JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fichte et le spinozisme renversé

Aux yeux de Jacobi qui, depuis 1794, à la suite de l'invasion française, avait quitté Pempelfort pour le nord de l'Allemagne et séjournait principalement à Eutin, les développements de la philosophie kantienne dans la dernière décennie du siècle et surtout ceux de la théorie de la science de Fichte apportèrent la confirmation la plus précise et la plus surprenante de l'exactitude de son interprétation. En effet, avec la doctrine fichtéenne se trouvait affirmé d'une manière plus cohérente tout ce que Kant avait découvert, à savoir que la science consiste dans l'autoproduction de son objet ; et cette théorie, selon Jacobi, marquait le point terminal de l'évolution de la philosophie spéculative dont Spinoza avait donné une esquisse si radicale et qui consiste dans la recherche et la production d'une unité absolue, la seule différence entre Spinoza et Fichte consistant en ce que le premier était resté un « matérialiste spéculatif » tandis que, pour le second, le matérialisme se trouvait transfiguré en un idéalisme qui n'était ainsi qu'un « spinozisme renversé ». La théorie de la science est, en effet, une sorte de mathesis pura dans laquelle la conscience a une fonction analogue à celle de l'espace mathématique, en ce qu'elle est le principe de toutes ses productions. Avec cette interprétation, qui est principalement développée dans la lettre à Fichte de 1799, Jacobi voudrait venir en aide à Fichte, alors attelé à son Atheismusstreit (La Querelle de l'athéisme), en montrant que la théorie de la science, en tant que construction purement formelle, n'est ni théiste ni athée, mais qu'elle devient athée dès qu'elle méconnaît son propre rôle et qu'elle s'attribue celui de démontrer et de comprendre Dieu.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : dottore in filosofia e professore ordinario di storia della filosofia nell'università di Roma

Classification


Autres références

«  JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)  » est également traité dans :

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] On connaît l'image romantique du voyageur à la recherche d'une terre d'accueil ; et l'on sait déjà que le mirage du port s'évanouira au fur et à mesure que le voyageur s'en approchera. Rappelons à ce propos l'importance des cycles musicaux de Schubert, qui, sur les poèmes de Wilhelm Müller dans le Voyage d'hiver , condamnera le voyageur à l'errance sans fin sur la ritournell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_36451

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] À la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, l'Irlandais John Toland évoque explicitement dans ses œuvres et le nom et la méthode et la doctrine de Spinoza, disant de celle-ci, pour la louer, qu'elle est «  panthéiste ». Il reprend la même critique de la Révélation dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_36451

Pour citer l’article

Valerio VERRA, « JACOBI FRIEDRICH HEINRICH - (1743-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/