FRANCEL'année politique 1999

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le séisme des européennes (juin 1999)

Avec 12,8 p. 100 des voix, Nicolas Sarkozy et Alain Madelin font réaliser une contre-performance à leurs partis respectifs, le R.P.R. et Démocratie libérale, qui faisaient liste commune. Jamais depuis le début de la Ve République, les gaullistes n'étaient descendus si bas. La surprise est d'autant plus désagréable que leur liste est coiffée au poteau par celle de Charles Pasqua et Philippe de Villiers (13 p. 100). À l'autre bout de l'opposition, François Bayrou remplit son contrat avec un score de 9,3 p. 100 des voix qui, estime-t-il, permettra désormais à l'U.D.F. de parler d'égal à égal avec le R.P.R.

Marquée une nouvelle fois par une forte abstention (53,2 p. 100 des inscrits), ces élections européennes confirment la bonne tenue de la majorité plurielle et surtout du Parti socialiste qui, emmené par son premier secrétaire François Hollande, arrive en tête avec près de 22 p. 100 des voix. Ce sont les Verts, conduits par Daniel Cohn-Bendit, qui créent la surprise avec 9,7 p. 100 des voix et des scores importants dans plusieurs grandes villes et arrondissements de Paris. Le Parti communiste en revanche essuie un revers : Robert Hue (6,8 p. 100) n'améliore pas le piètre score que son parti avait obtenu cinq ans plus tôt. Mais il n'est pas devancé, comme il le craignait, par l'extrême gauche (5,2 p. 100), alors qu'Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) et Alain Krivine (Ligue communiste révolutionnaire) faisaient liste commune pour la première fois depuis 1979.

Ces élections sont encore caractérisées par la percée des chasseurs (Chasse, pêche, nature et traditions, 6,8 p. 100), q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

France. Annonce de baisses d'impôts supplémentaires. 3-16 mars 2000

Le 3, à l'annonce d'un taux record de prélèvements obligatoires s'élevant à 45,7 p. 100 du produit intérieur brut en 1999, le gouvernement promet de nouvelles baisses d'impôts. Toutefois, certains dirigeants socialistes proposent d'affecter le surplus fiscal à de nouvelles dépenses, notamment […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « FRANCE - L'année politique 1999 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1999/