BAYROU FRANÇOIS (1951- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

François Bayrou occupe une position particulière dans la vie politique française. Résolument ancré au centre, ce fervent partisan d'une Europe fédérale entend incarner une troisième voie, alternative à la traditionnelle opposition droite-gauche.

Le parcours qui le mène au métier politique est également atypique, comparé à celui des autres dirigeants politiques de sa génération. Il découvre la politique en famille (son père et son grand-père ont été maires) dans la ferme de ses parents à Bordères (Pyrénées-Atlantiques), où il voit le jour le 25 mai 1951. Il fait ses études loin des grandes écoles parisiennes, à l'université de Bordeaux-III. Le décès brutal de son père en 1974, alors que le jeune homme vient d'être reçu à l'agrégation de lettres classiques, oblige pendant près de cinq années François Bayrou à mener de front les métiers de professeur et d'agriculteur, tout en militant au Centre démocrate de Jean Lecanuet.

Cette première expérience professionnelle, entre agriculture et littérature, marque sa carrière gouvernementale. En 1979, il entre au cabinet du ministre de l'Agriculture Pierre Méhaignerie et devient rédacteur en chef de Démocratie moderne, le journal du CDS. Lorsqu'il entre au gouvernement en 1993, c'est comme ministre de l'Éducation nationale. Il y reste jusqu'en 1997 bien qu'il n'ait pas soutenu la candidature de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995 et malgré une position peu confortable. Ministre centriste dans des gouvernements majoritairement gaullistes, il doit en effet affronter des fonctionnaires réputés de gauche. Cela ne le prive pourtant pas d'audaces : si l'on ne peut réduire son action à la tête de ce ministère à ce seul épisode (il conduira notamment une entreprise de concertation assez remarquée sur les conditions de travail des enseignants et des élèves), il jette près d'un million de manifestants dans la rue et réactive la querelle séculaire entre les « hussards noirs » de la République et les défenseurs de l'enseignement libre pour avoir tenté de faire réviser la loi Falloux au profit de l'école privée (1994).

François Bayrou se dit pourtant profondément laïc dans ses engagements publics, même s'il est profondément chrétien dans sa vie privée. Ce catholique pratiquant, père de six enfants, répugne en effet à mélanger ses convictions religieuses et ses opinions politiques. Il refuse ainsi l'hypothèse d'un parti qui pourrait associer l'adjectif chrétien à son nom, car il ne veut pas « que le terme chrétien soit en position d'être sali par la politique ». De même, il se dit contre l'avortement à titre privé mais défend fermement la loi Veil en public.

Ces positions particulières ne facilitent pas sa carrière politique, au niveau tant local que national. S'il est membre du conseil général des Pyrénées-Atlantiques de 1982 à 2008 (qu’il préside de 1992 à 2001), cet enfant du Béarn ne parvient pas à se faire élire maire de Pau et, au premier tour de l'élection présidentielle de 2002, celui qui se voulait le « troisième homme » n'arrive qu'en cinquième position dans sa propre région. Sur le plan national, le bilan est tout aussi mitigé. Depuis 1986, et malgré les nombreuses alternances, la victoire est au rendez-vous à chaque fois qu'il se présente aux élections législatives (1986, 1988, 1993, 1997, 2002 et 2007) ou européennes (1999). En revanche, il peine beaucoup à voir ses ambitions partisanes se réaliser. S'il prend la tête du CDS dès 1994 (en le rebaptisant au passage Force démocrate) et conquiert l'UDF en 1998, sa stratégie d'émancipation vis-à-vis de la droite, qui le pousse à promouvoir des candidatures UDF au détriment d'alliances avec les gaullistes, n'est pas très convaincante sur le plan électoral (sauf aux élections européennes). Pis, elle conduit plus de la moitié des parlementaires UDF et un certain nombre de ses cadres à quitter le mouvement pour rejoindre l'UMP. Cependant, l'élection présidentielle de 2007 ravive toutes ses ambitions : s'il est lâché par les quelques personnalités politiques qui restaient encore à l'UDF (Simone Veil, André Santini, Gilles de Robien, Valéry Giscard d'Estaing), d'autres personnalités de gauche, comme Michel Rocard, Bernard Kouchner, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences en science politique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BAYROU FRANÇOIS (1951- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007 »  : […] À l'automne de 2006, au moment où s'intensifie la pré-campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy apparaît comme la seule personnalité de droite pouvant faire gagner son camp et Ségolène Royal comme la seule pouvant à gauche le concurrencer. Après une campagne interne très active et médiatisée, elle est choisie comme candidate en novembre par 60,6 p. 100 des adhérents, Dominique Strauss-Kahn devant […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2017

