FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Château Sforza, Milan

Château Sforza, Milan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Hôpital Majeur, Milan

Hôpital Majeur, Milan
Crédits : Bridgeman Images

photographie


« Qu'il te plaise d'accepter cet ouvrage, composé par ton architecte Antonio Averlino, florentin, qui sculpta les portes de bronze de Saint-Pierre-de-Rome et les décora des faits mémorables de la vie de saint Pierre et saint Paul, et de celle d'Eugène IV, sous le pontificat duquel elles furent exécutées. Et dans ta glorieuse ville de Milan, je construisis la célèbre auberge des pauvres du Christ dont tu as toi-même posé la première pierre, et bien d'autres choses encore. Et l'Église Majeure de Bergame, avec ton consentement, j'en fis le plan. » C'est en ces termes que, en 1465, Averlino, dit Filarète, dédiait son Trattato di architettura à Francesco Sforza, quatrième duc de Milan. Mieux que tout autre développement, ces quelques lignes résument bien l'activité d'un artiste dont la vie ne nous est guère connue, et dont l'influence a probablement dépassé le talent.

Rome et les leçons de l'Antiquité

Si l'on connaît les lieux de naissance et de mort de Filarète, Florence et Rome, on en ignore par contre les dates précises. Est-ce parce qu'il avait travaillé avec L. Ghiberti au Baptistère de Florence que l'artiste fut appelé en 1433 par le pape Eugène IV pour sculpter la porte de bronze de Saint-Pierre ? On sait seulement que G. Vasari – qui ne le tient pas en grande estime – déplore ce choix, et, de fait, le résultat des travaux, commencés en 1439 et achevés douze ans plus tard, est décevant : les grands personnages, le Christ et la Vierge, saint Pierre et saint Paul, sont massifs et gauches ; les petites scènes qui célèbrent les événements les plus marquants du pontificat : le concile de Florence, la rencontre à Ferrare du pape et de l'empereur Jean Paléologue, témoignent de qualités d'orfèvre plus que d'une conception d'ensemble, et leur valeur artistique est moindre que leur intérêt documentaire. Mais, sur la frise de la bordure, le sculpteur renonce aux schémas conventionnels des structures médiévales et laisse par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)  » est également traité dans :

ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 056 mots

De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression diffuse a parfois suscité chez les architectes la volonté expresse d'établir des rapports analogiques entre les édifices […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-anthropomorphique/#i_285

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architectu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_285

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Le projet humaniste »  : […] L'architecture de la Renaissance italienne s'accompagne dès le départ d'une réflexion politique et sociale. La coupole de la cathédrale de Florence conçue par Brunelleschi veut magnifier le pouvoir de la cité ainsi que l'excellence de ses institutions. Celles-ci sont aux mains d'une oligarchie patricienne imprégnée par les conceptions humanistes, une oligarchie qui veut faire de sa ville une « no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_285

HÔPITAL & HOSPICE, architecture

  • Écrit par 
  • Claire VIGNES
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

L'organisation de l'assistance n'est pas propre au monde médiéval. La Grèce antique avait créé un organisme comme le Prytanée, où le citoyen ayant mérité de la patrie pouvait trouver les soins dont il avait besoin. Des traitements médicaux étaient dispensés dans des cliniques privées ou iatreia . Dans les asklepieia , sortes de lieux de pèlerinage, le ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopital-et-hospice-architecture/#i_285

Voir aussi

Pour citer l’article

Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE, « FILARÈTE (1400 env.-env. 1469) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarete/