GRAZ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Land de Styrie et deuxième ville autrichienne, Graz bénéficie d'une situation très favorable, au croisement de la vallée alpine de la Mur et de la route de rocade qui longe le pied oriental de la chaîne. Elle est établie dans le Grazer Bucht, bassin sédimentaire fertile et abrité (— 2,2 0C en janvier ; 19,4 0C en juillet ; 902 mm annuels de pluies, à maximum d'été), largement ouvert, à l'est, sur la plaine pannonique. Elle est encadrée par la retombée, en gradins, des reliefs alpins, très boisés, qui accidentent le site de leurs éléments avancés. À l'ouest, les pentes raides du Plabutsch (763 m) ont limité l'extension urbaine. À l'est, par contre, la cité a trouvé une ample assiette dans les vallonnement tertiaires, entaillés de petites vallées. La Mur est l'axe central de l'agglomération. Elle est bordée de terrasses sur lesquelles ont pu s'établir commodément les voies de circulation. Sur la rive gauche, le piton dolomitique du Schlossberg (473 m) a fixé le premier établissement humain à l'époque romaine. Après la conquête germanique, le Hradec (château) slave devient, dès 1129, Grätz (forteresse) bavarois, bastion contre les Slaves ; ce Grätz donne son nom à la petite bourgade. Embellie de monuments médiévaux, mais surtout d'édifices de la Renaissance et du baroque, elle assume une double fonction. C'est un marché d'échanges qui redistribue, vers le monde alpin, les produits venus d'Italie et, par Trieste, de l'Orient ; c'est aussi une formidable place forte qui couvre la frontière sud-orientale contre les Turcs. Entre 1784 et 1809, les remparts sont démantelés et, au xixe siècle, la vieille ville, serrée entre la Mur et le Schlossberg, se desserre en quartiers neufs, aux vastes places et aux rues rectilignes. Nœud ferroviaire et routier, siège d'institutions culturelles, dont la célèbre université fondée en 1588, centre de tourisme et de séjour, Graz, typiquement allemande dans son architecture, se développe surtout après sa jonction par le rail avec Vienne et Trieste (1854) et Budapest (1873), et s'industrialise. Le tissu urbain s'organise autour du noyau primitif (Ier district), qui perd, de plus en plus, son rôle résidentiel pour devenir une « City » de commerces et de bureaux. Il est entouré d'une zone d'habitation, où sont établies les gares et les industries anciennes (du IIe au IVe district). Au-delà, un vaste anneau (du Ve au XVIe district) est peuplé de maisons individuelles, où surgissent de grands ensembles collectifs et des fabriques modernes, mais où subsistent quelques vestiges de villages ruraux et, au sud, d'espaces boisés. En 1938, Graz a annexé ses faubourgs, sextuplant sa superficie municipale. La ville, qui comptait 247 700 habitants en 2007, a ses satellites industriels les plus actifs dans la périphérie : Thondorf, au sud, avec les fabriques Puch (véhicules et motocycles) ; Puntigam, à l'ouest (grandes brasseries, matériel ferroviaire, chimie, verrerie, chaussures, textiles) ; Andritz, au nord (constructions mécaniques, turbines, papeterie). Le centre-ville de Graz est inscrit depuis 1999 sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'U.N.E.S.C.O.

Autriche : carte administrative

Carte : Autriche : carte administrative

Carte administrative de l'Autriche. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRAZ  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Contre-Réforme »  : […] La politique des Habsbourg a consisté à s'assurer le loyalisme de ces ordres. Pourtant, ce modeste programme se révélera difficile à réaliser, car l'avènement des Habsbourg correspond, en Bohême et en Hongrie, à une période d'affaiblissement du pouvoir royal et d'exaltation de la puissance des États. Ce n'est pas par hasard que la diète hongroise réussit à imposer aux Jagellon, à la fin du xv e s […] Lire la suite

STYRIE

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 770 mots
  •  • 1 média

Par sa superficie (16 388 km 2 ), la Styrie (Steiermark) est le deuxième Land de l'Autriche. Elle comprend, à la lisière orientale des Alpes, un ensemble morcelé de massifs, de bassins et de vallées qui remontent jusqu'au cœur de la montagne. Celle-ci perd de sa rudesse, avec des altitudes moyennes et des sommets arrondis qui évoquent déjà le relief des Carpates. À l'ouest, dans le Salzkammergut s […] Lire la suite

Les derniers événements

24 janvier - 1er février 1985 Autriche. Scandale politique à la suite de l'accueil par un ministre du criminel de guerre nazi Walter Reder

Graz (Styrie) par Friedhelm Frischenschlager, ministre de la Défense (Parti libéral), qui l'accompagne en hélicoptère jusqu'à un hôpital militaire des environs de Vienne. L'attitude du ministre de la Défense provoque immédiatement des remous au sein de l'opinion et de la coalition au pouvoir : le chancelier Fred Sinowatz (socialiste) qualifie son geste […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « GRAZ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/graz/