ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lieux de la mémoire

C'est ainsi qu'Angelico utilise tous les moyens figuratifs dont il dispose – depuis l'art de Giotto jusqu'à celui de Masaccio, en passant par les Lorenzetti et Lorenzo Monaco – à des fins qui ne sont pas strictement figuratives (au sens où l'on dirait, par exemple, que la peinture renaissante est plus « figurative » que celle du Moyen Âge), mais figurales, au sens où la théologie chrétienne avait fondé toute une conception de l'histoire entendue comme figure du Christ.

Aussi bien, l'homme du Quattrocento selon Fra Angelico (le spectateur de ses tableaux, par exemple) devait-il régler toute sa vie, tous ses regards, toutes ses pensées en mémoire de la faute adamique, de l'incarnation du Verbe, du sacrifice rédempteur de Jésus – et en prévision de la fin des temps, du Jugement dernier. C'est à une telle mémoire et à une telle « pré-vision » que l'œuvre d'Angelico semble vouée tout entière.

L'espace hiérarchisé, complexe et fantastique de ses Jugements derniers ou l'agencement subtil des cellules décorées du couvent de San Marco, tout cela évoque bien, en effet, cet « art » médiéval de la mémoire (ars memoriae) dont les grands théologiens dominicains – Albert le Grand, Thomas d'Aquin – avaient marqué l'Âge d'or. Partout, la pensée médiévale avait rencontré, utilisé cet art de la mémoire : dans ses pratiques de discours (sermons), dans sa plus haute littérature (Dante) comme dans ses plus prestigieuses œuvres d'art (Giotto).

Fra Angelico aura donc renoué avec les principes fondamentaux d'un art – dévot – de la mémoire : art des images colorées, « fortes », « actives », disposées dans des lieux rigoureusement agencés, et capables de s'associer les unes aux autres en un réseau toujours proliférant et encyclopédique, toujours producteur de sens et de poésie. Ce faisant, Angelico répondait exactement à l'exigence théologique formulée à la fin du xiiie siècle par le dominicain Giovanni di Genova : que la peinture soit un lieu d'in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Fra Angelico : Saint Dominique

Fra Angelico : Saint Dominique
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement dernier, Fra Angelico

Le Jugement dernier, Fra Angelico
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Nativité, Fra Angelico

La Nativité, Fra Angelico
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Annonciation, détail, Fra Angelico

L'Annonciation, détail, Fra Angelico
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANGELICO FRA (1400 env.-1455)  » est également traité dans :

AMAURY-DUVAL EUGÈNE EMMANUEL PINEU-DUVAL dit (1808-1885)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 441 mots

Sans doute l'un des plus originaux et des mieux doués des élèves d'Ingres, Amaury-Duval se contenta d'une carrière honorable et discrète. Peintre à la production rare, appartenant par sa famille à l'intelligentsia parisienne (son père, membre de l'Institut, fondateur de la Décade philosophique , rédacteur du Mercure , était un remarquable érudit et historien archéologue), Amaury-Duval avait des qu […] Lire la suite

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 529 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – mais en vain – en 1213 et 1231 ; l'art des cloîtres c […] Lire la suite

DIDI-HUBERMAN GEORGES (1953- )

  • Écrit par 
  • Maud HAGELSTEIN
  •  • 1 116 mots

Georges Didi-Huberman est né en 1953 à Saint-Étienne. Philosophe et historien de l'art, il enseigne depuis 1990 à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris. Avec plus d'une trentaine de livres publiés depuis 1982, il est l'un des théoriciens de l'image les plus actifs dans le paysage contemporain. Détonant par son objet et par sa méthode, son tout premier ouvrage donne le ton : dans […] Lire la suite

GOZZOLI BENOZZO (1420-1497)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 403 mots
  •  • 2 médias

Après un apprentissage d'orfèvre chez Ghiberti, Gozzoli devient l'élève et le collaborateur de Fra Angelico. Il travaille avec lui à la cathédrale d'Orvieto (1447) et au Vatican, dans la chapelle de Nicolas V (1447-1450). L'art tout imprégné de spiritualité naïve du maître éveille chez le disciple, avec un sens délicat des couleurs, le don des évocations merveilleuses, rendues proches par la trans […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges DIDI-HUBERMAN, « ANGELICO FRA (1400 env.-1455) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fra-angelico/