FRANKENSTEIN

C'est le propre des mythes d'être sans cesse réinterprétés. Celui de Frankenstein, qui trouve son origine dans le récit de Mary Shelley (Frankenstein, or the Modern Prometheus, 1818), s'y prête tout particulièrement en ce qu'il joue sur le thème du double. Le savant Frankenstein tente de créer un homme, mais cette créature lui fait bien vite horreur et le monstre sans nom est condamné à la solitude, à la vengeance et à l'anéantissement final dans les glaces. Le passage, à partir de 1931, à un langage cinématographique, fait constitutif du mythe, accentue et précipite les distorsions apportées à l'histoire. N'en est-on pas venu progressivement, par un étrange déplacement dans la nomination, à confondre le savant et le monstre, le créateur et sa créature ? C'est que l'« humain » n'est pas si aisé à circonscrire. Déjà, dans l'histoire présentée par Mary Shelley, le mythe prométhéen peut se lire à un double niveau : celui du savant, dans son désir d'égaler un dieu créateur, et, d'une certaine façon, celui du monstre, dans son désir d'égaler l'homme. La relation dialectique qui s'instaure entre les deux figures porte, de part et d'autre, la marque de la révolte, de la culpabilité et de l'échec. Mais les possibilités visuelles d'un film, l'ajout d'éléments divers, la précision des images opèrent des décentrements, enrichissent ou modifient l'interprétation d'un mythe. Pour la trentaine de films qui prennent Frankenstein pour sujet, l'écart est grand, le plus souvent, par rapport à l'œuvre d'origine, jusqu'à atteindre parfois la dissolution complète du mythe dans le burlesque comme dans l'horreur. Cependant, deux séries de réalisations restent marquantes : celle de James Whale en 1936, La Fiancée de Frankenstein (The Bride of Frankenstein) — qui fait suite au Frankenstein du même réalisateur en 1931 — dans laquelle la création hollywoodienne de l'acteur Boris Karloff, avec son masque et sa démarche mécanique, imposera désormais une image légendaire du monstr [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  FRANKENSTEIN  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 078 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du film fantastique américain (1931-1939) »  : […] Frankenstein, mis en scène par James Whale, après le retentissement de Dracula, lui succède la même année. S'inspirant de l'œuvre de Mary Wollstonecraft Shelley Frankenstein, ou le Prométhée moderne (1818), Frankenstein donnait l'occasion à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_15185

KARLOFF BORIS (1887-1969)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 719 mots

L'acteur américain Boris Karloff se confond incontestablement avec la figure mythique de la créature de Frankenstein, même s'il désespéra durant toute sa carrière d'échapper à cette image et aux films d'horreur qu'il prisait médiocrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-karloff/#i_15185

LEE CHRISTOPHER (1922-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 507 mots
  •  • 1 média

de L’Étrange Rendez-vous (Corridor of Mirrors, 1948). Son premier rôle dans Frankenstein s’est échappé (The Curse of Frankenstein, 1957), où il interprète le monstre créé par le personnage éponyme, marque le début d’une longue et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christopher-lee/#i_15185

LUGOSI BELA (1882-1956)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 740 mots

il inscrit des répliques comme « Je ne bois jamais... de vin » dans la mémoire collective. Son nom restera associé au comte assoiffé de sang. Le succès du film Frankenstein, également produit par Universal, fait de ce studio le plus important producteur de films d'horreur de l'époque, et de Lugosi et Boris Karloff (qui joue le monstre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bela-lugosi/#i_15185

SHELLEY MARY GODWIN épouse (1797-1851)

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 397 mots

De l'aveu même de Mary Shelley, fille unique de deux écrivains, William Godwin et Mary Wollstonecraft, sa vocation littéraire va de soi. On peut cependant admirer la précocité dont elle fait preuve dans la meilleure et la plus célèbre de ses réalisations littéraires, Frankenstein, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-shelley/#i_15185

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « FRANKENSTEIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frankenstein/