JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spinozisme, athéisme et fatalisme

Toutefois, dans les années mêmes où il allait se trouver engagé dans le débat sur le spinozisme, Jacobi commença à douter de la possibilité de la morale et de la liberté, thème central de ses romans. En 1782, dans une lettre à la princesse Gallitzin, il se demande si l'on peut vraiment nier cette nécessité que les Anciens ont illustrée par le thème du destin.

Quoi qu'il en soit, le point de départ de la polémique sur le spinozisme fut occasionnel : au cours d'un voyage en Allemagne du Nord, en 1780, Jacobi avait rencontré Lessing qui, en commentant le Prométhée de Goethe, n'avait pas hésité à se déclarer spinoziste. Par la suite, ayant appris que Moses Mendelssohn, l'un des plus grands représentants de la philosophie des Lumières à Berlin, avait l'intention d'écrire un ouvrage à la mémoire de Lessing, disparu en 1781, Jacobi crut devoir l'informer de la conversation qu'il avait eue avec Lessing ; cette nouvelle jeta Mendelssohn dans la stupeur et l'embarras ; il s'ensuivit alors un échange de lettres, lesquelles, avec des modifications et appendices divers, furent publiées d'abord en 1785, puis en 1789, et enfin dans le quatrième volume des œuvres de Jacobi. Mais, en réalité, dans cet écrit (Über die Lehre des Spinoza in Briefen an Herrn M. Mendelssohn), il reste fidèle au développement le plus profond de sa pensée. Tout en admirant la rigoureuse cohérence de Spinoza, il y voit la raison de repousser non seulement cette philosophie, mais toute philosophie qui prétendrait à une universelle démonstration en se fondant sur le principe d'identité, c'est-à-dire sur les antiques axiomes idem est idem (ce qui en est identique à soi-même) et ex nihilo nihil fit (rien ne naît du néant). Par cette voie, en effet, on ne peut pas plus expliquer la causalité en l'homme en tant que liberté qu'en Dieu en tant que création et providence, ma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : dottore in filosofia e professore ordinario di storia della filosofia nell'università di Roma

Classification


Autres références

«  JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)  » est également traité dans :

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] On connaît l'image romantique du voyageur à la recherche d'une terre d'accueil ; et l'on sait déjà que le mirage du port s'évanouira au fur et à mesure que le voyageur s'en approchera. Rappelons à ce propos l'importance des cycles musicaux de Schubert, qui, sur les poèmes de Wilhelm Müller dans le Voyage d'hiver , condamnera le voyageur à l'errance sans fin sur la ritournell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_36451

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] À la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, l'Irlandais John Toland évoque explicitement dans ses œuvres et le nom et la méthode et la doctrine de Spinoza, disant de celle-ci, pour la louer, qu'elle est «  panthéiste ». Il reprend la même critique de la Révélation dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_36451

Pour citer l’article

Valerio VERRA, « JACOBI FRIEDRICH HEINRICH - (1743-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/