HARTMANN NICOLAÏ (1882-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe allemand, né à Riga et mort à Göttingen, Nicolaï Hartmann, par la manière dont il aborde les problèmes de l'être et de la connaissance, se rattache au courant de la phénoménologie. Après des études à Saint-Pétersbourg, il fut l'élève de Hermann Cohen et de Paul Natorp, deux maîtres de l'École néo-kantienne de Marburg, dont fit partie aussi Ernst Cassirer. Il enseigna lui-même à Marburg dès 1920, mais, en 1921, son ouvrage sur la métaphysique de la connaissance (Grundzüge einer Metaphysik der Erkenntnis) marque sa rupture avec le kantisme : la connaissance est non la production d'un objet pour un sujet mais une appréhension, toujours imparfaite, du réel ; elle consiste en une relation entre des êtres qui existent indépendamment de celle-ci.

Avec son Ethik, en 1926, et surtout avec l'ouvrage intitulé La Structure du monde réel (Der Aufbau der realen Welt, 1940), Nicolaï Hartmann s'engage résolument dans la voie de la phénoménologie. Il se montre « réaliste » dans son approche du problème de la connaissance, lequel enveloppe le problème de l'être, la gnoséologie apparaissant alors comme indissociable de l'ontologie, bien que les deux ne puissent se confondre.

—  Raoul VANEIGEM

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « HARTMANN NICOLAÏ - (1882-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolai-hartmann/