Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAUST

La transfiguration du héros romantique

Déjà Lessing a esquissé, vers 1760-1770, un schéma nouveau dans lequel Faust, promu héros du savoir humain, doit échapper au démon : « La divinité n'a pas donné à l'homme le plus noble des instincts pour le rendre à jamais malheureux... »

Mais ce sont surtout les jeunes poètes, déjà romantiques, de la génération suivante qui consacrent un type nouveau de Faust : Maler Müller en 1776-1778, Klinger en 1791, d'autres encore. Leur Faust est à leur image, un titan en révolte contre ce monde mal fait, un héros assez audacieux pour défier la moralité, la société, la religion et pour conclure une alliance avec le démon.

Étapes du Faust de Goethe

Le plus brillant de ces « jeunes gens en colère », J. W. Goethe, a incarné en son Faust beaucoup de lui-même, ses rêves démesurés et ses révoltes, son goût pour la magie et l'alchimie et jusqu'au souvenir de son amour pour une jolie Alsacienne ; Faust, retombé de ses nobles ambitions dans les pièges du démon, séduit donc, puis abandonne Marguerite, qui en meurt. Cette histoire, déjà décisive dans la version primitive non publiée (dite Urfaust, 1771-1773), passe dans le Fragment de Faust publié en 1790, puis dans le texte définitif (Faust, première partie de la tragédie, 1808). Entre-temps, encouragé par Schiller, Goethe a élargi les horizons du drame. Le pacte de Faust prend la forme d'un pari : Méphistophélès arrivera-t-il à détourner la noble aspiration (Streben) de Faust vers le plaisir, la satisfaction, c'est-à-dire le mal ? Un pari semblable s'engage entre le diable et le Créateur, qui fait confiance à la nature humaine. Face à un Méphisto assez voltairien, Faust incarne désormais l'homme romantique, avec ses grands élans et sa constante hésitation entre le désir immédiat et les nobles aspirations.

C'est seulement à quatre-vingt-trois ans, quelques mois avant sa mort, que Goethe termine la Deuxième partie de la tragédie(1832). Faust y passe par diverses aventures, à la cour de l'empereur d'abord, où, comme dans la légende, il évoque Hélène de Troie ; au terme d'une longue quête symbolique, il la ramène sur terre et l'épouse. Mais elle disparaît bientôt avec leur enfant merveilleux, Euphorion, symbole du génie poétique. Plus tard, lassé par la politique et la guerre, en quête d'une « action » authentique, Faust entreprend de fonder un empire en colonisant un littoral marécageux. Quoique cette entreprise, comme les précédentes, exige l'assistance du diable, Faust y trouve la plus grande joie humaine et peut-être le désintéressement. Quand il meurt, son âme échappe à Méphisto, qui croyait gagner son pari, et les anges l'emportent au ciel. La tragédie humaine se termine ainsi en une « divine comédie », sans qu'on puisse trop déterminer si le salut de Faust est dû plutôt à ses nobles aspirations ou bien à la grâce divine et à l'amour dont Marguerite fut l'instrument.

Le Faust des romantiques

Débordant de symbolismes difficiles et inactuels, le Second Faust de Goethe n'eut pas d'abord le même rayonnement que le premier. Les romantiques allemands mènent plus volontiers leur Faust à la damnation qui sanctionne à la fois la grandeur et la démesure de ses aspirations et de ses actes, sa nostalgie de l'infini, de l'amour (Faust est volontiers rapproché de Don Juan) et son individualisme orgueilleux : ainsi Chamisso (1804), Grabbe (Don Juan et Faust, 1829), Lenau (1836), Heine (1856). L'inspiration est différente dans l'opéra de Spohr (1816), les Scènes pour le Faust de Goethe de Schumann (1853), etc.

<em>Faust cherchant à séduire Marguerite</em>, E. Delacroix

Faust cherchant à séduire Marguerite, E. Delacroix

Les romantiques anglais n'ont guère emprunté à la légende ou à Goethe que des éléments épars (le fantastique diabolique, la noble aspiration du titan condamné) qu'on retrouve notamment chez Byron et chez P. J.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature comparée à l'université de Provence

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Gounod

Gounod

Christopher Marlowe

Christopher Marlowe

<em>Faust cherchant à séduire Marguerite</em>, E. Delacroix

Faust cherchant à séduire Marguerite, E. Delacroix

Autres références

  • FAUST (J. W. von Goethe) - Fiche de lecture

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 1 851 mots
    • 1 média

    La genèse de l'œuvre sans doute la plus universellement connue de Goethe (1749-1832) fut particulièrement longue. Dans le prolongement de la version primitive et non publiée (Urfaust), Faust I (Faust. Une tragédie) fut achevé le 25 avril 1806 et publié en 1808. Les sources de la matière...

  • LE DOCTEUR FAUST, Christopher Marlowe - Fiche de lecture

    • Écrit par Line COTTEGNIES
    • 806 mots
    • 1 média

    L'auteur de The Tragical History of Doctor Faustus (créée entre 1588 et 1592, première publication en 1604) est un personnage presque aussi mythique que son héros : poète et dramaturge talentueux, espion, grand amateur de vin et de garçons, intellectuel proche des milieux de libres-penseurs,...

  • BERLIOZ HECTOR

    • Écrit par Cécile REYNAUD
    • 4 247 mots
    • 3 médias
    Pendant ses tournées à l’étranger, plus précisément depuis 1845, Berlioz travaille à une œuvre qui lui tient particulièrement à cœur,La Damnation de Faust. Le Faust de Goethe occupe en effet une place importante parmi les sources de son inspiration : dès 1828, alors qu’il vient de découvrir...
  • BUSONI FERRUCCIO (1866-1924)

    • Écrit par Pierre FLINOIS
    • 1 708 mots
    • 1 média
    ...Berlin). Témoins, ses trois dernières œuvres symphoniques, le Divertimento op. 52, Tanzwalzer op. 53 et Romanza e scherzoso op. 54 en 1921. Mais le temps de Doktor Faust est venu. Le thème le hante depuis 1892, la partition l'occupe depuis 1916. La mort, qui survient le 27 juillet 1924, ne lui laisse pourtant...
  • DON JUAN

    • Écrit par Michel BERVEILLER
    • 5 639 mots
    En revanche, elle doit beaucoup à la résurrection par Goethe du personnage semi-historique du docteur Faust. Certes, dans ce Faust (1797-1808), la quête de l'amour, succédant à celle du savoir, n'était qu'un élément de la grande aventure faustienne, mais elle invitait à situer celle de don Juan à ce...
  • FÉNELON PHILIPPE (1952- )

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 2 178 mots
    • 1 média
    Nouvelle création lyrique, le 25 mai 2007, au Théâtre du Capitole de Toulouse, avecFaust, composé en 2003-2004. Philippe Fénelon a écrit le livret de cet opéra en deux actes et sept tableaux en s'inspirant d'une version du mythe de Faust moins connue et plus sombre que celle de Goethe...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi