FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théoricien de « Sforzinda »

Ce plan – si les apports des siècles ne permettent plus de le discerner avec précision dans le monument actuel – nous est bien connu grâce à la description qu'en fait l'artiste lui-même dans un des livres de son Trattato di architettura. En effet, cet ouvrage fameux n'est pas seulement une étude théorique, il fourmille aussi de réminiscences personnelles. C'est durant son séjour à Milan que, de 1460 à 1465, Filarète le compose. On connaît le texte italien par cinq manuscrits, mais l'édition intégrale imprimée ne date que de 1965 (traduction anglaise avec le texte reproduit en fac-similé par J. R. Spencer). L'édition allemande de W. De Œttingen parue en 1890 n'était que partielle. Premier traité théorique en langue vulgaire (le De re aedificatoria de L. B. Alberti, antérieur, est en latin), le Trattato relate la construction de la ville idéale « Sforzinda ». Averlino s'inspire des théories d'Alberti dans sa description d'une cité extrêmement régulière, polygone étoilé de seize côtés. Ses rues rayonnantes – toutes bordées de canaux, souvenir de Venise – aboutissent à la piazza, centre de la vie civique et administrative.

Il ne faut pas chercher dans ce récit la science et le raffinement d'Alberti ; on y trouve bien plutôt la spontanéité d'un roman dont le manque de rigueur n'est pas toujours sans charme : Filarète s'éloigne de son sujet, fait des digressions lorsqu'il quitte la fiction pour le réel. Quand il s'agit de ses propres œuvres, il est intarissable (nous savons tout de l'hôpital de Milan ou du dôme de Bergame) ; il fait partager ses goûts au lecteur, son enthousiasme pour les monuments antiques, critique les formes architecturales modernes (les arcs brisés si nombreux alors à Milan) et ne dédaigne pas de s'abaisser à des détails concrets, comme la nourriture et le paiement des ouvriers ; mais il sait aussi être poète. Un même esprit anime les dessins et le texte du Traité : les plans rigoureux de certains édifices réels voisinent avec les architectures les plus fantaisistes. M. Salmi a mont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Château Sforza, Milan

Château Sforza, Milan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Hôpital Majeur, Milan

Hôpital Majeur, Milan
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)  » est également traité dans :

ANTHROPOMORPHIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 056 mots

De tout temps les architectes ont senti qu'il existait des affinités autres que d'usage entre les édifices et les hommes. La critique architecturale l'exprime confusément qui parle de l'ossature, des membres, de la tête ou de l'épiderme d'une construction. Mais cette impression diffuse a parfois suscité chez les architectes la volonté expresse d'établir des rapports analogiques entre les édifices […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'architecte démiurge »  : […] Dès le milieu du xvi e siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architecture bénéficier, dès l'origine de l'invention de l'imprimerie, du principa […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Le projet humaniste »  : […] L'architecture de la Renaissance italienne s'accompagne dès le départ d'une réflexion politique et sociale. La coupole de la cathédrale de Florence conçue par Brunelleschi veut magnifier le pouvoir de la cité ainsi que l'excellence de ses institutions. Celles-ci sont aux mains d'une oligarchie patricienne imprégnée par les conceptions humanistes, une oligarchie qui veut faire de sa ville une « no […] Lire la suite

HÔPITAL & HOSPICE, architecture

  • Écrit par 
  • Claire VIGNES
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

L'organisation de l'assistance n'est pas propre au monde médiéval. La Grèce antique avait créé un organisme comme le Prytanée, où le citoyen ayant mérité de la patrie pouvait trouver les soins dont il avait besoin. Des traitements médicaux étaient dispensés dans des cliniques privées ou iatreia . Dans les asklepieia , sortes de lieux de pèlerinage, le malade venait chercher auprès des prêtres du d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE, « FILARÈTE (1400 env.-env. 1469) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarete/