SPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier établissement humain qui est à l'origine de la ville de Spire (en allemand : Speyer) date de l'époque celte : Noviomagus. Installé sur une terrasse du Rhin, il devait devenir un camp romain sous César et Drusus. La cité qui en naquit fut ravagée par les Germains puis reconstruite sous Constantin et Julien. Les Francs Saliens en firent une résidence. Dagobert transforma le temple de Mercure en couvent de Saint-Germain. Conrad le Salien choisit la ville comme capitale de l'Empire ; Conrad II (1024-1039) entreprit de faire édifier la cathédrale.

En 1294 Spire obtient le privilège de ville libre impériale. Au Moyen Âge, elle doit sa prospérité à sa fonction de passage et au commerce. C'est en raison de ses facilités d'accès que, de 1526 à 1689, elle fut le siège de la Chambre impériale. Pour la même raison on y tint plusieurs diètes. La plus célèbre est sans doute celle de 1529 au cours de laquelle les princes partisans de la Réforme « protestèrent » (d'où le nom de protestants) contre les décisions de Charles Quint visant à limiter la liberté religieuse. La ville eut à souffrir de la guerre de Trente Ans, mais c'est surtout en 1689, lorsque les troupes de Louvois dévastèrent le Palatinat, que Spire fut le plus endommagée. La reconstruction qui en résulta au xviiie siècle sanctionna le triomphe du style baroque.

Deux monuments sont caractéristiques de cette époque : l'hôtel de ville (début du xviiie s.) et surtout l'église de la Trinité (1701-1717), un des exemples les plus remarquables de l'architecture religieuse protestante. Le Musée diocésain, le Musée historique du Palatinat et le musée du Vin illustrent le passé de la ville. On peut encore citer : l'église du souvenir (Gedächtniskirche) construite entre 1890 et 1904 en souvenir de la « Protestation » de 1529 ; les thermes juifs ; les restes de l'enceinte médiévale. Spire a été le chef-lieu d'arrondissement du département français du Mont-Tonnerre de 1798 à 1814. En 1816 elle devint résidence du gouverneur du Palatinat bavarois. La ville a été moins touchée par l'industrialisation du xixe siècle que des villes neuves comme Ludwigshafen et Mannheim. Située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, elle possède cependant des industries : électrotechnique, pétrochimie, constructions mécaniques, textile. En 2003, sa population était estimée à 50 200 habitants.

—  François REITEL

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Metz, doyen honoraire de la faculté des lettres

Classification


Autres références

«  SPIRE  » est également traité dans :

SPIRE CATHÉDRALE DE

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 474 mots

La plus grandiose et la plus importante des cathédrales romanes d'Allemagne, la cathédrale de Spire fut bâtie sur l'emplacement d'édifices plus anciens (à partir de 1027-1032), sur l'initiative de l'empereur Conrad II, qui y fut enseveli au devant du chœur, en 1039. L'immense crypte, qui s'étend sous le chœur et le transept, fut consacrée entre 1041 et 1046, l'ensemble de l'édifice en 1061, grâce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cathedrale-de-spire/#i_1486

Pour citer l’article

François REITEL, « SPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spire/