JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les contradictions de Kant

En réalité, cette polémique dépassa de loin la question de savoir si Lessing avait été spinoziste ou non : elle entraîna une renaissance spinoziste qui influa profondément sur la culture allemande de la fin du xviiie siècle ainsi que sur la formation même de la mentalité romantique et de la philosophie idéaliste. Quant à Jacobi lui-même, l'énergie avec laquelle il prit position le fit accuser de fidéisme, d'irrationalisme et même de cryptocatholicisme. Aussi se crut-il obligé de contre-attaquer dans un dialogue intitulé David Hume über den Glauben, oder Idealismus und Realismus (David Hume et la foi, ou l'Idéalisme et le réalisme). Cet ouvrage, publié à Breslau en 1787 et réédité dans le deuxième volume des œuvres complètes, réfutait également la philosophie kantienne qui, à la suite de la parution de la Critique de la raison pure (Kritik der reinen Vernunft, 1781), commençait précisément à avoir beaucoup de succès en Allemagne. Dans un appendice à son David Hume, sous le titre Über den transzendentalen Idealismus, Jacobi rédigea, en effet, quelques pages qui sont demeurées un modèle de tout un type de critiques antikantiennes. Il y reproche à la philosophie de Kant une incohérence intrinsèque qui fait qu'en admettant ses principes on ne peut accepter ses conclusions, et vice versa. En d'autres termes, cette pensée est jugée contradictoire et insoutenable : d'un côté, elle tend à enfermer toute connaissance dans la sphère des opérations du sujet ; de l'autre, elle attribue à celles-ci une valeur objective et nécessaire. Aussi, selon Jacobi, la philosophie kantienne, pour être cohérente, ne peut-elle qu'en venir à un « égoïsme spéculatif », c'est-à-dire à une complète négation de tout rapport avec une réalité vraiment objective.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : dottore in filosofia e professore ordinario di storia della filosofia nell'università di Roma

Classification


Autres références

«  JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)  » est également traité dans :

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un concept philosophique »  : […] On connaît l'image romantique du voyageur à la recherche d'une terre d'accueil ; et l'on sait déjà que le mirage du port s'évanouira au fur et à mesure que le voyageur s'en approchera. Rappelons à ce propos l'importance des cycles musicaux de Schubert, qui, sur les poèmes de Wilhelm Müller dans le Voyage d'hiver , condamnera le voyageur à l'errance sans fin sur la ritournell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_36451

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Spinoza et la naissance du panthéisme en Angleterre et en Allemagne »  : […] À la fin du xvii e et au début du xviii e  siècle, l'Irlandais John Toland évoque explicitement dans ses œuvres et le nom et la méthode et la doctrine de Spinoza, disant de celle-ci, pour la louer, qu'elle est «  panthéiste ». Il reprend la même critique de la Révélation dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_36451

Pour citer l’article

Valerio VERRA, « JACOBI FRIEDRICH HEINRICH - (1743-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/