SHELLEY MARY GODWIN épouse (1797-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'aveu même de Mary Shelley, fille unique de deux écrivains, William Godwin et Mary Wollstonecraft, sa vocation littéraire va de soi. On peut cependant admirer la précocité dont elle fait preuve dans la meilleure et la plus célèbre de ses réalisations littéraires, Frankenstein, publié en 1818 et commencé au cours de l'été 1816 qu'elle passe en Suisse en compagnie de son mari, le poète Percy Bysshe Shelley, de lord Byron et du Dr Polidori. La lecture commune d'histoires allemandes de revenants, dans leurs traductions françaises, les incite à un défi selon lequel chacun doit tenter, à son tour, d'écrire une histoire de revenants. Mais, seule Mary Shelley réussit à mener son projet à bien. Le pouvoir de sa propre vision imaginative, mais aussi les longues conversations philosophiques qu'entretiennent alors Byron et Shelley sont à l'origine de l'histoire de Frankenstein ou le Prométhée moderne (Frankenstein, or the Modern Promethus), où s'allient aux mythes de la poésie romantique certains effets de terreur propres au roman gothique en vogue deux décennies plus tôt. Le monstre sans nom, créé par Frankenstein, abhorré de son créateur, terrifiant et pourtant « trop humain », pourrait bien se nommer Adam, Caïn, Satan... À travers ces figures multiples s'expriment une même quête, une même interrogation angoissée sur la condition humaine, une même révolte désespérée. On le voit, le mythe Frankenstein, tel qu'il se développera par la suite dans la littérature populaire et surtout au cinéma, même si son caractère de « science-fiction » lui est conservé, est le plus souvent en rupture avec l'œuvre d'origine. Celle-ci s'inscrit, de par l'insertion sociale de son auteur, dans un courant littéraire où répondent, comme en écho, le Prométhée délivré (Prometheus Unbound, 1820) de Shelley, Le Dit du vieux marin (The Rime of the Ancient Mariner, 1798) de Coleridge, le Manfred (1816) de Byron, courant auquel Mary Shelley resta fidèle, comme en témoignent ses activités littéraires ultérieures, au nombre desquelles, outre des récits dont l'intérêt est essentiellement biographique, il faut citer la publication, en 1838, des œuvres annotées de son mari.

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst

Frankenstein ou le Prométhée moderne, T. von Holst

photographie

Publié en 1818, le roman de Mary Shelley, Frankenstein, or the Modern Prometheus est devenu un mythe à part entière dans la culture occidentale. Tout en se nourrissant de la poésie romantique et du roman gothique, le livre porte un regard très sombre sur l'idée de progrès dont s'était... 

Crédits : Private Collection/ Bridgeman Images

Afficher

—  Ann Daphné GRIEVE

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SHELLEY MARY GODWIN épouse (1797-1851)  » est également traité dans :

FRANKENSTEIN

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 569 mots
  •  • 1 média

C'est le propre des mythes d'être sans cesse réinterprétés. Celui de Frankenstein, qui trouve son origine dans le récit de Mary Shelley ( Frankenstein, or the Modern Prometheus , 1818) , s'y prête tout particulièrement en ce qu'il joue sur le thème du double. Le savant Frankenstein tente de créer un homme, mais cette créature lui fait bien vite horreur et le monstre sans nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frankenstein/#i_39600

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_39600

SHELLEY PERCY BYSSHE (1792-1822)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 400 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Nature, l'Amour et la Mort »  : […] Le père du poète appartenait à la petite noblesse de province et possédait quelque fortune et des terres. Percy naquit à Field Place, dans le comté de Sussex. Il avait plusieurs sœurs qu'il charmait, tout enfant, par les histoires fantasques qu'il inventait avec facilité. Malheureux à l'école aristocratique d'Eton, où étaient en faveur les brutalités infligées par les anciens aux nouveaux élèves, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percy-bysshe-shelley/#i_39600

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « SHELLEY MARY GODWIN épouse (1797-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-shelley/