BRENTANO FRANZ (1838-1917)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nature des phénomènes psychiques

Brentano définit la psychologie comme la science des phénomènes psychiques ; ceux-ci possèdent diverses caractéristiques.

Le phénomène psychique est une « représentation » (Vorstellung) ou se fonde sur une représentation. Les actes psychiques les plus complexes (le jugement, le vouloir, les émotions) reposent en dernière analyse sur la représentation, acte le plus élémentaire de la conscience.

Il y a une dualité inhérente au phénomène psychique : dans la représentation, le jugement ou l'émotion, la conscience « s'oriente » vers un objet ou un état donné. Cette relation, Brentano, fidèle à l'usage scolastique, la nomme « rapport intentionnel » (intentionale Beziehung) ou « intentionnalité ». Cette dualité est étrangère aux phénomènes physiques. La couleur ou le son ne s'orientent pas l'un vers l'autre, ils sont fermés en eux-mêmes. L'acte psychique (voir une couleur, entendre un son) porte en lui-même l'« intention » vers l'objet auquel il se réfère : la conscience se dépasse pour atteindre un objet « extérieur » à elle.

L'expression « rapport intentionnel » a été vulgarisée par Husserl et les phénoménologues, qui toutefois lui donnent un sens quelque peu différent.

D'après Brentano, les actes psychiques peuvent à leur tour devenir des objets intentionnels et servir de fondement à d'autres actes psychiques. Éprouve-t-on, par exemple, de la joie en écoutant un morceau de musique, la musique est l'objet intentionnel de l'acte d'écouter et celui-ci l'objet de la joie. La régression à l'infini est évitée car il ne s'agit que d'un seul phénomène (le son entendu et la joie éprouvée ne font qu'un) dans lequel on distingue, par abstraction, deux représentations orientées vers deux objets différents.

Le phénomène psychique n'est pas seulement « conscience de... », mais aussi « conscience de soi-même ». Celui qui entend un son a conscience de l'entendre, celui qui éprouve la douleur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRENTANO FRANZ (1838-1917)  » est également traité dans :

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un double courant originel : Wilhelm Wundt et Franz Brentano »  : […] La psychologie moderne, à ses origines, est représentée par deux noms de première importance : Wilhelm Wundt (1832-1920) et Franz Brentano (1838-1917). Wundt est le fondateur de la psychologie expérimentale, qui s'assigne alors pour tâche de reconstruire scientifiquement la conscience en tentant d'appliquer les méthodes physiologiques de l'époque aux « éléments » qu'elle suppose pouvoir différe […] Lire la suite

MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 677 mots

Dans le chapitre « La formation du système »  : […] Alexius von Meinong est né à Lemberg en Autriche. À l'université de Vienne, en 1870, il commence, comme Hume, par s'intéresser à l'histoire, à l'économie et au droit. Ses deux Hume Studien , conçues sous la direction de F. Brentano, la première sur la théorie de l'abstraction (1877), la seconde sur la théorie des relations (1882), décidèrent de sa carrière de philosophe. Privatdozent à Vienne de […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Freud et la pensée romantique »  : […] D'après certains historiens, « il serait peut-être temps aujourd'hui de s'interroger sur les sources romantiques du freudisme » (A. Faivre, 1974). Inspiré par le célèbre cours que donna Alexandre Kojève de 1933 à 1939 sur la Phénoménologie de l'esprit de Hegel ( Introduction à la lecture de Hegel , 1947), Lacan a pressenti, bien que de façon partielle et partiale, les liens qui rattachent la pen […] Lire la suite

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intentionnalité des pensées »  : […] Au sens large, toute attitude propositionnelle et son contenu impliquent une « pensée » ou sont une forme de pensée : on ne peut pas croire que p sans avoir la pensée que p , ni désirer que p sans avoir la pensée que p . C'est en ce sens que l'on peut dire qu'attribuer des attitudes propositionnelles à un être quelconque, c'est lui attribuer des pensées. Si l'on accepte cette caractérisation gé […] Lire la suite

TWARDOWSKI KASIMIERZ (1866-1938)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 515 mots

Philosophe polonais, né à Vienne, K. Twardowski passe son doctorat de philosophie en 1892 ; en 1895, il obtient une chaire de philosophie à l'université de Lwow où il enseigne jusqu'en 1930. Son rôle pédagogique est essentiel ; c'est lui qui forme les représentants de la philosophie polonaise du xx e siècle : J. Łukasiewicz, Lesniewski, K. Ajdukiewicz, T. Kotarbinski ; c'est lui qui, sans répandr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Samuel Hugo BERGMAN, « BRENTANO FRANZ - (1838-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/