AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un de ces abbés qui tiennent tant de place dans l'histoire de la littérature — et des théories littéraires — au xviie siècle. Il a été prédicateur, romancier, dramaturge, poète, mais il a surtout voulu être, quant à lui, le législateur du théâtre. En 1640, une querelle l'oppose à Ménage à propos de la durée de l'Heautontimoroumenos de Térence, querelle de prestige en quelque sorte, qui doit décider lequel des deux érudits est le plus fin connaisseur. D'Aubignac a déjà commencé à rédiger sa Pratique du théâtre. Mais, découragé peut-être par son échec à l'Académie française, et sans doute par la mort de Richelieu, qui l'avait choisi pour précepteur de son neveu et s'était fort intéressé à son entreprise, D'Aubignac ne publie pas son livre : il ne le fera qu'en 1657. L'ouvrage (qui, nous dit l'auteur, est un traité de technique plutôt que de théorie théâtrale — la théorie est censée être celle d'Aristote) comprend quatre parties : la première est consacrée aux conditions extérieures de la représentation et de l'action dramatique, la deuxième au sujet, à la vraisemblance, aux unités, à la conduite de l'action et à la tragi-comédie, la troisième aux « parties de quantité du poëme dramatique », la quatrième aux « discours », aux « figures » et aux « machines ». D'Aubignac développe une conception de l'action dramatique que Racine résumera en une phrase de la préface de Britannicus : « Une action simple, chargée de peu de matière, telle que doit être une action qui se passe en un seul jour » (D'Aubignac dirait en douze, en six, ou plutôt même en trois heures) « et qui, s'avançant par degrés vers sa fin, n'est soutenue que par les intérêts, les sentiments et les passions des personnages ». Pour l'auteur de la Pratique du théâtre, « il n'y a que le vray-semblable qui puisse raisonnablement fonder, soutenir et terminer un poëme dramatique » — mais cette vraisemblance n'est pas seulement pour lui celle de l'action, elle est aussi celle de la représentation —, d'où sa sévérité en matière d'unit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)  » est également traité dans :

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Derrière l'épopée, un homme ou le génie populaire ? »  : […] Pendant des siècles, nul n'a douté que l'Iliade ou L'Odyssée eussent un créateur, et un seul. On se le représentait sur le modèle d'un écrivain des grands siècles littéraires, composant son œuvre à loisir selon un plan bien arrêté. On n'imaginait point qu'il n'eût pas écrit. Tout au plus, la tradition le disant aveugle, pouvait-on admettre qu'il eût dicté. On consentait à reconnaître, puisque Hor […] Lire la suite

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite

PATHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 421 mots

Est pathétique ce qui, par le spectacle ou l'expression du malheur ou de la souffrance, excite les passions et les émotions vives telles que tristesse, indignation, horreur, pitié, terreur. C'est dans ce sens que Beethoven intitule Sonate pathétique une œuvre où il tente à bon escient d'ingérer les valeurs dramatiques dans le langage instrumental du piano : l'annexion par le piano d'une certaine […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Espace de sociabilité et illusion discontinue »  : […] Si l'on souhaite comprendre la dramaturgie d'un genre, ou du théâtre à une époque donnée, on ne peut s'en tenir au texte publié, ni à sa lecture, si complexe soit-elle. Il faut aussi considérer la scène et, plus largement, la séance durant laquelle les spectateurs et les comédiens se rencontrent. C'est en effet à la manifestation d'un ensemble particulier que participent le parterre mouvant, les […] Lire la suite

TROIS DISCOURS SUR LE POÈME DRAMATIQUE, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 721 mots

Pierre Corneille (1606-1684) est peut-être le premier, en France, à se distinguer clairement de l'auteur employé-au-texte comme de l'auteur chef de troupe : il devient en effet l'« auteur dramatique » et, pour ce faire, établit sa légitimité sur plusieurs fronts. Pour s'affranchir du pouvoir des comédiens, il publie de plus en plus rapidement ses textes de théâtre et ainsi, légalement, se les réap […] Lire la suite

UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 516 mots

Observées dans certaines tragédies du xvi e  siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Aristote. Mais le théâtre baroque fait triompher l'irrégularité dans la tragi-comédie, la pastorale et même la tragédie. En 1629-1630, Jean Mairet, imitant les p […] Lire la suite

VRAISEMBLABLE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 647 mots

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la vraisemblance. » Le vrai est l'objet de l'historien, le possible, celui du poète (c'est-à-di […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-aubignac/