Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FERDINAND II (1578-1637) empereur germanique (1619-1637)

Empereur germanique (1619-1637), archiduc d'Autriche, roi de Bohême (1617-1619, 1620-1627) et roi de Hongrie (1618-1625), né le 9 juillet 1578 à Graz (Styrie, auj. en Autriche), mort le 15 février 1637 à Vienne, Ferdinand II se fit le champion de la Réforme catholique et de l'absolutisme pendant la guerre de Trente Ans.

Ferdinand est le fils aîné de Charles de Habsbourg, qui règne sur la Styrie, la Carinthie et la Carniole. De 1590 à 1595, il est formé à l'université jésuite d'Ingolstadt. En 1596, il prend possession de ses terres héréditaires et, après un pèlerinage à Loreto et à Rome, commence à lutter contre le protestantisme en forçant la grande majorité de ses sujets à adopter la foi catholique. En 1600, il épouse Marie-Anne de Bavière, qui lui donnera quatre enfants. Il évite de s'engager dans la querelle entre ses cousins, l'empereur germanique Rodolphe II et son frère Matthias, qui lui succédera finalement à la tête de l'empire. Ferdinand obtient par la suite l'approbation des Habsbourg régnant en Espagne pour succéder à Matthias, sans héritier. En retour, il promet, par un pacte secret (1617), de leur céder l'Alsace et les fiefs de l'Empire en Italie. Reconnu roi de Bohême par la Diète la même année, Ferdinand est élu roi de Hongrie en 1618. Mais la Diète de Bohême, largement protestante, le dépose l'année suivante, élevant l'Électeur palatin Frédéric V au rang de roi. Cette décision allait déclencher la Guerre de Trente Ans. Bien qu'élu empereur germanique le 28 août 1619, Ferdinand II ne peut conserver son Empire sans le soutien de l'Espagne, de la Pologne et de plusieurs princes germaniques. Avec l'aide de Maximilien Ier, duc de Bavière, ses troupes anéantissent une armée rebelle à la Montagne-Blanche, près de Prague, le 8 novembre 1620. Il confisque les propriétés des chefs rebelles, réduit la Diète à l'impuissance par une nouvelle ordonnance constituante (1627) et convertit de force la Bohême au catholicisme. Les protestants de la Haute et de la Basse-Autriche sont également forcés de se convertir.

Pendant la première décennie de la guerre de Trente Ans, Ferdinand II renforce sa position en transférant la charge d'Électeur palatin à Maximilien de Bavière. Avec l'aide de l'Espagne et de la Ligue des princes catholiques d'Allemagne, il remporte, par les victoires d'Albrecht von Wallenstein, d'importants succès sur ses opposants allemands et le roi du Danemark. La guerre se limite alors à l'Allemagne, mais l'intervention de la Suède, puis celle de la France en font un conflit européen. Ferdinand II promulgue l'édit de restitution (1629), qui oblige les protestants à restituer à l'Église catholique tous les biens saisis depuis 1552, révélant ainsi aux princes allemands la menace de l'absolutisme impérial. En 1630, l'opposition de ces derniers oblige Ferdinand II à renvoyer Wallenstein. Poussé par des raisons d'État, l'empereur consentira à contre cœur à l'assassinat de Wallenstein, qui avait entamé des négociations avec l'ennemi (1634). Après sa victoire sur les Suédois à Nördlingen (septembre 1634), Ferdinand II conclut un compromis avec les princes protestants lors de la paix de Prague (1635) puis, en 1636, réussit à faire élire son fils Ferdinand roi des Romains (successeur désigné de l'empereur). Ferdinand II meurt à Vienne en 1637, sans avoir vu la fin de la guerre de Trente Ans.

Catholique très pieux, Ferdinand II est proche des Jésuites. En soutenant la Réforme catholique, Ferdinand II fixe la ligne de conduite qu'adopteront les Habsbourg d'Autriche pendant un siècle. En créant une chancellerie de cour autrichienne indépendante et en établissant dans son testament les principes de l'indivisibilité de l'Autriche et de la primogéniture[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur des archives provinciales de la Haute-Autriche à Linz
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

    • Écrit par Georges LIVET
    • 6 506 mots
    • 7 médias
    ...et un Directoire. Les Bohémiens déposent Ferdinand et élisent, comme chef de leur Union, Frédéric V, Électeur palatin, qui s'installe à Prague. Mais Ferdinand II est décidé à réagir. La France n'intervient pas. Frédéric V reste isolé. En 1620, ses troupes sont battues à la Montagne Blanche. La Bohême...
  • AUTRICHE

    • Écrit par Roger BAUER, Jean BÉRENGER, Annie DELOBEZ, Universalis, Christophe GAUCHON, Félix KREISSLER, Paul PASTEUR
    • 34 125 mots
    • 21 médias
    ...Haute-Autriche et de Hongrie, le prince calviniste de Transylvanie, Gabriel Bethlen), l'armée des États fut vaincue à la bataille de la Montagne Blanche (1620). Ferdinand II eut alors tout loisir de réorganiser l'État bohême après avoir fait exécuter les principaux chefs de la rébellion et confisquer les biens...
  • BETHLEN GÁBOR (1580-1629) prince de Transylvanie (1613-1629)

    • Écrit par Jean BÉRENGER
    • 315 mots

    Issu d'une famille de la moyenne noblesse hongroise, Gábor Bethlen est élu prince de Transylvanie, succédant à Gábor Bathory, chassé puis assassiné. Calviniste convaincu, il veut faire de la principauté un État centralisé et prospère, qui serve de bastion à la nation hongroise à la fois contre...

  • LÜTZEN BATAILLE DE (16 nov. 1632)

    • Écrit par Universalis
    • 213 mots
    • 1 média

    C'est au cours de cet engagement militaire indécis de la guerre de Trente Ans que le roi de Suède Gustave II Adolphe perd la vie. Depuis 1630, les Suédois sont intervenus au côté des princes protestants d'Allemagne du Nord en guerre contre les forces catholiques de l'empereur du ...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi