ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'humanisme détourné

C'est que l'autonomie du style – au sens restrictif du terme, en histoire de l'art – n'a sans doute jamais été l'enjeu d'un peintre pour qui la peinture même était loin de constituer une fin en soi. Pour employer une catégorie théologique usuelle chez Thomas d'Aquin, chez saint Antonin et donc dans les murs du couvent de San Marco, la peinture ne pouvait être considérée que comme le modeste vestige, la trace sensible et colorée d'une vérité éminemment transcendante : vérité que le peintre ne se proposait donc jamais de représenter comme telle, seulement de suggérer, d'approcher. Cela, à l'exemple de la créature ne pouvant, dans la prière, qu'approcher le Créateur – et non prétendre le contempler face à face.

Vasari est bien conscient de cette espèce de modestie ontologique qu'un prêtre-peintre, fatalement, avait dû assigner à sa pratique. Mais, comme il prétend inventer – à tous les sens du mot – une histoire de l'art qui soit autonome, Vasari camoufle le problème, le paradoxe d'Angelico. Faisant naître le peintre en 1387, il le retient un peu dans l'ombre d'un Moyen Âge excessivement dévot... oubliant qu'il place aussi l'Angelico (dans sa biographie de Masaccio) comme l'un des artistes les plus attentifs à la « modernité » humaniste.

Car tel est bien le paradoxe : Fra Angelico retient exactement la gravité de Masaccio (comme pour renoncer aux « fioritures » gothiques d'un Gentile da Fabriano), mais il conserve les fonds d'or, les damasquinages des auréoles et des vêtements... Il s'ouvre à l'exigence du « naturalisme » renaissant (en témoigneraient les vases presque flamands du triptyque de Pérouse, ou tel visage singulier dans la Lamentation de Florence), mais en même temps il s'abandonne aux exigences plus obscures d'un véritable irréalisme : villes lointaines et abstraites, perdues dans un no man's land de couleur massive ; pans tachetés, frontaux, proposés dans le tableau comme autant d'énigmatiques focalisations.

Le paradoxe atteint aussi l'outil « moderne », albertien, de la peinture du temps : [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Fra Angelico : Saint Dominique

Fra Angelico : Saint Dominique
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement dernier, Fra Angelico

Le Jugement dernier, Fra Angelico
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Nativité, Fra Angelico

La Nativité, Fra Angelico
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Annonciation, détail, Fra Angelico

L'Annonciation, détail, Fra Angelico
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANGELICO FRA (1400 env.-1455)  » est également traité dans :

AMAURY-DUVAL EUGÈNE EMMANUEL PINEU-DUVAL dit (1808-1885)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 441 mots

Sans doute l'un des plus originaux et des mieux doués des élèves d'Ingres, Amaury-Duval se contenta d'une carrière honorable et discrète. Peintre à la production rare, appartenant par sa famille à l'intelligentsia parisienne (son père, membre de l'Institut, fondateur de la Décade philosophique , rédacteur du Mercure , était un remarquable érudit et historien archéologue), Amaury-Duval avait des qu […] Lire la suite

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 529 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – mais en vain – en 1213 et 1231 ; l'art des cloîtres c […] Lire la suite

DIDI-HUBERMAN GEORGES (1953- )

  • Écrit par 
  • Maud HAGELSTEIN
  •  • 1 116 mots

Georges Didi-Huberman est né en 1953 à Saint-Étienne. Philosophe et historien de l'art, il enseigne depuis 1990 à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris. Avec plus d'une trentaine de livres publiés depuis 1982, il est l'un des théoriciens de l'image les plus actifs dans le paysage contemporain. Détonant par son objet et par sa méthode, son tout premier ouvrage donne le ton : dans […] Lire la suite

GOZZOLI BENOZZO (1420-1497)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 403 mots
  •  • 2 médias

Après un apprentissage d'orfèvre chez Ghiberti, Gozzoli devient l'élève et le collaborateur de Fra Angelico. Il travaille avec lui à la cathédrale d'Orvieto (1447) et au Vatican, dans la chapelle de Nicolas V (1447-1450). L'art tout imprégné de spiritualité naïve du maître éveille chez le disciple, avec un sens délicat des couleurs, le don des évocations merveilleuses, rendues proches par la trans […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges DIDI-HUBERMAN, « ANGELICO FRA (1400 env.-1455) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fra-angelico/