COHN-BENDIT DANIEL (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien leader de la révolte étudiante de Mai-68 à Paris, Daniel Cohn-Bendit a fait son retour sur la scène politique française en conduisant la liste des Verts aux élections européennes de juin 1999. Ardent défenseur de l'Europe fédérale et de l'euro, plus réformiste que révolutionnaire, encore libertaire mais aussi libéral, « Dany le Vert » aurait bien fait oublier « Dany le Rouge », n'était un franc parler intact et des prises de position iconoclastes causant bien des remous au sein de la « gauche plurielle ».

Né le 4 avril 1945 à Montauban (Tarn-et-Garonne), de parents juifs allemands qui avaient fui le nazisme en 1933, Daniel Cohn-Bendit vit en France jusqu'en 1958, date à laquelle ses parents regagnent l'Allemagne. À seize ans, il opte pour la nationalité allemande, puis passe son baccalauréat. Il revient en France suivre des études de sociologie à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine). Anarcho-communiste déclaré, il s'y fait remarquer le 8 janvier 1968, lors de l'inauguration de la piscine, en interpellant François Missoffe, ministre de la Jeunesse et des Sports, à propos d'un rapport sur la jeunesse occultant la sexualité. Le 22 mars, il est l'un des fondateurs du mouvement éponyme. Ses membres, bientôt surnommés les « enragés », allaient être à l'origine des événements de Mai-68. Agitateur né, Daniel Cohn-Bendit, avec son œil moqueur, sa langue bien pendue et sa tignasse rousse, en est vite une figure médiatique. Expulsé par le ministre de l'Intérieur (il est de nationalité allemande), il devient un symbole « avant d'être ringardisé », comme il le reconnaît lui-même aujourd'hui.

Cet exil forcé le délivre d'un vedettariat pesant et lui ouvre le champ d'expériences inédites sur la scène alternative allemande. Installé à Francfort, il vit en communauté dans un appartement qu'il partage avec Joshka Fischer, futur ministre des Affaires étrangères, en 1998, du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COHN-BENDIT DANIEL (1945- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La confirmation du malaise de la droite : des élections régionales de 1998 aux européennes de 1999 »  : […] Les élections régionales de 1998 confirment les mauvais résultats de la droite. Dans beaucoup de régions, il n'y a pas de majorité de droite ou de gauche pour constituer l'exécutif régional ; dans ce contexte, certains élus de droite acceptent le soutien de l'extrême droite pour se faire élire ou réélire à la présidence d'une région. Il s'ensuit un véritable séisme politique qui montre que l'attit […] Lire la suite

Les derniers événements

13 novembre 2010 France. Fusion au sein du mouvement écologiste

Daniel Cohn-Bendit, fusionnent en un nouveau parti baptisé Europe Écologie-Les Verts. Cécile Duflot en assure la direction en attendant le congrès constitutif de la nouvelle formation, au printemps de 2011.  […] Lire la suite

22 février 2001 France – Allemagne. Campagne contre Daniel Cohn-Bendit, soupçonné de pédophilie

Daniel Cohn-Bendit, édité en 1975 et intitulé Le Grand Bazar, dans lequel l'actuel député des Verts au Parlement européen évoquait les « caresses » à caractère sexuel auxquelles il se serait livré sur de jeunes enfants alors qu'il était éducateur dans un jardin d'enfants autogéré de Francfort. L'intéressé dément toute « réalité » à ses propos et évoque […] Lire la suite

13 juin 1999 France. Renforcement à gauche et bouleversement à droite lors des élections européennes

Daniel Cohn-Bendit à leur tête, obtiennent 9,72 p. 100 des voix et 9 élus – divisés en 1994, les écologistes n'avaient pas eu d'élu. Les communistes, conduits par Robert Hue, enregistrent un léger recul, avec 6,78 p. 100 des suffrages (—0,1 p. 100) et 6 députés (—1). À droite, la liste souverainiste menée par Charles Pasqua et Philippe de Villiers  […] Lire la suite

4-21 novembre 1998 France. Poursuite de la polémique au sujet des sans-papiers

Daniel Cohn-Bendit, tête de liste du mouvement écologiste aux élections européennes de juin 1999, appelle le Premier ministre Lionel Jospin à faire preuve de générosité, valeur républicaine selon lui, en régularisant les sans-papiers. Le lendemain, Dominique Voynet, présidente des Verts et ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire […] Lire la suite

8-11 février 1998 Algérie – Union européenne. Visite en Algérie de la délégation européenne

Daniel Cohn-Bendit (Vert allemand) notamment, affirmera que les membres de la mission d'information sont hostiles à une commission d'enquête internationale en Algérie par souci de ne pas « faire de l'ingérence ». Il déclarera également que la délégation a acquis la certitude que l'armée algérienne « n'est pas impliquée dans les massacres ».  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel SOUDAIS, « COHN-BENDIT DANIEL (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-cohn-bendit/