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 347 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une année électorale hors norme »  : […] Le contexte dans lequel se déroule l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017 est exceptionnel à plusieurs égards. Dès le mois de janvier, les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains, rencontrent des difficultés inédites. Parues le 25 janvier, les premières révélations contenues dans un article du Canard enchaîné sur François Fillon, le candidat des Républicains, […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une opposition dans l’incertitude »  : […] En outre, l’opposition ne parvient pas à refaire son unité. Malgré le compromis de la fin de 2012 sur l’organisation de l’U.M.P., le conflit se prolonge entre le président du parti Jean-François Copé et l’ancien Premier ministre François Fillon. Au mois de septembre, les prises de position de ce dernier sont vivement critiquées, jusque dans son propre camp : il affirme d’abord qu’entre un candida […] Lire la suite

FRANCE - Les élections présidentielle et législatives de 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 001 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une campagne tentée par un certain radicalisme »  : […] Suscitant la controverse jusqu'au sein de son propre camp, Nicolas Sarkozy, influencé en cela par son conseiller venu de l'extrême droite, Patrick Buisson, et par son ministre de l'Intérieur, Claude Guéant – qui, en pleine campagne électorale, lança un débat sur les valeurs respectives de chaque civilisation –, effectue une campagne assez marquée à droite. Cette tendance s'accentue au cours des de […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2011

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 622 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Impossible recomposition pour une droite divisée »  : […] Après le remaniement de février, une nouvelle modification du gouvernement intervient en juin en raison du départ de Christine Lagarde pour Washington afin de remplacer Dominique Strauss-Kahn à la tête du F.M.I. Par ailleurs, les tensions au sein de la droite gouvernementale restent importantes. Certaines paraissent liées à des querelles de personnes, notamment entre le Premier ministre François […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 702 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une vie politique troublée »  : […] La vie politique de l'année 2009 est principalement marquée par la poursuite des querelles de personnes, désormais traditionnelles, au sein du P.S., l'existence de désaccords plus feutrés à l'U.M.P., de fortes interrogations sur l'avenir du MoDem et le maintien de l'éclatement de la gauche extrême. Pendant ce temps, le président de la République continue à jouer sa politique dite « d'ouverture », […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2006

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 947 mots

Dans le chapitre « La droite entre hégémonie et division »  : […] Le président de la République, âgé de soixante-quatorze ans, a semblé, en 2006, avoir surmonté l'accident de santé qu'il avait connu à la fin de l'été de 2005 et il s'est montré très présent sur les dossiers internationaux ; pour autant, sa candidature à un troisième mandat paraissait douteuse à la plupart des analystes. Il a certes, notamment pour aider à la bonne gestion de la fin de son mandat […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2005

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 253 mots

Dans le chapitre « Les rivalités au sein de la droite »  : […] Alors que le président de la République, âgé de soixante-treize ans, paraît à beaucoup affaibli, tant par les résultats du référendum et le sentiment donné d'une moindre réactivité aux événements que par l'accident de santé dont il a été victime le 2 septembre 2005, et qu'il semble désormais établi, malgré des vœux aux Français pour 2006 plus offensifs, qu'il ne briguera pas un troisième mandat, l […] Lire la suite

U.D.F. (Union pour la démocratie française)

  • Écrit par 
  • Julien FRETEL
  •  • 2 639 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du cartel au parti »  : […] Peu à peu, les statuts et le fonctionnement de l'U.D.F. évoluent dans le sens d'une plus forte interdépendance entre toutes ses composantes. En 1983, elle devient une confédération, puis une fédération en 1991, et enfin un parti unifié en 2002. Cette histoire quelque peu chaotique de l'alliance entre les formations de la droite non gaulliste, caractérisée par un regroupement de fédérations départe […] Lire la suite

U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON, 
  • Universalis
  •  • 3 333 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'union du gaullisme, de la droite et du centre »  : […] L'U.M.P. rassemble plusieurs forces politiques qui avaient une longue tradition. À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, la droite traditionnelle était très affaiblie, du fait de sa collaboration avec le régime de Vichy, mais elle retrouva progressivement de la vigueur sous la IV e  République, notamment autour du Centre national des indépendants et paysans (C.N.I.P.). Deux forces politiques no […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine DULONG, « BAYROU FRANÇOIS (1951- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-bayrou/