DU QUESNOY FRANÇOIS (1597-1643)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bruxelles, d'origine flamande, François du Quesnoy fut l'un des plus importants sculpteurs actifs à Rome dans la première moitié du xviie siècle, à l'égal de Bernin, de l'Algarde et de Mochi. Comme son frère cadet, Jérôme le Jeune (1602-1654), il avait été formé à Bruxelles, sa ville natale, par son père, Jérôme l'Ancien (vers 1570-1641 ou 1642), l'auteur du Manneken-Pis, avec lequel il collabora au début de sa carrière. Aucune œuvre autographe réalisée durant cette période par François du Quesnoy n'a pu encore être identifiée.

Un Flamand à Rome

En 1618, grâce à une pension de l'archiduc Albert, François du Quesnoy se rendit à Rome pour étudier l'Antique et les maîtres modernes, comme Michel-Ange et Raphaël. Bien que privé de subsides par la mort de l'archiduc en 1621, il décida de rester à Rome. Sa production était alors constituée de sculptures de petit format, en terre cuite, en ivoire, en bronze et parfois en marbre, destinées à une clientèle d'amateurs. De ces œuvres, très peu sont identifiées de façon certaine. Dès cette époque, le sculpteur se fit connaître pour ses figures de petits enfants, appelés putti, en ronde bosse ou en relief, qui établirent définitivement sa réputation dans ce genre. En 1626, il partageait un logement avec Nicolas Poussin et, selon leurs biographes, les deux artistes étudiaient ensemble non seulement l'antique, mais aussi la peinture contemporaine. Du Quesnoy réalisa ainsi des reliefs mettant en scène des putti inspirés de sarcophages antiques et de L'Offrande à Vénus de Titien, alors conservée à Rome. Sa Bacchanale d'enfants avec une chèvre (1626 ; galerie Doria Pamphili, Rome) fait écho également aux Bacchanales d'enfants que Poussin peint au même moment. Le relief de L'Amour sacré terrassant l'Amour profane (galerie Doria Pamphili, Rome), exécuté postérieurement, est une composition claire présentant un modelé subtil de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DU QUESNOY FRANÇOIS (1597-1643)  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour sacré »  : […] L'Amour, n'ayant comme personnage qu'un caractère faiblement marqué, a été très tôt sujet à des dédoublements. Sur ce terrain, les artistes de la Renaissance et de l'époque classique n'avaient qu'à suivre les modèles et les traditions de l'Antiquité. En 1518-1519, Titien peignit pour Alphonse d'Este un tableau, La Fête de Vénus , aujourd'hui au Prado : une effigie de la déesse se dresse à droite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_29714

DU QUESNOY LES

  • Écrit par 
  • Marion BOUDON
  •  • 393 mots

La famille Du Quesnoy, des sculpteurs flamands fixés à Bruxelles, a compté trois artistes célèbres. Le père, Jérôme l'Ancien (vers 1570 - 1641-1642), participa activement à la reprise artistique qui suivit les troubles iconoclastes du xvi e  siècle dans les Pays-Bas méridionaux. Établi à Bruxelles, il réalisa des sculptures pour des églises et pour des collectionneurs. Son œuvre a été en grande pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-du-quesnoy/#i_29714

Voir aussi

Pour citer l’article

Marion BOUDON, « DU QUESNOY FRANÇOIS - (1597-1643) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-du-quesnoy/