SACCHI ANDREA (1599-1661)

Peintre italien, né en 1599 à Nettuno (États pontificaux), mort le 21 juin 1661 à Rome.

Après avoir été l'élève de l'Albane à Bologne, Andrea Sacchi s'installe à Rome en 1621 et y travaillera jusqu'à sa mort, à l'exception de quelques courts séjours en Italie du Nord après 1635 et à Paris en 1640.

Sa formation bolonaise le porte vers le classicisme et lui donne le goût de la couleur, qualités que vient compléter l'influence directe de Raphaël déjà sensible dans le Miracle de saint Grégoire (1625-1627, musée du Vatican, Rome). Cette œuvre attire l'attention de la famille Sacchetti, qui engage Andrea Sacchi pour décorer, avec Pierre de Cortone, la villa de Castelfusano en 1627-1629. Le cardinal Antonio Barberini confie aux deux artistes la décoration du palais Barberini à Rome. La fresque peinte par Andrea Sacchi au plafond d'une des salles, l'Allégorie de la divine sagesse (1629-1633), est une œuvre statique et pleine de gravité, très raphaélesque dans sa conception et contenant un nombre restreint de figures, qui contraste avec l'exubérance baroque du Triomphe de la divine providence peint par Cortone dans une salle voisine. Les deux tableaux d'autel réalisés par Andrea Sacchi pour Santa Maria della Concezione à Rome (1631-1638) se distinguent aussi des autres peintures de l'église par leur classicisme. Son œuvre la plus importante après la Divine sagesse reste le cycle de la Vie de saint Jean-Baptiste pour la coupole du baptistère San Giovanni in Fonte de Rome (1639-1645). Si l'on excepte quelques portraits, Andrea Sacchi s'est essentiellement consacré à la peinture religieuse. Il est le principal représentant du style classique dans la peinture romaine du xviie siècle.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  SACCHI ANDREA (1599-1661)  » est également traité dans :

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 639 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle »  : […] structurelle, l'allégorie est prisée à la cour d'Urbain VIII en raison de son caractère intellectuel et surtout poétique. La réception d'une œuvre, comme la Divine Sagesse d'Andrea Sacchi, en 1634, montre à quel point celle-ci correspond aux attentes et aux catégories esthétiques de l'époque. Capable de figurer les vertus théologales et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_13361

ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 5 977 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pyramides et catafalques »  : […] urne à son sommet. Au Gesù, en 1639, pour le service funèbre à la mémoire des bienfaiteurs de la Compagnie, Andrea Sacchi reprend cette solution et la combine avec quatre obélisques chargés de flambeaux aux angles de la plate-forme inférieure, disposition souvent reprise à Rome par la suite. L'un des chefs-d'œuvre du parti sans édicule est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-ephemere/#i_13361

Pour citer l’article

« SACCHI ANDREA - (1599-1661) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-sacchi/