FERDINAND Ier (1503-1564) empereur germanique (1558-1564)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur germanique (1558-1564), roi de Bohême et de Hongrie (1526-1564), né le 10 mars 1503 à Alcalá de Henares (Espagne), mort le 25 juillet 1564 à Vienne.

Ferdinand est le frère cadet de l'empereur Charles Quint. Il reçoit en partage l'Autriche ainsi que la régence des terres allemandes des Habsbourg et du Würtemberg. Pendant plus de trois décennies, il seconde Charles Quint pour les affaires allemandes, le représente aux diètes impériales et préside le Reichsregiment (gouvernement de l'empire). Au début, il suit aveuglément la politique de Charles Quint. Hostile au protestantisme, il porte sa part de responsabilité dans le schisme luthérien de la diète de Spire (1529) et, après avoir perdu le Würtemberg au profit du luthérien Philippe le Magnanime, landgrave de Hesse, en 1534, il aide l'empereur à vaincre la ligue protestante de Smalkalde en 1546-1547. Mécontent, cependant, du refus de Charles Quint de le rétablir dans le Würtemberg et des tentatives de ce dernier de donner la couronne impériale à son fils Philippe (le futur Philippe II d'Espagne), Ferdinand devient plus indépendant. Héritier de l'empire depuis 1531, il n'est satisfait que lorsque Charles Quint accepte, en 1553, d'exclure Philippe de la succession allemande qui revient alors au fils de Ferdinand, le futur Maximilien II. Contrairement à Charles Quint, Ferdinand est convaincu qu'il faut trouver une solution de compromis à la question protestante. En 1552, il négocie le traité de Passau avec l'Électeur Maurice de Saxe, un luthérien, qui était en guerre avec l'empereur. En 1555, Ferdinand signe la paix d'Augsbourg, qui, à quelques interruptions près, apporte un demi-siècle de paix aux factions religieuses en guerre.

Dans les affaires extérieures, Ferdinand remporte aussi des succès. En 1526, à la mort de son beau-frère, le roi Louis II de Bohême et de Hongrie, Ferdinand revendique les deux domaines. Il prend possession de la Bohême sans difficulté mais affronte un rival, János Zápolya, en Hongrie. Chacun est élu par son camp et la Hongrie reste divisée entre Ferdinand, Zápolya et l'Empire ottoman. En 1538, par la paix de Nagyvárad, Ferdinand succède à Zápolya mais il ne réussit pas à faire respecter l'accord de son vivant. Pendant son règne, l'empire est presque constamment sous la menace de l'Empire ottoman. Les Turcs ne réussissent pas à se rendre maîtres de Vienne en 1529 mais menacent de nouveau l'Autriche en 1532 et en 1541. Ferdinand demande à plusieurs reprises, mais en vain, l'aide des princes allemands avant de réussir à rétablir une paix difficile en 1562, après avoir accepté de verser un tribut au sultan ottoman pour la partie autrichienne de la Hongrie.

Ferdinand reprend les fonctions de Charles Quint, lors de l'abdication de celui-ci en 1556, et il est élu empereur en 1558. Avec son accession au trône, les domaines de Habsbourg sont séparés en deux et deviennent plus faciles à gouverner ; l'Espagne va à Philippe et l'Allemagne à Ferdinand II. Le nouvel empereur centralise son administration ; il reconnaît aux princes territoriaux le droit de déterminer la religion de leurs sujets et cherche à faire revivre le catholicisme dans ses territoires, avec un succès mitigé. Son fils aîné, Maximilien, lui succède en 1564. Bien que constamment dans l'ombre de son frère Charles Quint, Ferdinand II figure parmi les Habsbourg qui ont le mieux réussi au xvie siècle. Il étend de fait considérablement les biens héréditaires des Habsbourg d'Autriche (Bohême et Hongrie notamment) et restaure la paix dans l'empire après des décennies de guerres de religion.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  FERDINAND I er (1503-1564) empereur germanique (1558-1564)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La monarchie autrichienne (1526-1867) »  : […] L'appellation « monarchie autrichienne » convient à la confédération d'États née, d'une part, de l'accord de 1522 entre Ferdinand de Habsbourg et Charles Quint (qui abandonnait à son frère cadet le gouvernement de l'État patrimonial) et, d'autre part, de la défaite hongroise de Mohács, qui vit la mort de Louis Jagellon et permit à Ferdinand de se faire élire roi de Bohême et de Hongrie. Dès que C […] Lire la suite

JEANNE LA FOLLE (1479-1555) reine de Castille (1504-1555)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 588 mots
  •  • 1 média

Troisième enfant des Rois Catholiques Ferdinand d'Aragón et Isabelle de Castille (après Isabelle de Portugal et l'infant don Juan, prince des Asturies), Jeanne est fiancée à quinze ans au fils de l'empereur Maximilien, Philippe le Beau, archiduc d'Autriche . Le mariage a lieu à Lille en 1496 et, quatre ans plus tard, Jeanne met au monde à Gand le futur Charles Quint. Les morts successives de sa sœ […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le xvie siècle. Continuation du dualisme entre le roi et les ordres »  : […] Louis Jagellon est tué par les Turcs en 1526 à la bataille de Mohács, lors de leur première arrivée en Hongrie. La diète de Bohême élit roi Ferdinand I er de Habsbourg (1526-1564). Pendant près de quatre siècles, la dynastie de Habsbourg va régner sur les Pays tchèques, avec seulement deux brèves interruptions en 1619-1620 et 1741-1745. L'empereur Rodolphe II, roi de Bohême entre 1575 et 1611, t […] Lire la suite

Pour citer l’article

« FERDINAND Ier (1503-1564) - empereur germanique (1558-1564) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-ier-1503-1564-empereur-germanique-1558-1564/