GESTALTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le gestaltisme ou théorie de la forme, souvent désigné, dans les milieux spécialisés, par le vocable allemand Gestalttheorie, est un des systèmes psychologiques qui ont connu la plus grande popularité depuis les origines de la psychologie scientifique. Les raisons de ce succès sont multiples. Comme pour la psychanalyse et la théorie du conditionnement, la fortune de cette école est due principalement, semble-t-il, au fait qu'elle a énoncé et diffusé des concepts assez clairs à première vue, pouvant être compris superficiellement par l'homme de culture moyenne et n'exigeant, sur le plan du raisonnement, qu'un minimum d'information technique. L'approfondissement sérieux du système exige toutefois des connaissances théoriques, expérimentales et historiques qui dépassent largement le niveau de l'information courante. Les théoriciens du gestaltisme ont utilisé dans leurs manuels et traités des exemples cent fois répétés, tirés du domaine de la perception visuelle. Les figures caractéristiques sur lesquelles ils fondaient leurs analyses appartenaient pour la plupart au domaine des illusions optico-géométriques et ne permettaient guère, en raison de leur évidence apparente, de saisir les implications fondamentales d'un système qui, né des enseignements de l'école de Graz, devait supplanter la théorie élémentariste du contenu de conscience.

Cependant, malgré son opposition victorieuse à l'école de Leipzig, la théorie de la forme n'a pas réussi à se dégager du physicisme causal de la première psychologie scientifique. Orientée à l'origine vers une étude authentique de l'organisation phénoménale des perceptions sous l'influence des précurseurs de la phénoménologie, elle s'est trop souvent satisfaite dans la suite d'appliquer la méthodologie psychophysique à l'anal [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Figure réversible due à J. Albers

Figure réversible due à J. Albers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Effet d'appartenance locale

Effet d'appartenance locale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Autres références

«  GESTALTISME  » est également traité dans :

ASCH SOLOMON (1907-1996)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN
  •  • 305 mots

Psychologue social d'inspiration gestaltiste, Solomon Asch soulignait la nécessité d'envisager l'individu dans sa globalité en prenant en compte le contexte dans lequel s'insère le comportement social. Né à Varsovie en 1907, il émigre à New York avec sa famille en 1920. Il effectue un doctorat sur l'apprentissage à Columbia avant d'enseigner à Brooklyn College (1940-1943). Il découvre le gestalti […] Lire la suite

ASSOCIATIONNISME

  • Écrit par 
  • Frederic Charles BARTLETT
  •  • 630 mots

C'est pour expliquer des phénomènes propres à la mémoire qu'on élabora la théorie relative à l'association mentale. Celle-ci n'a posé un problème philosophique que lorsque, sous le nom d'associationnisme, des penseurs ont constitué une théorie psychologique globale. Aristote avait distingué trois formes d'association : par similarité, par contraste et par contiguïté. Mais la formule « association […] Lire la suite

COGNITION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 024 mots

Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement et de la formation de concepts, la cognition sociale est un courant de recherche très actif, qui […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les prodromes (1936-1950) »  : […] Il est néanmoins possible de situer les « causes immédiates » de l'avènement de ces sciences dans la période qui s'étend entre le milieu des années 1930 et la fin des années 1940. Deux articles fondamentaux du grand logicien anglais A. M.  Turing encadrent symboliquement cette préhistoire : en 1936, il jetait les bases mathématiques et conceptuelles de ce qui deviendrait, au cours de la décennie s […] Lire la suite

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Par-delà la théorie de la forme »  : […] On a remonté d'une acception habituelle mais dérivée du mot « espace » au sens premier de ce terme. Reste à se demander comment ce sens et cette appréhension de l'espace qu'il faut tenir pour originels nous demeurent ordinairement étrangers. C'est qu'à un moment de l'histoire de sa pensée, dit Alphonse De Waelhens, l'habitant du monde (en l'espèce l'homme occidental) s'est mué en pur « connaisseur […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « L'effet de Gestalt »  : […] Soit un nouveau-né, s'efforçant de sucer son pouce. Selon le mécanisme pur, un fonctionnement nerveux, en des circuits tout préparés, conduirait le pouce vers la bouche. Ce mécanisme pur suppose une finalité dans l'agencement des conducteurs nerveux. Mais, remarque Koffka, les choses se passent tout autrement : l'enfant s'arrange pour trouver son pouce aussi bien en tournant la tête qu'en bougean […] Lire la suite

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

L'histoire du concept de forme et des théories de la forme est des plus singulières. Nous vivons dans un monde constitué de formes naturelles. Celles-ci sont omniprésentes dans notre environnement et dans les représentations que nous nous en faisons. Et pourtant, jusqu'à une époque récente, on ne disposait d'aucune science morphologique à proprement parler. Ce n'est que vers la fin des années 1960 […] Lire la suite

GOLDSTEIN KURT (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 843 mots

Représentant une heureuse synthèse entre la neurologie, la neuropsychiatrie et la psychologie, l'œuvre de Kurt Goldstein, d'une importance capitale dans l'évolution de la psychologie clinique, constitue pour cette raison une véritable biologie du sujet humain et fournit le modèle d'une psychologie physiologique débarrassée des influences mécanistes, qui ont engagé les premiers psychophysiciens et […] Lire la suite

GROUPE DYNAMIQUE DE

  • Écrit par 
  • Didier ANZIEU
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « La perspective lewinienne »  : […] Kurt Lewin applique le principe de la Gestalttheorie (psychologie de la forme) à l'étude des groupes. Le groupe est un tout qui ne se réduit pas à la somme de ses parties. Il constitue avec son entourage immédiat une structure dynamique (un champ), dont les principaux éléments sont les sous-groupes, les membres, les canaux de communication, les barrières, et dont Lewin a essayé de donner une repr […] Lire la suite

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers l'heuristique comme psychologie de la découverte »  : […] Ce que l'on pourrait à bon droit nommer la conception moderne de l'heuristique apparaît dans les grands traités de méthode du xvii e  siècle –  conception qui va inéluctablement conduire à une interprétation psychologiste. On voit, en particulier chez Descartes, s'opérer une véritable transformation dans l'idée de méthode de découverte. Yvon Belaval a montré en quoi la méthode cartésienne, tout e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « GESTALTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/