BRENTANO FRANZ (1838-1917)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vérité et les valeurs

En ce qui concerne l'essence de la vérité, Brentano a tenu deux positions extrêmes. Au début, il postulait l'existence d'une « vérité en soi », existant indépendamment du sujet. Il affirmait l'existence des entités de raison (nombres, vérités, valeurs), tout en leur niant la réalité au sens où l'on dit qu'un homme ou un animal sont « réels ». Mais cette définition ontologique et « platonicienne » de la vérité fera place, dans les quinze dernières années de sa vie, à une conception gnoséologique tout à fait opposée : la « vérité en soi » et les valeurs sont des pures fictions ; il n'y a que des actes de jugement, et la vérité doit se fonder sur l'évidence de ces actes. Cette dernière théorie de Brentano exercera une profonde influence sur la philosophie du langage : on s'interrogeait à l'époque sur la possibilité de traduire les expressions abstraites (par exemple, Temps, Espace, Justice, Bien) en termes qui connotent des êtres « réels ». Brentano crut possible une telle traduction. D'autres tentatives célèbres de réduction furent celles de Russell, de Carnap et de Kotarbinski.

Dans son ouvrage De l'origine de la connaissance morale (Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis, 1889), Brentano présente la connaissance éthique comme fondée sur les émotions : amour et haine. L'action morale ne se fonde pas sur un impératif du vouloir, ainsi que le postulait l'éthique « formaliste » et « subjectiviste » de Kant, mais sur une conscience intentionnelle évidente des faits éthiques.

C'est le point de départ de l'éthique des valeurs, que proposeront Max Scheler et Nicolaï Hartmann.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRENTANO FRANZ (1838-1917)  » est également traité dans :

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un double courant originel : Wilhelm Wundt et Franz Brentano »  : […] La psychologie moderne, à ses origines, est représentée par deux noms de première importance : Wilhelm Wundt (1832-1920) et Franz Brentano (1838-1917). Wundt est le fondateur de la psychologie expérimentale, qui s'assigne alors pour tâche de reconstruire scientifiquement la conscience en tentant d'appliquer les méthodes physiologiques de l'époque aux « éléments » qu'elle suppose pouvoir différe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_20052

MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 677 mots

Dans le chapitre « La formation du système »  : […] Alexius von Meinong est né à Lemberg en Autriche. À l'université de Vienne, en 1870, il commence, comme Hume, par s'intéresser à l'histoire, à l'économie et au droit. Ses deux Hume Studien , conçues sous la direction de F. Brentano, la première sur la théorie de l'abstraction (1877), la seconde sur la théorie des relations (1882), décidèrent de sa carrière de philosophe. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexius-von-meinong/#i_20052

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Freud et la pensée romantique »  : […] D'après certains historiens, « il serait peut-être temps aujourd'hui de s'interroger sur les sources romantiques du freudisme » (A. Faivre, 1974). Inspiré par le célèbre cours que donna Alexandre Kojève de 1933 à 1939 sur la Phénoménologie de l'esprit de Hegel ( Introduction à la lecture de Hegel , 1947), Lacan a pressenti, bien que de façon partielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_20052

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intentionnalité des pensées »  : […] Au sens large, toute attitude propositionnelle et son contenu impliquent une « pensée » ou sont une forme de pensée : on ne peut pas croire que p sans avoir la pensée que p , ni désirer que p sans avoir la pensée que p . C'est en ce sens que l'on peut dire qu'attribuer des attitudes propositionnelles à un êt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_20052

TWARDOWSKI KASIMIERZ (1866-1938)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 515 mots

Philosophe polonais, né à Vienne, K. Twardowski passe son doctorat de philosophie en 1892 ; en 1895, il obtient une chaire de philosophie à l'université de Lwow où il enseigne jusqu'en 1930. Son rôle pédagogique est essentiel ; c'est lui qui forme les représentants de la philosophie polonaise du xx e siècle : J. Łukasiewicz, Lesniewski, K. Ajduki […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimierz-twardowski/#i_20052

Pour citer l’article

Samuel Hugo BERGMAN, « BRENTANO FRANZ - (1838-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/