FRANCEL'année politique 2019

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, l’année politique 2019 s’est ouverte dans le fracas de la révolte des « gilets jaunes » et s’est achevée au beau milieu d’une grève des employés des transports et de plusieurs catégories de salariés opposés à un projet de réforme des retraites présenté par le gouvernement. Mais le pays a également été uni dans l’émotion à plusieurs reprises, au moment de l’incendie de Notre-Dame de Paris les 15 et 16 avril, ou lors de la disparition de l’ancien président Jacques Chirac le 26 septembre. Encore une fois frappé par des attentats terroristes, notamment lors de l’assassinat de trois policiers et d’un agent administratif dans les locaux de la préfecture de police de Paris le 3 octobre, il a également été endeuillé par la perte de plusieurs soldats de la force Barkhane au Mali.

Les élections européennes de 2019 ont montré que l’extrême droite se maintenait à des niveaux élevés dans l’opinion, le Rassemblement national (ex-Front national) arrivant en tête du scrutin avec 23,34 p. 100 des suffrages exprimés. Elles ont aussi permis au président de la République d’imprimer sa marque sur les institutions européennes, La République en marche participant au développement du groupe centriste du Parlement européen et les deux grands groupes traditionnels (Parti populaire européen et sociaux-démocrates) n’ayant plus à eux deux la majorité absolue des sièges. En France, le gouvernement a continué de s’engager dans de nombreuses réformes, sur un rythme cependant moins soutenu qu’en 2018 et dans un climat d’exaspération croissante des tensions politiques et sociales.

France : élections européennes 1979-2019

Tableau : France : élections européennes 1979-2019

Le vote en France aux élections européennes de 1979 à 2019 (en pourcentage des suffrages exprimés). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

France : élections européennes 1979-2019

Tableau : France : élections européennes 1979-2019

Le vote en France aux élections européennes de 1979 à 2019 (nombre de sièges au Parlement européen). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Malgré une embellie dans la seconde partie de l’année, les insatisfactions à l’égard du président de la République et du gouvernement restent élevées (Emmanuel Macron : 34 p. 100 de satisfaits, 65 p. 100 de mécontents ; Édouard Philippe : 36 p. 100 de satisfaits, 62 p. 100 de mécontents ; sondage IFOP-JDD du 15 décembre 2019). La préparation des élections municipales de mars 2020, avec pour horizon la présidentielle 2022, les difficultés que rencontrent les partis traditionnels de droite et de gauche à se redresser donnent le sentiment, à la fin de l’année 2019, qu’un nouveau duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen reste une hypothèse hautement envisageable. Enfin, bien qu’agité sur le plan politique et social, le pays a paradoxalement connu en 2019 une légère reprise économique qui s’est traduite par une baisse du taux de chômage d’environ 0,5 p. 100 (INSEE, déc. 2019).

Une politique de réformes à l’épreuve

Le mouvement de protestation des « gilets jaunes », né à la fin de 2018, connaît des prolongations en 2019. Il déclenche de nombreux débats tant au sujet de la politique de maintien de l’ordre (usage des grenades de désencerclement, des lanceurs de balles de défense…), que concernant la complaisance de certains « gilets jaunes » envers les violences commises entre autres par les « black blocs ». Il impose une pause dans le train de réformes engagé par le gouvernement. Une partie du premier semestre est consacrée au grand débat national annoncé par Emmanuel Macron à la fin de 2018 : ouverture de cahiers de doléances dans les mairies, organisation de débats locaux à l’initiative des communes ou de groupements de citoyens, création d’un site Internet destiné à recueillir les réflexions des Français, organisation de conférences de citoyens tirés au sort… L’ensemble des débats est ordonné autour de quatre thèmes prédéfinis par le gouvernement. Le président de la République renoue alors avec son goût pour le débat public au cours de séances marathon, pendant lesquelles il répond en direct aux questions d’intellectuels, de simples citoyens, de maires de France, dans une ambiance souvent tendue, mais où il fait preuve d’une ténacité et d’une capacité à discourir et soutenir ses positions, tentant d’incarner à lui seul la légitimité de l’exécutif devant les Français.

Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019

Photographie : Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019

À la suite de la crise des « gilets jaunes », le président de la République Emmanuel Macron organise un « grand débat national » auquel tous les Français peuvent participer. C’est la première expérience de démocratie participative d’ampleur nationale dans le pays. Les Français... 

Crédits : Ludovic Marin/ AFP

Afficher

Malgré les tensions qu’ont révélées la révolte des « gilets jaunes » ainsi que, parfois, le grand débat national et les critiques qu’a suscitées sa mise en place, le gouvernement continue de mener sa politique de réformes, et il ouvre des discussions sur des sujets qui rencontrent de moins en moins de consensus. Considérée comme la « mère des réformes » par Emmanuel Macron et le gouvernement, la réforme des retraites occupe le devant de la scène à la fin de l’année et est l’occasion de l’une des plus longues grèves qu’ait connues le pays.

Mais déjà, au cours de l’année, le gouvernement a renoué avec une politique de réformes tous azimuts, mal ressentie par une partie de la population. Certains sujets provoquent assez peu de tensions : adoption de la loi relative à l'organisation et à la transformation du système de santé en juillet, de la loi de transformation de la fonction publique en août, de la loi énergie et climat en novembre ; adoption en première lecture par l’Assemblée nationale en juillet de la proposition de loi contre la haine sur Internet et, en octobre, du projet de loi relatif à la bioéthique étendant la procréation médicalement assistée à toutes les femmes. D’autres projets suscitent plus de débats ou de critiques : réforme de la justice (mars), réforme de l’assurance-chômage (juillet), projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage (première lecture en décembre), dont de nombreuses mesures sont jugées trop timorées. Enfin, plusieurs dispositions sont l’occasion de vives tensions (grèves, manifestations, débat public virulent). C’est le cas de la loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations (avril), de la loi pour une école de la confiance (juillet), ou encore l’augmentation à la rentrée 2019 des droits de scolarité de la plupart des étudiants étrangers extracommunautaires. Quant à la réforme de la haute fonction publique (et l’éventuelle suppression de l’ENA), elle est différée (en principe à 2020, après la remise du rapport de Frédéric Thiriez), tout comme le projet de réforme constitutionnelle (vu d’un mauvais œil par le Sénat), suspendu pendant le mouvement des « gilets jaunes ».

La réforme des retraites, qui provoque une grève longue et très suivie dans les services publics (principalement à la SNCF et dans le métro parisien) à partir du 5 décembre et s’accompagne de nombreuses protestations dans plusieurs secteurs (hôpital, éducation nationale, une partie du secteur privé), avait pourtant été engagée par une longue phase de concertation conduite par le [...]

Manifestation du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites

Photographie : Manifestation du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites

La mobilisation du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites présentée par le gouvernement est massive (ici à Perpignan). Elle inaugure l'une des plus longues grèves qu'ait connues la France et rassemble entre 800 000 et 1 million de personnes à travers le pays.  

Crédits : Raymond Roig/ AFP

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

France : élections européennes 1979-2019

France : élections européennes 1979-2019
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections européennes 1979-2019

France : élections européennes 1979-2019
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019

Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019
Crédits : Ludovic Marin/ AFP

photographie

Manifestation du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites

Manifestation du 5 décembre 2019 contre la réforme des retraites
Crédits : Raymond Roig/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

11-20 février 2019 France. Regain de l'antisémitisme.

Le 11, deux arbres plantés à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) à la mémoire d’Ilan Halimi, séquestré et torturé à mort en février 2006 par le « gang des barbares » en raison de son appartenance à la communauté juive, sont découverts vandalisés, deux jours avant une cérémonie d’hommages. Le week-end précédent, plusieurs inscriptions antisémites  […] Lire la suite

1er-22 décembre 2018 France. Poursuite du mouvement des « gilets jaunes ».

2019, dont l’augmentation de 100 euros du salaire des travailleurs au SMIC grâce à la hausse de la prime d’activité, la défiscalisation des heures supplémentaires, l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2 000 euros par mois, ainsi que la défiscalisation des primes exceptionnelles de fin d’année qu’il invite les entreprises […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2019 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2019/