FERDINAND II (1578-1637) empereur germanique (1619-1637)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur germanique (1619-1637), archiduc d'Autriche, roi de Bohême (1617-1619, 1620-1627) et roi de Hongrie (1618-1625), né le 9 juillet 1578 à Graz (Styrie, auj. en Autriche), mort le 15 février 1637 à Vienne, Ferdinand II se fit le champion de la Réforme catholique et de l'absolutisme pendant la guerre de Trente Ans.

Ferdinand est le fils aîné de Charles de Habsbourg, qui règne sur la Styrie, la Carinthie et la Carniole. De 1590 à 1595, il est formé à l'université jésuite d'Ingolstadt. En 1596, il prend possession de ses terres héréditaires et, après un pèlerinage à Loreto et à Rome, commence à lutter contre le protestantisme en forçant la grande majorité de ses sujets à adopter la foi catholique. En 1600, il épouse Marie-Anne de Bavière, qui lui donnera quatre enfants. Il évite de s'engager dans la querelle entre ses cousins, l'empereur germanique Rodolphe II et son frère Matthias, qui lui succédera finalement à la tête de l'empire. Ferdinand obtient par la suite l'approbation des Habsbourg régnant en Espagne pour succéder à Matthias, sans héritier. En retour, il promet, par un pacte secret (1617), de leur céder l'Alsace et les fiefs de l'Empire en Italie. Reconnu roi de Bohême par la Diète la même année, Ferdinand est élu roi de Hongrie en 1618. Mais la Diète de Bohême, largement protestante, le dépose l'année suivante, élevant l'Électeur palatin Frédéric V au rang de roi. Cette décision allait déclencher la Guerre de Trente Ans. Bien qu'élu empereur germanique le 28 août 1619, Ferdinand II ne peut conserver son Empire sans le soutien de l'Espagne, de la Pologne et de plusieurs princes germaniques. Avec l'aide de Maximilien Ier, duc de Bavière, ses troupes anéantissent une armée rebelle à la Montagne-Blanche, près de Prague, le 8 novembre 1620. Il confisque les propriétés des chefs rebelles, réduit la Diète à l'impuissance par une nouvelle ordonnance constituante (1627) et convertit de force la Bohême au catholicisme. Les protestants de la Haute et de la Basse-Autriche sont également forcés de se convertir.

Pendant la première décennie de la guerre de Trent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien directeur des archives provinciales de la Haute-Autriche à Linz

Classification


Autres références

«  FERDINAND II (1578-1637) empereur germanique (1619-1637)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 501 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne, champ de bataille de l'Europe »  : […] comme chef de leur Union, Frédéric V, Électeur palatin, qui s'installe à Prague. Mais Ferdinand II est décidé à réagir. La France n'intervient pas. Frédéric V reste isolé. En 1620, ses troupes sont battues à la Montagne Blanche. La Bohême paie cher sa révolte ; elle est étroitement subordonnée à l'Empereur, roi de Bohême ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-du-xvie-et-du-xviie-s/#i_16782

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 061 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Contre-Réforme »  : […] de Transylvanie, Gabriel Bethlen), l'armée des États fut vaincue à la bataille de la Montagne Blanche (1620). Ferdinand II eut alors tout loisir de réorganiser l'État bohême après avoir fait exécuter les principaux chefs de la rébellion et confisquer les biens de leurs complices. Les États ayant rompu unilatéralement le contrat passé avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16782

BETHLEN GÁBOR (1580-1629) prince de Transylvanie (1613-1629)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 313 mots

Issu d'une famille de la moyenne noblesse hongroise, Gábor Bethlen est élu prince de Transylvanie, succédant à Gábor Bathory, chassé puis assassiné. Calviniste convaincu, il veut faire de la principauté un État centralisé et prospère, qui serve de bastion à la nation hongroise à la fois contre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabor-bethlen/#i_16782

LÜTZEN BATAILLE DE (16 nov. 1632)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 212 mots

C'est au cours de cet engagement militaire indécis de la guerre de Trente Ans que le roi de Suède Gustave II Adolphe perd la vie. Depuis 1630, les Suédois sont intervenus au côté des princes protestants d'Allemagne du Nord en guerre contre les forces catholiques de l'empereur du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-lutzen/#i_16782

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre de Trente Ans (1618-1648) »  : […] des divers cultes protestants. C'est par ce dernier pays que la conflagration commença. Ferdinand II, prince gagné à la Contre-Réforme, qui devint roi de Bohême en 1617, puis empereur en 1619, n'attendait qu'une occasion pour retirer les lettres de majesté. La défenestration de Prague (23 mai 1618), la révolte tchèque et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_16782

RESTITUTION ÉDIT DE (1629)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 173 mots

Fort des succès obtenus contre le Danemark et qui conduiront au cours de la guerre de Trente Ans à la paix de Lübeck, l'empereur Ferdinand II promulgue, sans consulter la Diète, l'édit de restitution qui stipule que tous les évêchés et couvents relevant directement de l'Empire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edit-de-restitution/#i_16782

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'absolutisme confessionnel aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Ferdinand II renouvelle les Constitutions des Pays tchèques (1627 en Bohême, 1628 en Moravie). Il limite fortement les pouvoirs politiques des états, interdit toute autre religion que le catholicisme, introduit le clergé dans les états du royaume de Bohême, affirme l'hérédité de la couronne et fait de l'allemand la seconde langue de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_16782

WALLENSTEIN ALBRECHT VON, duc de Friedland (1583-1634)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 776 mots

Personnalité complexe, Wallenstein, général allemand, condottiere longtemps heureux, gentilhomme de Bohême, aventurier qui se laisse guider par les astres, a eu un destin qui suscite maints commentaires. Issu d'une bonne famille de Moravie, il appartient par ses origines, son éducation, ses premières années à la société aristocratique de l'ancienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-von-wallenstein/#i_16782

Pour citer l’article

Hans STURMBERGER, « FERDINAND II (1578-1637) - empereur germanique (1619-1637) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-ii/