FLEUVES INTERNATIONAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Régime juridique de la navigation fluviale

Le principe de la liberté

Eu égard à l'évolution du droit fluvial international, il n'est guère possible d'affirmer sans réserve que la navigation serait régie sur les fleuves internationaux par un principe général de liberté. En revanche, cette liberté résulte pour de nombreux fleuves internationaux de régimes conventionnels anciens ou nouveaux. Paul Reuter, après avoir souligné que ces fleuves continuent à faire partie du territoire des États qu'ils traversent ou séparent, indique que les particularités de leurs régimes se ramènent à des restrictions de cette souveraineté, c'est-à-dire à une « certaine liberté de navigation », et cet auteur insiste sur la variabilité du contenu de ce concept. Il apparaît d'autre part que C. Rousseau, en écrivant que « les fleuves internationaux doivent être soumis à un régime juridique particulier (régime d'internationalisation) », s'exprime davantage de lege ferenda que du point de vue de la lex lata.

H. Lauterpacht est plus restrictif encore : il indique que la convention de Barcelone fournit l'instrument par lequel le principe de la liberté peut devenir universel ; P. Guggenheim, pour sa part, se prononce pour l'existence d'un tel principe limitée à la navigation fluviale maritime, c'est-à-dire entre les ports intérieurs et la mer.

J. Brownlie, en revanche, écrit nettement : « Il est généralement admis que le droit coutumier ne comporte pas un droit de libre navigation dans le domaine fluvial. »

Pour notre part, nous pensons que, s'il existe un principe de la liberté de navigation fluviale, celui-ci a un caractère si général et abstrait qu'il exige, en vue de son application, dans chaque cas, des conventions acceptées par les riverains, de telle façon que l'écart entre ceux qui affirment l'existence de la règle et ceux qui se prononcent en sens contraire est peu étendu.

Régimes conventionnels

La diversité des régimes conventionnels applicables aux fleuves à travers le monde rend très difficiles les classifications. Quant à l'étendue de la liberté de navigation, le professeur R. Bystricky, au cours du colloque de Lagonissi (avr. 1966), a distingué trois types de solutions : 1. liberté limitée aux États riverains (St. Lawrence Seaway) ; 2. liberté limitée aux États signataires d'une convention ; 3. liberté octroyée à tous les États : le Rhin, le Danube (sur lequel cependant les navires de guerre des non-riverains sont exclus).

Quant à l'administration des voies fluviales, la Commission centrale du Rhin est le seul organisme international fluvial auquel participent des États non riverains. Sur la base de la convention de Mannheim, révisée en 1963, elle exerce des compétences étendues en matière réglementaire (élaboration de projets de règlements concernant la navigation et les problèmes sociaux qui s'y rattachent), en matière de travaux (initiative et approbation de certains travaux) et aussi en matière juridictionnelle. En ce qui concerne le Danube (dep. 1948) et les fleuves africains, les commissions instituées sont composées exclusivement des représentants des États riverains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FLEUVES INTERNATIONAUX  » est également traité dans :

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Pour les Russes, l'Extrême-Orient se distingue de la Sibérie par le fait que le premier voit ses fleuves se jeter dans le Pacifique, la seconde, dans l'océan glacial Arctique. Alors que les cours d'eau sibériens, coulant du sud au nord, nécessitaient pour la colonisation russe des transbordements pour avancer d'ouest en est, les fleuves d'Extrême-Orient allaient dans le même sens que la conquête […] Lire la suite

COLUMBIA, fleuve

  • Écrit par 
  • Liza PIPER
  •  • 1 946 mots

Fleuve d’Amérique du Nord long de 2 000 kilomètres, le Columbia coule sur 801 kilomètres, depuis sa source au Columbia Lake en Colombie-Britannique au Canada, jusqu’à la frontière avec les États-Unis. Il parcourt ensuite 1 243 kilomètres en territoire états-unien, avant de se jeter dans l’océan Pacifique à Astoria, en Oregon. Le fleuve Columbia et ses affluents – plus de quarante – drainent un ba […] Lire la suite

DANUBE

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 506 mots
  •  • 2 médias

De l' Allemagne à la Roumanie, le Danube arrose les grandes capitales européennes que sont Vienne, Bratislava, Budapest, Belgrade, et parcourt 2 889 kilomètres de la source de la Breg, en Forêt-Noire, à son delta dans la mer Noire. Son bassin d'alimentation de 810 000 kilomètres concerne dix-huit États indépendants (Allemagne, Suisse, Autriche, République tchèque, Slovaquie, Pologne, Italie, Slo […] Lire la suite

INDUS, fleuve

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 2 105 mots

Dans le chapitre « L'utilisation de l'Indus : l'irrigation »  : […] L' irrigation à partir de l'Indus et des rivières de son bassin revêt des caractères différents dans les piémonts (Punjab et régions voisines) et sur le cours inférieur. Sur les piémonts, le climat est encore assez pluvieux en été pour qu'une culture non irriguée soit possible. Mais elle est aléatoire et n'intéresse que des plantes résistant à la sécheresse. Aussi, depuis très longtemps (on cite […] Lire la suite

INTERNATIONALES ORGANISATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick RAMBAUD
  •  • 11 233 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les premières organisations internationales »  : […] Sous l'empire du progrès scientifique et technique, les relations internationales s'ouvrent, dans le courant du xix e siècle, à des domaines nouveaux. L'essor des moyens de communication (transports maritimes et ferroviaires, relations postales, télégraphe), l'amélioration de l'hygiène et de la médecine (lutte contre la propagation des maladies infectieuses, vaccinations), le développement du mac […] Lire la suite

INTERNATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 940 mots
  •  • 1 média

Limitation de la souveraineté territoriale d'un État au bénéfice de plusieurs États ou d'une organisation internationale. Afin de dénouer des situations difficiles, de neutraliser des points névralgiques, de protéger des zones stratégiques ou de mener à bien des travaux d'intérêt collectif, le procédé d'internationalisation a été maintes fois employé et a connu diverses fortunes. La limitation peu […] Lire la suite

MÉKONG

  • Écrit par 
  • Christian TAILLARD
  •  • 5 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du « fleuve tumultueux » au « fleuve des neuf dragons » »  : […] Né à 4 875 mètres d'altitude dans les chaînes neigeuses du Tanggulashan, le Mékong (en chinois Lancangjiang, « fleuve tumultueux ») traverse le grand plateau tibétain où il porte le nom de Dze Chu (l'« eau des rochers »). Il s'encaisse ensuite dans les montagnes du Yunnan. Il a déjà parcouru 1 600 kilomètres et dévalé 4 500 mètres lorsqu'il atteint le « triangle d'or », entre Thaïlande, Myanmar ( […] Lire la suite

NIL

  • Écrit par 
  • Éric DENIS
  •  • 3 380 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Les aménagements, le partage des eaux et « l'hydropolitique » »  : […] Le cours du Nil égyptien fait l'objet d'aménagement dès la fin de la période antique, mais, de la conquête arabe à la fin du xviii e  siècle, sa maîtrise se dégrade et les étendues lacustres ont même tendance à reconquérir le bas-delta. Reprenant les plans de l'expédition d'Égypte, le pacha Méhémet Ali (1805-1849) fait bâtir un barrage à la pointe du delta. Le contrôle du bassin du Nil par les Br […] Lire la suite

ORÉNOQUE

  • Écrit par 
  • Dieter BRUNNSCHWEILER, 
  • William M. DENEVAN, 
  • Mercedes Fermín GÒMEZ
  •  • 3 383 mots
  •  • 2 médias

Grand fleuve d'Amérique du Sud, l'Orénoque s'écoule en formant un croissant géant sur plus de 2 740 kilomètres depuis sa source, dans le massif des Guyanes, jusqu'à son embouchure, dans l'océan Atlantique. Il traverse ainsi le Venezuela et forme, sur une section, la frontière entre ce pays et la Colombie. Le fleuve tire son nom d'une expression warao qui signifie « lieu où l'on peut pagayer ». L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert THIERRY, « FLEUVES INTERNATIONAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fleuves-internationaux/