FRANCEL'année politique 1999

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tempêtes sur la majorité plurielle

Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démissionner au cas où Lionel Jospin lancerait la construction d'une nouvelle génération de centrales nucléaires.

Relativement silencieux depuis la victoire de la gauche en juin 1997, Laurent Fabius sort progressivement de sa réserve. Il a été blanchi par la Cour de justice de la République, qui a fait ses premières armes avec le procès de trois anciens ministres pour l'affaire du sang contaminé, en février 1999. Fin août, il plaide pour une baisse des impôts directs (que refuse encore Lionel Jospin) et avertit : « La gauche peut être battue sur la question fiscale. » Tout au long de l'automne, il se démarque du gouvernement sur des questions telles que la décentralisation, la réforme de la justice ou la responsabilité pénale des élus. À la fin de l'année 1999, alors que le gouvernement a in extremis reconnu 11 milliards de francs supplémentaires de recettes (il en avait déjà acté 13 autres milliards au début de la discussion budgétaire et relèvera encore ses estimations au début de 2000), le président de l'Assemblée nationale se joint à la droite pour mettre en cause la « sincérité » des budgets présentés par le gouvernement.

Le président de l'Assemblée nationale a-t-il voulu profiter d'un léger passage à vide de son éternel rival ? Car Lionel Jospin a « raté » sa rentrée. Son discours de La Rochelle, le 29 août 1999, sur l'alliance des classes moyennes et des classes populaires, paraît trop vague et trop abstrait. Son intervention sur France 2, le 13 septembre suivant, où il explique que « l'État ne peut pas tout », alors que Michelin annonce à la fois [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification

Les derniers événements

3-16 mars 2000 • France • Annonce de baisses d'impôts supplémentaires.

Le 3, à l'annonce d'un taux record de prélèvements obligatoires s'élevant à 45,7 p. 100 du produit intérieur brut en 1999, le gouvernement promet de nouvelles baisses d'impôts. Toutefois, certains dirigeants socialistes proposent d'affecter le surplus fiscal à de nouvelles dépenses, notamment [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « FRANCE - L'année politique 1999 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1999/