HOLLANDE FRANÇOIS (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, président de la République de 2012 à 2017.

François Hollande

Photographie : François Hollande

François Hollande, président de la République française de 2012 à 2017. 

Crédits : Matthieu Riegler ; CC-BY

Afficher

François Hollande est élu président de la République française le 6 mai 2012 à l'issue d'un parcours ascendant au sein du Parti socialiste (PS). Il est parvenu au sommet de l’État, en montrant, lui qu’on a souvent présenté comme un « gentil », la ténacité d'un bretteur à l'humour caustique qui n'aime guère emprunter les chemins tout tracés.

C'est d'abord dans les pas de son père, médecin ORL, partisan de l'Algérie française, qu'il se refuse de marcher. Né le 12 août 1954 dans une famille conservatrice de la bourgeoisie rouennaise, François Hollande épouse en effet dès le lycée la cause de la gauche française. Tout en accumulant les diplômes, il fait preuve d'un activisme certain : responsable de l'UNEF à Sciences Po, il intègre HEC où il préside le comité de soutien à François Mitterrand en 1974, puis bifurque vers l'ENA, où il crée un comité d'action pour la réforme de l'école. C'est là qu'il rencontre la mère de ses quatre enfants, Ségolène Royal, avec laquelle il ne se marie pas.

Cet anticonformisme se vérifie encore à la sortie de l'ENA, lorsqu'il choisit la Cour des comptes alors que son classement lui permet d'entrer à l'Inspection des finances. C'est que, dès cette époque, François Hollande souhaite avoir du temps à consacrer à la vie politique. C'est ainsi que, après avoir rédigé des notes économiques pour le candidat de l'Union de la gauche, François Mitterrand, durant la campagne présidentielle de 1981, il est recruté comme petite main à l'Élysée par Jacques Attali et, en 1983, promu directeur de cabinet du porte-parole du gouvernement.

Comme beaucoup d'énarques de sa génération ayant fait leurs armes au cœur du pouvoir politique, il se lance alors dans l'aventure électorale. Il se démarque cependant en acceptant d'être parachuté dans la circonscription d'Ussel en Corrèze, le fief de Jacques Chirac. Battu aux législatives de 1981, il tente à nouveau sa chance aux élections municipales de 1983 avant qu'on ne lui confie en 1988 une circonscription législative plus facile, celle de Tulle, qu'il emporte la même année. Un an plus tard, le député de Tulle en devient également maire adjoint. Mais son implantation reste fragile. Il essuie en effet un revers en 1995, date à laquelle Tulle repasse à droite. Après quatorze années d'efforts, François Hollande n'est alors plus rien en Corrèze. Sa patience et sa ténacité finiront toutefois par payer : en juin 1997, il retrouve son siège de député ; en juin 2001, il gagne au premier tour la mairie de Tulle et, un an plus tard, il est facilement reconduit à l'Assemblée nationale par les électeurs d'une circonscription où Lionel Jospin n'a pourtant fait que 17,47 p. 100 un mois plus tôt.

Au PS, le chemin qu'il se fraie est également loin d'être un long fleuve tranquille. Il refuse d'abord de s'inféoder à un chef de courant, un « éléphant », et crée même avec d'autres camarades le mouvement Transcourants, ce qui lui attirera la méfiance de Lionel Jospin dans un premier temps. Il fonde ensuite les clubs Témoins pour le compte de Jacques Delors, avec l'espoir de voir un jour celui-ci briguer l'Élysée et l'ambition de moderniser la social-démocratie, ce qui lui vaudra l'inimitié de l'aile gauche du parti. Cependant, après quatorze années de « mitterrandisme », cette position réformiste le rend finalement incontournable. En décembre 1994, Henri Emmanuelli, alors premier secrétaire du PS, l'intègre dans les instances dirigeantes du parti et, parce qu'il voit en lui « le meilleur, le plus brillant et le plus politique » de sa génération, Lionel Jospin le nomme porte-parole du PS en 1995, avant de faire de lui le premier secrétaire du parti (en 1997).

