDRICH HEINRICH - (1743-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/