François Hollande doit toutefois attendre le retrait de ce dernier après sa défaite à l'élection présidentielle de 2002 pour apparaître comme le véritable patron du PS. Et encore, faute de troupes à lui, son autorité dépend-elle étroitement des aléas de la vie politique et du bon vouloir des « éléphants » du parti. C'est ainsi que, après une année de victoires inédites (en 2004, le PS remporte avec ses alliés 20 régions sur 22, deux tiers des cantons renouvelables et 51 départements sur 100), il su [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

François Hollande

François Hollande
Crédits : Matthieu Riegler ; CC-BY

photographie

Manuel Valls et François Hollande

Manuel Valls et François Hollande
Crédits : Chesnot/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences en science politique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  HOLLANDE FRANÇOIS (1954- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Après un quinquennat marqué par le style hyperactif de Nicolas Sarkozy, François Hollande avait affiché pendant sa campagne électorale une image diamétralement opposée. Revendiquant le titre de « président normal », se voulant proche du peuple et exemplaire dans son rapport à l’argent, il avait constr […] Lire la suite

AYRAULT JEAN-MARC (1950- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 305 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascension vers les responsabilités politiques nationales »  : […] Malgré ce solide ancrage local, Jean-Marc Ayrault se voit souvent reprocher une personnalité trop lisse pour s'imposer tant dans les médias que sur la scène politique nationale. Pourtant, il se constitue dès le début des années 1990 le capital politique qui lui permet d'approcher progressivement des positions de pouvoir nationales : en prenant la présidence de la Fédération nationale des élus soci […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Popularité en berne et mauvais résultats électoraux »  : […] Malgré des réformes rapidement mises en œuvre au début du quinquennat et une stratégie très dynamique, l'image de Nicolas Sarkozy, très bonne en août 2007 (69 p. 100 de satisfaits selon le baromètre I.F.O.P.- Le Journal du dimanche ), se dégrade rapidement : il n'y a plus que 37 p. 100 de satisfaits en mars 2008, au moment des élections municipales. Le président regagne un peu de terrain à la fin […] Lire la suite

COMITÉ CONSULTATIF NATIONAL D'ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre LE COZ
  •  • 828 mots

Le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) est une instance pluridisciplinaire de réflexion dont la mission porte sur les « questions de société soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé ». Le CCNE a été créé en 1983 par le président de la République François Mitterrand, à la suite d […] Lire la suite

CRÉMIEUX-BRILHAC JEAN-LOUIS (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Homme de devoir, homme de savoir, homme de mémoire : cette triple qualification fut énoncée par le président de la République François Hollande, dans la cour d'honneur des Invalides, le 15 avril 2015, pour dire les mérites éminents de Jean-Louis Crémieux-Brilhac , ancien conseiller d'État en service extraordinaire. Le jeune officier évadé d'Allemagne, secrétaire du comité de propagande de la Franc […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des oppositions sans souffle »  : […] Les restrictions imposées par le confinement, les règles sanitaires et l’interdiction des réunions publiques ne sont guère propices au déroulement du débat politique, qui se déplace vers les réseaux sociaux ou des réunions à distance aux effectifs limités, ce qui ne facilite pas la restructuration des forces politiques. La question sanitaire, omniprésente, détourne l’opinion des autres sujets. Les […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 160 mots
  •  • 4 médias

En cette année préélectorale, la France apparaît comme profondément divisée et anxieuse. Autant la droite, lors de la primaire qu’elle a pour la première fois organisée en novembre, que la gauche, qui s’y prépare pour janvier 2017, ont montré des visions du monde et de la société largement antinomiques. En outre, pour la première fois sous la V e  République, le président François Hollande, parti […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 371 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un gouvernement par gros temps »  : […] L’activité législative et réglementaire est intense en 2015. Les textes les plus marquants sont en lien direct avec les attentats. Après l’adoption de la loi controversée du 24 juillet relative au renseignement et de celle du 20 novembre, prolongeant l’état d’urgence décrété le 14 novembre en Conseil des ministres, c’est le projet de réforme constitutionnelle (projet de loi constitutionnelle de p […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2014

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 695 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contestations dans la majorité »  : […] Après le remaniement du mois d’août, la cohérence de l’action gouvernementale paraît mieux assurée. Mais les oppositions au sein de la majorité parlementaire et du P.S. ne faiblissent pas, bien que le premier secrétaire du parti, Harlem Désir, ait été remplacé en avril par Jean-Christophe Cambadélis, censé assurer une direction plus ferme, sur une ligne largement en phase avec celle du Premier mi […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une politique économique hésitante »  : […] Les indicateurs de l’économie française pour l’année 2013 sont préoccupants. La croissance est estimée à 0,2 p. 100 tout au plus en fin d’année. Si le pays connaît bien une légère inversion de la courbe du chômage en octobre 2013 (première baisse depuis avril 2011), celle-ci est essentiellement due aux emplois aidés, qui pèsent fortement sur les finances publiques – le succès des emplois d’avenir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine DULONG, « HOLLANDE FRANÇOIS (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-hollande/